Île de Cavallo

L'île de Cavallo, en langue corse Cavaddu, est une île de l'archipel des Lavezzi en Corse-du-Sud. D'une superficie de 120 ha[1], c'est la plus grande île de l'archipel et la seule à être habitée.

Pour les articles homonymes, voir Cavallo.

Île de Cavallo
Cavaddu (co)
Géographie
Pays France
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 41° 22′ 05″ N, 9° 15′ 50″ E
Superficie 1,204 53 km2
Côtes 12,36 km
Point culminant non nommé (32 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Commune Bonifacio
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+01:00
Géolocalisation sur la carte : France
Île de Cavallo
Géolocalisation sur la carte : Corse
Île de Cavallo
Îles en France

Situation

L'île de Cavallo fait partie de l'archipel des Lavezzi, dans les bouches de Bonifacio (le détroit entre la Corse et la Sardaigne). Elle se situe à 2,3 km de la côte[1], à l'est du cap Sperone et du port de Piantarella, sur le territoire de la commune de Bonifacio. C'est la zone d'habitation la plus méridionale de France métropolitaine.

Histoire

Préhistoire

Au Paléolithique, lors de la dernière glaciation, le niveau de la mer était inférieur de 100 m par rapport au niveau actuel. Les îles Cavallo, Lavezzo et Ratino étaient alors émergées et formaient un passage à sec entre la Corse et la Sardaigne. Au Néolithique, ces trois îles formaient encore une île unique, distante de la côte d'une centaine de mètres. Il est probable que ce lieu ait été d'une grande importance pour la circulation entre la Corse et la Sardaigne pendant la Préhistoire[2].

Des abris-sous-roche datant de l'époque préhistorique ont été recensés sur l'île de Cavallo[2].

Carrière romaine

Cette île, ainsi que l'îlot adjacent de San Baïnso, fut exploitée par les Romains autour du IIe siècle[3], qui y envoyaient des prisonniers[4] pour extraire du granite destiné à l'édification de temples[5]. Deux épaves romaines ont d'ailleurs été découvertes à proximité de Cavallo[2].

Jusqu'au XIXe siècle, des témoignages rapportent que les traces de cette exploitation étaient encore parfaitement visibles, dans un excellent état de conservation. Mais la reprise momentanée de l'extraction de granite en 1872 pour édifier le phare des Lavezzi entraîna la destruction de la plupart des vestiges romains[6].

De ces vestiges, seule une colonne de pierre demeura intacte et fut transportée à Bonifacio en pour servir de monument commémoratif[6]. De nos jours, les traces de découpe dans la roche sont toujours apparentes sur l'îlot de San Baïnso.

Le site de l'ancienne carrière est inscrit depuis 1992 au titre des monuments historiques[3].

Pastoralisme

Après le départ des Romains, l'île fut abandonnée jusqu'en 1800, date à laquelle un berger vint y vivre seul avec son troupeau[4].

« L'île des milliardaires »

Depuis 1970, de luxueuses résidences secondaires s'y sont construites, ainsi qu'un petit aérodrome (désaffecté depuis 1988)[7], un port et une marina.

La fortune ou la notoriété de certains propriétaires de villas sur l'île, et le fait que les bateaux de promenade « grand public » se contentent de passer au large, les guides insistant bien sur le caractère « privilégié » de ses habitants, ont valu à Cavallo son surnom d'« île des milliardaires »[8].

Cependant, la construction de nouvelles habitations est bloquée depuis plusieurs années par les autorités à la suite de problèmes d'assainissement, et on peut trouver un peu partout sur l'île des chantiers à l'abandon[8],[9].

Personnalités ayant résidé à Cavallo

Tourisme

On trouve sur la marina quelques magasins, des restaurants et un hôtel (l'Hôtel & Spa des Pêcheurs).

La plus grande partie de l'île est constituée de propriétés privées, mais il reste possible de circuler dans la marina[réf. souhaitée]. Quant aux plages, leur statut est plus flou : certains estiment qu'elles font partie du domaine public maritime, d'autres les considèrent comme privées[réf. nécessaire]. En pratique, il n'est pas rare pour les « simples touristes » d'être pris à partie par les gardiens des propriétés privées[9].

Une navette régulière permet de rejoindre Cavallo depuis l'embarcadère de Piantarella en 15 minutes environ[10].

L'île est sur le territoire français mais la langue principalement utilisée est l'italien, y compris pour les stations de radio et le réseau téléphonique[11].

Protection environnementale

L'île de Cavallo et l'îlot de San Baïnso ont échappé à la rétrocession de l'archipel à la commune de Bonifacio en 1981 (contradictoire avec l'encadré). Cette partie de l'archipel est donc exclue de la réserve naturelle des îles Lavezzi et de la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio[12].

Les voitures n'étant pas autorisées sur l'île[réf. souhaitée], on n'y trouve que des petits véhicules électriques (similaires à des voitures de golf) ou des bicyclettes.

Références

Liens externes

  • Portail de la Corse
  • Portail du monde insulaire
  • Portail de la mer Méditerranée
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.