Église Saint-Nicolas-du-Louvre

L'église Saint-Nicolas-du-Louvre est une église disparue de Paris. Elle était située sur la Rive Droite de la Seine à proximité du palais du Louvre et du port Saint-Nicolas. Elle était voisine de l'église Saint-Thomas-du-Louvre.

Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Nicolas.

Église Saint-Nicolas-du-Louvre
Présentation
Culte Catholique
Type Collégiale (après 1541)
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction XIIIe
Date de démolition 1780
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Commune Paris

Situation

L'église Saint-Nicolas-du-Louvre était située rue des Orties-du-Louvre, également nommée rue Saint-Nicolas-du-Louvre. Cette rue longeait la grande galerie du palais du Louvre. Le collège donnait lui sur la rue Froidmanteau (rue du Musée après 1839)[1]. L'ensemble de ce secteur a été rasé au XIXe lors des travaux de l'achèvement du Louvre.

Histoire

Robert Ier, comte de Dreux, fonde l'église Saint-Thomas-du-Louvre sur les dépendances du manoir de la Petite-Bretagne qui était construit sur le fief de Ville-l'Évêque. Il fonde également un hôpital et un collège. En 1209, le pape Innocent III y fait entrer des écoliers indigents. Après un conflit entre le chapitre de Saint-Thomas et le proviseur du collège, les biens du comte de Dreux sont séparés entre les deux établissements. En 1217, le pape autorise le collège à établir une chapelle et un cimetière. La chapelle est dédiée à saint Nicolas. Le collège et l'hôpital sont renommés hôpital des pauvres écoliers de Saint-Nicolas-du-Louvre. À la fin du XIIIe, le collège était constitué d'un proviseur, d'un chapelain et de quinze boursiers. En 1350, on compte deux chapelains et dix-huit boursiers.

Le 25 juillet 1541, Jean du Bellay, évêque de Paris, supprime le collège et l'érige en chapitre composé d'un prévôt et de quinze chanoines. Ce chapitre est réuni en 1740 à celui de l'église Saint-Thomas-du-Louvre pour former le chapitre de l'église Saint-Louis-du-Louvre, construite à l'emplacement de l'église Saint-Thomas. L'église Saint-Nicolas est alors abandonnée. Elle est démolie peu avant la révolution[2].

Références

  1. Albert Lenoir et Adolphe Berty, Histoire topographique et archéologique de l'ancien Paris : feuille 3', Paris, Martin et Fontet [lire en ligne]
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 634-635 [lire en ligne]

Articles connexes

  • Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail de Paris
  • Portail du catholicisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.