Iguane marin

Tu lis un « super article ».
Iguane marin
Un iguane marin mâle, se reposant sur un rocher, sur l'île de Fernandina.
Nom(s) commun(s) Iguane marin, Amblyrhynche à crête
Nom scientifique Amblyrynchus cristatus
Classification Ordre des Squamates
Répartition Îles Galápagos
Milieu de vie Côtes rocheuses
Taille 75 cm à 1m30
Poids 1 à 3 kg
Longévité inconnue
Reproduction 3 à 5 œufs pondus dans un nid, à terre, tous les 2 ans
Régime alimentaire herbivore : se nourrit d'algues marines
Statut UICN Vulnérable
Un iguane marin, en train de nager
Modifier voir modèle  modifier

L'iguane marin, ou iguane marin des Galápagos (nom scientifique : Amblyrynchus cristatus) est un iguane, qui vit sur les côtes des îles Galápagos. C'est le seul lézard marin au monde.

Description

L'iguane marin a un corps allongé, avec une longue queue, et une grosse tête, couverte d'écailles dures formant une sorte de casque. Il a aussi des épines qui forment une crête tout le long de son dos et de sa queue.

En 1835, quand Charles Darwin a débarqué aux îles Galápagos, il a décrit ainsi l'iguane marin : Les rochers de lave noire sur la plage sont fréquentés de grands (60 à 90 centimètres) lézards, patauds et répugnants. Ils sont aussi noirs que les roches poreuses sur lesquelles ils rampent, et cherchent leurs proies dans la mer - Certains les appellent « lutins des ténèbres »[1]

Mode de vie

Nutrition

Alimentation

En fait, les iguanes marins ne sont noirs que quand ils sortent de l'eau. Ils vont alors sur les rochers, pour se réchauffer au soleil, et leur peau devient rouge. Quand ils se sont bien réchauffés, ils retournent à la mer, pour se nourrir. Darwin s'est en fait trompé : ces animaux ne sont pas carnivores, et s'ils vont en mer, c'est pour y trouver des algues dont ils se nourrissent, et qu'ils broutent sous l'eau. D'ailleurs, il sont loin d'être « patauds », et nagent même très bien. Quand ils nagent, ils gardent la tête hors de l'eau, et ne plongent que pour se nourrir.

L'iguane marin ne se nourrit que de certaines espèces d'algues, qu'il va chercher en mer, et broute sur les rochers, sous l'eau. À marée basse, les iguanes marins peuvent également brouter les algues qui sont sur les rochers hors de l'eau, ce qui est beaucoup moins fatigant que de nager. Son intestin contient des bactéries qui vivent en symbiose avec l'iguane, et l'aident à digérer les algues dont il se nourrit.

Les iguanes se nourrissent notamment d'algues vertes, comme les ulves qui poussent près de la surface de l'eau, mais ils préfèrent cependant les algues rouges, plus nutritives, mais qui poussent un peu plus profondément. Seuls les grands mâles plongent très profondément pour se nourrir, les autres iguanes restent plus près de la surface, ou bien attendent la marée basse. Lors des plus grandes marées, le niveau de la mer est si haut que les algues rouges se retrouvent trop profondément sous l'eau pour la plupart des iguanes, et ils sont obligés de manger des ulves, qui poussent plus près de la surface[2].

Lorsqu'il fait plus chaud, l'été, l'eau se réchauffe, et les algues rouges sont moins nombreuses. Les iguanes sont alors obligés de manger plus d'ulves. Certaines années, à cause de El Niño, l'eau se réchauffe beaucoup, et même les algues vertes disparaissent. Elles sont remplacées par des algues brunes, qui sont beaucoup moins nourrissantes pour les iguanes.

Sur certaines îles, les iguanes se nourrissent également d'une plante terrestre qui pousse sur la plage, la Batis maritima. Cette plante est beaucoup moins nourrissante que les algues, mais comme on en trouve tout le temps, quelle que soit la saison, les iguanes qui en mangent sont assurés de toujours trouver de quoi se nourrir[3]. Les iguanes qui vivent sur ces îles et qui consomment ces plantes supportent donc mieux que les autres les années où El Niño réchauffe le climat.

