Australopithèque

contenu=Crâne original entier (sans les dents supérieures ni la mâchoire inférieure) de « Mrs. Ples », fossile d'hominidé : spécimen d'Australopithecus africanus de 2,1 millions d'années, découvert en Afrique du Sud, grotte de Sterkfontein. Collection du Transvaal Museum, Pretoria, Afrique du Sud.

}}

Les Australopithèques forment un genre d'hommes préhistoriques (le genre Australopithecus), qui ont vécu en Afrique, il y a entre 4,4 et 1 millions d'années. Les Australopithèques étaient les plus proches parents des humains du genre Homo, y compris notre propre espèce[1]. Il en a existé plusieurs espèces.

Description et mode de vie

Les Australopithèques étaient assez petits pour la plupart, d'une taille comparable à celle d'un chimpanzé. Ils étaient cependant capables de marcher debout.[2] Leurs bras montrent cependant qu'ils grimpaient encore facilement aux arbres.

Deux Australopithèques (Reconstitution)

Les Australopithèques vivaient dans les savanes, de milieux ouverts, où la marche debout était bien pratique pour surveiller les dangers, notamment les différents prédateurs. Ils se réfugiaient probablement dans les arbres en cas de danger.

Les Australopithèques étaient omnivores. Ils se nourrissaient de baies, de graines, de racines, de petits animaux, et peut-être de charognes. Comme ils marchaient sur leurs deux jambes, ils pouvaient se servir de leurs mains. Ils ne savaient cependant pas encore fabriquer des outils.

Les Australopithèques ont disparu bien avant l'apparition de l'Homme de Cro-Magnon, notre ancêtre, mais ils ont côtoyé d'autres espèces d'hommes préhistoriques, comme Homo habilis, ou Homo rudolfensis.

Restes du squelette de « Lucy ».

Fossiles célèbres

Certains fossiles d'Australopithèques sont célèbres, car ils ont beaucoup fait progresser notre connaissance des premiers hommes préhistoriques :

L’enfant de Taung

Crâne d'un enfant australopithèque (Australopithecus africanus), découvert en 1924 par Raymond Dart, à Taung, près de Kimberley, en Afrique du Sud. Le crâne, vieux de 3 millions d'années, associe des traits simiens et humains. Le trou à la base du crâne, assurant la communication entre le canal vertébral et la boîte crânienne, indique la station bipède. L'empreinte du cerveau est conservée à l'intérieur du crâne.

Les paranthropes

Reconstitution d'un Paranthropus boisei, au Musée d'archéologie de Westphalie.

Les Paranthropes, que l'on plaçait autrefois dans le genre Paranthropus, sont trois espèces d'Australopithèques appelés « Australopithèques robustes ». Ils étaient plus grands, et plus massifs que les autres Australopithèques. Un peu comme le gorille actuel, ils possédaient des mâchoires puissantes, car c'était des végétariens, qui se nourrissaient de graines dures et de racines.

Principales espèces

Notes et références

  1. Les Australopithèques ont disparu ; aujourd'hui, notre plus proche parent encore en vie est le chimpanzé.
  2. Les chimpanzés, les gorilles et quelques autres singes sont capables de se mettre debout, mais ne peuvent pas marcher de cette façon en permanence. L'Homme moderne, lui, en est capable, et les Australopithèques aussi. C'est une caractéristique qu'ils ont en commun.
Portail de la Préhistoire   Tous les articles sur la Préhistoire
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.