Álvaro Nadal

Álvaro María Nadal Belda [ˈalβaɾo maˈɾia naˈðal ˈβɛda], né le à Madrid, est un haut fonctionnaire et homme politique espagnol membre du Parti populaire (PP).

Pour les articles homonymes, voir Nadal.

Álvaro Nadal

Álvaro Nadal en .
Fonctions
Ministre espagnol de l'Énergie, du Tourisme et du Numérique

(1 an, 7 mois et 3 jours)
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Gouvernement Rajoy II
Prédécesseur Luis de Guindos (intérim)
José Manuel Soria
Successeur Teresa Ribera (Énergie)
Reyes Maroto (Tourisme)
Nadia Calviño (Numérique)
Député aux Cortes Generales

(3 ans, 4 mois et 14 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Madrid
Législature XIe et XIIe
Groupe politique Populaire
Député aux Cortes Generales

(3 ans, 9 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Albacete
Législature IXe et Xe
Groupe politique Populaire
Successeur Irene Moreno
Biographie
Nom de naissance Álvaro María Nadal
Belda
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PP
Diplômé de Université pontificale
de Comillas
Profession Technicien commercial
et économiste de l'État

Ministres de l'Énergie d'Espagne

En , il devient secrétaire à la Politique économique du PP. Il est élu au Congrès des députés en . Après les élections de , il est désigné conseiller économique de Mariano Rajoy. Il est réélu député en et nommé ministre de l'Énergie, du Tourisme et du Numérique le . Contraint de quitter l'exécutif un an et demi plus tard, il annonce en son retrait de la vie politique.

Biographie

Jeunesse

Il est titulaire de deux licences obtenues à l'université pontificale de Comillas, une en droit l'autre en sciences économiques et commerciales. Il passe ensuite avec succès le concours du corps supérieur des techniciens commerciaux et économistes de l'État[1].

Débuts professionnels

En , alors qu'il est conseiller du ministre de l'Industrie Josep Piqué, il s'inscrit à l'université Harvard où il suit des cours d'économie jusqu'en [2]. Cette même année, il rejoint le ministère de l'Économie et des Finances. D'abord affecté auprès de Cristóbal Montoro, il travaille ensuite avec Rodrigo Rato. Il est nommé conseiller économique et commercial de l'ambassade espagnole en Israël en [1].

Il intègre en le secrétariat d'État aux Budgets et aux Dépenses du ministère des Finances. En il prend pour quelques mois le poste de sous-directeur général de la Programmation et de l'évaluation des fonds communautaires[1].

Ascension politique

Au congrès du PP de , il est nommé secrétaire exécutif à la Politique économique et à l'Emploi par le nouveau président du parti Mariano Rajoy[1].

Dans la perspective des élections législatives du , il se présente en deuxième position dans la circonscription d'Albacete[3]. Au Congrès des députés, il siège à la députation permanente, à la commission de l'Industrie, du Tourisme et du Commerce et occupe un poste de porte-parole adjoint de son groupe à la commission de l'Économie et des Finances[4].

Sous l'égide de la porte-parole parlementaire Soraya Sáenz de Santamaría, il participe à un petit groupe qui conseille étroitement Rajoy pour ses principales interventions, travaille avec Montoro et Fátima Báñez sur les propositions du PP en matière économique tout au long de la législature[5].

Proche conseiller de Rajoy

Aux élections législatives anticipées du , il est confirmé en deuxième place sur la liste d'Albacete[6]. Le suivant le nouveau président du gouvernement Mariano Rajoy le nomme directeur du bureau économique du président du gouvernement[7]. Il démissionne en conséquence du Congrès dès le [8].

Pour les élections législatives du , il figure en cinquième position sur la liste du Parti populaire dans la circonscription de Madrid menée par Rajoy[9]. La liste ayant remporté 13 sièges, il est élu député pour un nouveau mandat. Le Congrès de la XIe législature ayant échoué à investir un président du gouvernement, les Cortes Generales sont dissoutes et des élections anticipées sont convoquées le . Pour ce nouveau scrutin, il conserve sa place sur la liste ainsi que son mandat[10].

Ministre de l'Énergie

Le , Álvaro Nadal est nommé à 46 ans ministre de l'Énergie, du Tourisme et du Numérique dans le second gouvernement de Rajoy[11]. Il est alors vu comme le « Raspoutine » économique du président du gouvernement et reprend une partie des compétences exercées jusqu'à présent par son frère jumeau Alberto, secrétaire d'État à l'Énergie au ministère de l'Industrie[12].