L'iguane marin nage parfaitement bien, il est capable également de plonger, jusqu'à 20 mètres de profondeur, et de rester environ 1h sous l'eau. Afin d'économiser du dioxygène, la fréquence cardiaque de l'iguane marin ralentit beaucoup lorsqu'il plonge. Son cœur peut même s'arrêter de battre pendant 3 minutes!

Le sel

Une autre particularité de l'iguane marin, c'est que comme il ne se nourrit que d'algues marines, qui contiennent beaucoup plus de sel que les plantes terrestres, il mange en quelque sorte « trop salé », ce qui pourrait être dangereux pour sa santé, s'il ne trouvait pas un moyen de l'évacuer de son corps.

En effet, comme d'autres animaux marins, comme les tortues marines, par exemple, les iguanes marins ont une glande à sel, un organe spécial qui leur permet d'éliminer le sel en trop dans leur organisme. Celle de l'iguane marin se trouve dans son nez, ce qui lui permet d'évacuer le sel par les narines, tout simplement en éternuant!

Température et énergie

Un iguane marin, en train de se chauffer, au soleil, sur un rocher. Sa peau devient rouge quand elle est réchauffée par le soleil

Ce mode de vie est très fatiguant, et le corps de l'iguane se refroidit très vite dans l'eau. En effet, la température de son corps varie avec celle de son milieu, et l'eau est beaucoup plus froide que l'air. Quand il a suffisamment mangé, l'iguane doit alors vite retourner à terre, pour se réchauffer. Il est alors épuisé, et il se déplace nettement moins vite quand il arrive sur les rochers. C'est probablement cette scène à laquelle Darwin a assisté, il y a près de 200 ans, et qui lui a donné à penser que ces animaux étaient « patauds ».

Quand la température de son corps atteint 35,5 °C, l'iguane marin change de position, afin d'éviter de trop chauffer. S'il a vraiment trop chaud, il plonge dans la mer pour se rafraîchir. Le soir, les iguanes se réchauffent avec la chaleur du soleil couchant, puis se blottissent les uns contre les autres pour se protéger du froid durant la nuit.

Reproduction

Un bébé iguane marin, sur le dos d'un adulte

L'iguane marin atteint sa maturité sexuelle à 12 ans. La reproduction a lieu entre décembre et avril, ce qui correspond à la saison chaude, dans l'hémisphère sud (où se situent les îles Galápagos). Les femelles ne se reproduisent qu'un an sur deux.

La femelle creuse un terrier dans le sable, pas trop près du bord de mer (elles peuvent aller pour cela jusque 2 km à l'intérieur des côtes), de 50 à 80 cm de profondeur. Elle y dépose entre 3 et 5 œufs, avant de reboucher le nid. Elle reste à proximité pour surveiller le nid, et s'assurer que les œufs ne soient pas déterrés par un prédateur, ou par une autre femelle en train de creuser son nid à elle.

Les bébés iguanes naissent 3 mois après, et creusent vers la surface pour quitter le nid. Ils mesurent alors seulement 20 cm, et sont des proies faciles pour de nombreux animaux

Amis et ennemis

La buse des Galápagos est l'un des principaux prédateurs de l'iguane marin.

L'iguane marin est la proie d'autres animaux, comme la buse des Galápagos, qui s'attaque aussi bien aux adultes qu'aux bébés.

Les bébés iguanes marins sont aussi victimes d'autres prédateurs, comme le serpent Alsophis biseralis.

Un sally-pied-léger, sur les rochers, en bord de mer

Un petit crabe, le sally-pied-léger (Grapsus grapsus) vit en symbiose au côté des iguanes marins. Il monte sur le dos des iguanes et leur mange les peaux mortes, et les tiques. Les iguanes les laissent faire, car cela leur permet de se faire nettoyer facilement.

Certains oiseaux, comme les pinsons de Darwin, ou les moqueurs se nourrissent également parfois sur le dos des iguanes. Il existe quatre espèces de moqueurs, qui vivent sur les différentes îles des Galápagos, comme le moqueur des Galápagos, ou le moqueur d'Espagnola. Les moqueurs sont des oiseaux omnivores, qui se nourrissent parfois également des tiques sur le dos des iguanes. Cependant, contrairement aux crabes, les moqueurs ne vivent pas toujours en symbiose avec les iguanes : quand la nourriture manque, s'ils ne trouvent pas de tiques sur le dos des iguanes, ils n'hésitent pas à les piquer avec leur bec, pour les blesser, et ensuite boire leur sang, comme de véritables parasites!

