Épistocratie

L’épistocratie, aussi appelée épistémocratie, est un système politique qui accorde plus de crédit, de pouvoir à des personnes ayant une meilleure maîtrise des sujets traités.

Cette page contient des caractères grecs. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

On peut le définir comme une aristocratie (dans le sens puriste) dont le critère de tri des citoyens est le savoir.

Étymologie

Le mot « épistocratie » vient du grec ἐπιστήμη, « science » dans le sens de « savoir », et de κράτος, « souveraineté ».

Principe

Le principe de l'épistocratie est d'accorder plus de crédit, de pouvoir a des personnes ayant une meilleure maîtrise des sujets traités[1].

Beaucoup de décisions de notre vie quotidienne sont prises selon les principes de l'épistocratie (hauts diplômés, Prix Nobel…), mais aussi, et essentiellement, dans les entreprises où les décisions sont prises à l'issue de réunions où sont conviées les parties prenantes des décisions, les personnes concernées, et surtout les experts qui vont leur permettre de se décider.

En politique, l'épistocratie tend à nommer des experts reconnus aux postes clefs dépendant de leur domaine d'activité.

Defenseurs

Plusieurs philosophes proposent des systèmes épistocratique :

Dans le livre V de La Republique, c'est le philosophe roi qui gouverne la cité idéale selon Platon.

L'idée est entre autres développée par Socrate, qui explique notamment que le philosophe roi, en s'élévant vers le monde des Idées, atteint un désinteressement du pouvoir qui lui permet de bien gouverner.[2]

John Stuart Mill suggére de donner des droits de vote supplémentaires aux citoyens ayant un diplôme universitaire ou exerçant un métier intellectuel.[réf. nécessaire]

Jason Brennan évoque des mesures à considérer : le droit de vote pourrait être réservé à ceux qui auraient passé avec succès un examen de connaissances politiques de base ; les citoyens disposant de compétences politiques confirmées pourraient bénéficier de droits de vote supplémentaires.

Critiques

Si en théorie l'épistocratie semblerait plus efficace que la démocratie, elle a le défaut de diviser la population en deux catégories : ceux qui savent et qui ont donc le pouvoir, et ceux qui ne savent pas et qui n'ont donc pas le pouvoir, avec le risque de la création d'une oligarchie. On pourrait même admettre qu'il s'agit bel et bien d'une oligarchie, à partir du moment où le pouvoir est détenu uniquement par "ceux qui savent". L'interrogation peut toutefois porter sur la possibilité d'étendre progressivement le dit savoir, afin de permettre à une portion de plus en plus large de la population de participer activement à la vie politique. Ici se trouve mis en avant la question de savoir si l'oligarchie que représente l'épistocratie serait susceptible de basculer progressivement vers un système plus démocratique.

Bibliographie


Notes et références

  1. Brennan 1979.
  2. « Colloque Cercop 2017 », brochure, , p. 2 (chrome-extension://oemmndcbldboiebfnladdacbdfmadadm/http://www.droitconstitutionnel.org/prog.%20colloque%20cercop%202017.pdf)

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Portail de la politique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.