Il annonce le la fermeture définitive de la centrale nucléaire de Santa Maria de Garoña, dans la province de Burgos, plus ancienne installation du parc nucléaire espagnol et qui se trouve à l'arrêt depuis . Sollicité par le gouvernement, le Conseil de sécurité nucléaire (CSN) avait émis un avis favorable à sa relance, sous condition d'importants travaux de mise aux normes[13].

Retour au Congrès puis retrait

Redevenu simple député, il s'implique activement dans la campagne de Soraya Sáenz de Santamaría à l'occasion du 19e congrès du Parti populaire de visant à élire le nouveau président du parti[14]. Il indique alors qu'il s'agit de la personne la « mieux préparée » et devient son conseiller économique[15],[16]. Lorsque Pablo Casado gagne au terme du second tour de scrutin, celui-ci nomme le frère d'Álvaro, Alberto Nadal, nouveau secrétaire à l'Économie et à l'Emploi du parti en remplacement de son jumeau[17],[18]. En suivant, en qualité d'ancien ministre, il est élu président de la commission du Statut des députés en remplacement de son collègue Leopoldo Barreda.

Le , les deux frères jumeaux font part de leur décision d'abandonner la politique active tout en restant militants du PP. Álvaro et Alberto demandent alors leur réintégration dans la fonction publique au poste de technicien commercial et économiste de l'État ; le premier au Royaume-Uni et le second aux États-Unis[19],[20].

Vie privée

Il est marié et père de deux enfants[1].

Notes et références

  1. (es) Parti populaire, « Álvaro Nadal », sur pp.es/ (consulté le 4 novembre 2016).
  2. (es) « El nuevo ministro Álvaro Nadal presume de un doctorado en Harvard que no tiene », sur publico.es/, (consulté le 7 novembre 2016).
  3. (es) Junte électorale provinciale d'Albacete, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 33/2008, de 14 de enero », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  4. (es) Congrès des députés, « Nadal Belda, Álvaro María », sur congreso.es/ (consulté le 4 novembre 2016).
  5. (es) Fernando Garea, « Gran experiencia en la segunda fila », sur elpais.com/, (consulté le 5 novembre 2016).
  6. (es) Junte électorale provinciale d'Albacete, « Candidaturas proclamas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 1329/2011, de 26 de septiembre », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  7. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 1837/2011, de 23 de diciembre, por el que se nombra Director de la Oficina Económica del Presidente del Gobierno a don Álvaro María Nadal Belda. », sur boe.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  8. (es) Congrès des députés, « Nadal Belda, Álvaro María », sur congreso.es/ (consulté le 4 novembre 2016).
  9. (es) Junte électorale de Madrid, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 977/2015, de 26 de octubre », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  10. (es) Junte électorale de Madrid, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 184/2016, de 3 de mayo. », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  11. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 417/2016, de 3 de noviembre, por el que se nombran Ministros del Gobierno. », sur boe.es/, (consulté le 4 novembre 2016).
  12. (es) Miguel Ángel Noceda, « Álvaro Nadal, el gemelo zurdo », sur elpais.com/, (consulté le 4 novembre 2016).
  13. (es) Miguel Ángel Noceda, « El Gobierno decide el cierre definitivo de la central nuclear de Garoña », sur elpais.com/, (consulté le 1er août 2017).
  14. (es) « Álvaro Nadal respalda la candidatura de Santamaría a la presidencia del PP. », sur elespanol.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  15. (es) « Álvaro Nadal se decanta por Sáenz de Santamaría: "Es la mejor preparada". », sur elconfidencial.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  16. (es) « Así son los programas económicos de Santamaría y Casado. », sur expansion.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  17. (es) « Casado jubila a Montoro, revuelve a los Nadal y rehabilita a Soria. », sur elmundo.es, (consulté le 30 janvier 2019).
  18. (es) « Casado nombra a Alberto Nadal nuevo secretario de Economía y Empleo del PP. », sur cincodias.elpais.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  19. (es) « Los hermanos Nadal se alejan de Casado y piden destino en Washington y Londres. », sur elconfidencial.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  20. (es) « Hernando quita hierro a que los hermanos Nadal dejen la política y lo achaca que el PP está en la oposición. », sur lavanguardia.com, (consulté le 30 janvier 2019).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : IXe, Xe, XIe et XIIe législatures.
  • Portail de la politique en Espagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.