Œnone

Dans la mythologie grecque, Œnone, fille du dieu fleuve Cébren, est une nymphe.

Œnone tenant une flûte de Pan, Pâris et Éros, détail d'un sarcophage, œuvre romaine du IIe siècle, Palais Altemps (Inv. 8563)

Elle est la première femme de Pâris, à qui elle prédit qu'il serait blessé au combat et qu'elle seule pourrait le soigner. Pâris l'abandonne cependant pour épouser Hélène. Plus tard, lorsqu'il est blessé pendant la guerre de Troie, il lui demande de l'aider, mais Œnone refuse (ou bien arrive trop tard pour le soigner selon les versions). Prise de remords, elle se suicide en se poignardant ou en se pendant, selon les versions.

Dans la culture

Oenone est également le titre d'un morceau de musique du groupe Pink Floyd.

Une Œnone apparaît comme la nourrice et confidente de Phèdre dans la tragédie de Jean Racine, et dans Hippolyte et Aricie, tragédie lyrique de Jean-Philippe Rameau (1693).

Le nom d'Œnone a été donné à un colibri, des papillons, des astéroïdes.

Évocation artistique

Peinture

Claude Gellée a peint en 1648 un Paysage avec Pâris et Œnone (encore appelé Le Gué), actuellement au Louvre. Œnone refusant de secourir Pâris blessé est un tableau de Léon Coignet (1816, Musée de Fécamp). D'autres tableaux ont représenté les deux phases des relations de Pâris et Œnone : leurs amours sur les pentes du mont Ida — et, bien plus tard, le refus d'Œnone d'utiliser sa connaissance des simples pour sauver Pâris mortellement blessé.

Pâris et Œnone de Reyer van Blommendael, ca 1655 (Musée des Beaux-Arts de Lille).


Œnone refuse de secourir Pâris au siège de Troie, par Antoine-Jean-Baptiste Thomas, prix de Rome, 1816.
  • Portail de la mythologie grecque
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.