Évolution

L'iguane marin est un proche cousin des iguanes terrestres des Galápagos : l'iguane terrestre des Galápagos, l'iguane terrestre de Santa Fe, et l'iguane rose des Galápagos. Ils sont apparus dans l'archipel des Galápagos, où leurs ancêtres sont arrivés il y a plusieurs millions d'années. Les analyses génétiques montrent que les ancêtres des iguanes des Galápagos sont arrivés sur l'archipel il y a environ 5,7 millions d'années, et c'étaient des iguanes terrestres. Ils sont probablement arrivés là sur des troncs d'arbres ou des branchages flottants, qui ont dérivé jusqu'aux Galápagos au cours de tempêtes.

Si la plupart des iguanes des Galápagos sont restés terrestres, les ancêtres de l'iguane marin ont commencé à se nourrir d'algues poussant sur les côtes, peut-être à marée basse comme le font encore les iguanes marins actuels. Petit à petit, grâce à la sélection naturelle, ils ont accumulé des adaptations à la vie en milieu marin, jusqu'à arriver à leur apparence actuelle.

Menace et protection

Comme la plupart des espèces endémiques des Galápagos, l'iguane marin est une espèce vulnérable et fragile. Son habitat est limité, et s'il lui arrivait quelque chose, cela risquerait d'être très grave pour l'iguane marin.

Lorsque le phénomène El Niño réchauffe la mer aux Galápagos, les algues disparaissent, et les iguanes marins, qui s'en nourrissent, deviennent beaucoup plus rares (jusque 85% des iguanes disparaissent).

En 2001, le naufrage du pétrolier Jessica a provoqué une marée noire, et entraîné la disparition de 85% des iguanes marins à Santa Fe, l'une des îles de l'archipel

Pour toutes ces raisons, l'iguane marin est une espèce protégée. Il est classé comme « vulnérable » sur la liste rouge de l'UICN, et inscrit sur l'annexe II de la convention de Washington

Voir aussi

Vikiliens pour compléter

Série d'articles sur la faune des îles Galápagos :

Tortue géante des Galápagos : Tortue de Pinta   Tortue du nord d'Isabella   Tortue du sud d'Isabella   Tortue de San Cristóbal   Tortue de Santiago     Tortue de Pinzón   Tortue d'Española   Tortue de Floreana   Tortue de Fernandina   Tortue de Santa Cruz
Iguanes : Iguane terrestre des Galápagos   Iguane terrestre de Santa Fe   Iguane rose   Iguane marin
Oiseaux : Albatros des Galápagos   Manchot des Galápagos   Fou à pieds bleus   Fous à pieds rouges   Fou masqué   Pinsons de Darwin   Buse des Galápagos   Tourterelle des Galápagos   Moqueur des Galápagos
Mammifères : Otarie des Galápagos
Invertébrés : Sally-pied-léger

Liens externes

Sources

Notes et références

  1. The black Lava rocks on the beach are frequented by large (2–3 ft) most disgusting, clumsy Lizards. They are as black as the porous rocks over which they crawl & seek their prey from the Sea. — Somebody calls them "imps of darkness". Charles Darwin, septembre 1835, Charles Darwin's Beagle Diary (texte en ligne sur darwin-online)
  2. Shepherd & Hawkes, 2005, Algal Food Preferences and Seasonal Foraging Strategy of the Marine Iguana, Amblyrhynchus cristatus, on Santa Cruz, Galapagos, Bulletin of Marine Sciences
  3. Wikelski é Wredge, 2000, Niche expansion, body size, and survival in Galápagos marine iguanas, Oecologia
Article mis en lumière la semaine du 7 janvier 2013.
Super article
Cet article a été élu super article ! Tu peux voir sa page de vote ici.
Portail des animaux   Tous les articles sur les animaux !
This article is issued from Vikidia. The text is licensed under Creative Commons - Attribution - Sharealike. Additional terms may apply for the media files.