Îles Mariannes du Nord

Les îles Mariannes du Nord[2] font partie de l'archipel des Mariannes, dans l'est de la mer des Philippines. Elles sont situées au nord-nord-est de Guam, île avec laquelle elles forment le territoire du peuplement chamorro, et au sud des îles Kazan (en japonais : Kazan-rettō), dans l'archipel d'Ogasawara. Elles sont un état associé aux États-Unis sous le statut de territoire organisé non incorporé, constitué, à l'instar de Porto Rico, en commonwealth. Des quinze îles, seules les trois plus grandes sont peuplées, majoritairement d'immigrés et de descendants d'immigrés philippins et chinois.

Commonwealth des Îles Mariannes du Nord

Commonwealth of the Northern Mariana Islands (en)


Sceau

Drapeau
Administration
Pays États-Unis
Statut politique Territoire non incorporé et organisé
Capitale Saipan
15° 15′ N, 145° 45′ E
Gouvernement
- Chef d'État
 - Gouverneur
 - Lieutenant gouverneur
 - Délégué au Congrès

Donald Trump
Ralph Torres

Victor Hocog

Gregorio Sablan
Démographie
Population 55 144 hab.[1] (2017)
Densité 116 hab./km2
Langue(s) Anglais, chamorro, carolinien
Géographie
Coordonnées 17° nord, 146° est
Superficie 477 km2
Divers
Monnaie Dollar américain
Fuseau horaire UTC + 10
Domaine internet .us et .mp
Indicatif téléphonique 1-670
Code ISO 3166-1 MNP, MP

    Histoire

    Il y a 5 000 ans (3000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan et former les premières populations austronésiennes. Vers 2000 av. J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de là, les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au-delà, les îles de l'Océan Pacifique.

    Le premier Européen à avoir abordé ces îles fut Fernand de Magellan en 1521, qui visita Guam et réclama ces terres pour l’Espagne. Mécontent des habitudes des habitants sur ses navires, il les baptisa, d'après Antonio Pigafetta, « las islas de los Ladrones » (les îles des Voleurs) ; mais en 1688, leur nom devint « las Marianas », d’après Marianne d’Autriche, veuve de Philippe IV d’Espagne. Presque tous les autochtones disparurent pendant l’occupation espagnole, mais des insulaires des îles voisines repeuplèrent en partie les îles.

    Vendues à l'Empire allemand en 1899, elles furent occupées par l'Empire du Japon dès 1914, qui les transforma en camps militaires.

    Durant la Seconde Guerre mondiale, les Marines américains y débarquèrent le 15 juin 1944 et remportèrent la bataille de Saipan. Les bombardiers transportant les bombes atomiques à destination de Hiroshima et Nagasaki partirent de Tinian. L’archipel fut administré par les États-Unis comme une partie du territoire sous tutelle des îles du Pacifique, statut accordé par les Nations unies, avec la défense et les affaires étrangères sous le contrôle américain.

    Le peuple des Mariannes décida de rechercher l'indépendance, mais de se rapprocher davantage de la puissance tutélaire. Un accord établissant un Commonwealth fut approuvé en 1975. La constitution et le nouveau gouvernement entrèrent en vigueur en 1978. Le , le membre du Congrès Richard Pombo (Californie) émet la proposition « H. R. 5135 - the Northern Mariana Islands Delegate Act ». Cette proposition va devenir loi (réintroduite le sous un nouveau n° H. R. 873), elle permet aux Mariannes du Nord d'élire un délégué sans droit de vote au congrès américain, à compter des élections de 2008.

    Géographie

    [[Fichier:USA Northern Mariana Islands location map.svg|350px|{{#if:|{{{alt}}}|Îles Mariannes du Nord est dans la page Îles Mariannes du Nord.]]
    Principales îles.

    Les îles Mariannes du Nord se trouvent dans la mer des Philippines, à proximité de la fosse océanique la plus profonde au monde (11 053 mètres de profondeur), la fosse des Mariannes. Elles sont frontalières de l'océan Pacifique, situé à l'est. Capitol Hill, la capitale établie dans l'île de Saipan, se situe à 217 km au nord-nord-est de Hagåtña, à Guam, et à 1 363 km au sud-sud-est de Chichi-jima, la principale île de l'archipel d'Ogasawara. L'Iro Zaki, un cap de la préfecture de Shizuoka, au Japon, est distant de 2 260 km en direction du nord-nord-ouest.

    Le total des 15 îles couvre une superficie de 463,63 km2. Ce tableau présente les différentes îles du Nord au Sud.

    Île Superficie
    (en km²)
    Population
    (en 2010[3])
    Altitude
    (en m)
    Sommet
    Îles du Nord
    1Farallon de Pajaros (Uracas)2,55319
    2Îles Maug2,13227
    3Asuncion7,31857
    4Agrigan43,51965Mont Agrihan
    5Île Pagan47,24579Mont Pagan
    6Alamagan11,11744Alamagan
    7Guguan3,87301
    8Banc de Zealandia>0.0>0
    9Sarigan4,97549
    10Anatahan31,21787
    11Farallon de Medinilla0,8581
    Îles du Sud
    12Saipan115,3848 220474Mont Tagpochau
    13Tinian101,013 136170Kastiyu
    14Aguijan7,10157Alutom
    15Rota85,392 527491Mont Manira
    Total463,6353 883965Mont Agrihan

    Démographie

    Évolution de la population
    AnnéePop.±%
    1960 6 000    
    1970 9 436+57.3%
    1980 16 780+77.8%
    1990 43 345+158.3%
    2000 69 221+59.7%
    2010 53 883−22.2%
    2016 53 467−0.8%

    Lors du recensement de 2010, les Îles Mariannes du Nord comptent 53 883 habitants, dont[1] :

    En 2010, 32,8 % de la population de âgée de plus de 5 ans déclare parler une langue philippine, 24,1 % le chamorro, 17,0 % l'anglais, 6,8 % une langue chinoise, 5,0 % le carolinien, 4,7 % le coréen et 9,6 % une autre langue[4].

    Politique

    Pouvoir exécutif

    Le gouverneur qui dirige l'exécutif local est élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. Depuis le 29 décembre 2015, la fonction est occupée par Ralph Torres qui a succédé à Eloy Inos, décédé.

    Le lieutenant-gouverneur, deuxième personnage du territoire, est élu en même temps que le gouverneur. Depuis le 29 décembre 2015, la fonction est occupée par Victor Hocog.

    Pouvoir législatif

    Le pouvoir législatif est exercé par la Législature, parlement bicaméral composé de la Chambre des représentants et du Sénat.

    Représentation au Congrès

    Un délégué élu représente l'archipel au Congrès des États-Unis, Gregorio Sablan, un démocrate, depuis le 3 janvier 2009.

    Économie

    L'économie des îles Marianne du Nord reste fortement dépendante de l'aide internationale et notamment celle des États-Unis[5] dont elles font partie. Le tourisme emploie plus d'un quart des habitants du pays. Cependant le nombre de touristes notamment japonais a fortement baissé au point que leur nombre total a baissé de moitié. Les productions agricoles de l'île ne suffisent pas à garantir des revenus suffisants au pays. Celle-ci produit notamment des noix de coco. Une récente loi (mars 2014) légalisant les jeux d'argent aboutit au projet de création d'un casino à Saipan en août 2014 ; cet afflux d'argent devrait permettre une meilleure autonomie financière de ce territoire[6].

    Culture

    Biodiversité

    Avifaune

    Codes

    Les Îles Mariannes du Nord ont pour codes :

    Notes et références

    1. (en) « Profile of General Demographic Characteristics: 2010 », sur factfinder.census.gov (consulté le 10 août 2017).
    2. Commission nationale de toponymie, conseil national de l'information géographique, Pays indépendants et capitales du monde : Entités géopolitiques dépendantes au 01.06.2006, , 10 p. (lire en ligne), p. 5.
    3. « U.S. Census Bureau Releases 2010 Census Population Counts for the Northern Mariana Islands », Bureau du recensement des États-Unis, (consulté le 8 septembre 2010).
    4. (en) « Profile of Selected Social Characteristics: 2010 », sur factfinder.census.gov (consulté le 12 août 2017).
    5. (en)Northern Mariana Islands economics
    6. Antépénultième information sur la page : http://www.radioaustralia.net.au/french/2014-08-15/br%C3%A8ves-daustralie-et-du-pacifique-vendredi-15-ao%C3%BBt-2014/1357138

    Voir aussi

    Articles connexes

    • Portail du monde insulaire
    • Portail des îles Mariannes du Nord
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.