73e division d'infanterie (France)

La 73e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale. Entre le et le , Les offensives furent menées à Bois-le-Prêtre par la 73e division commandée par le Général Lebocq, aidé par la brigade mixte dite « de Toul » sous les ordres du général Riberpray. Ces unités, surnommés les « Loups du Bois-le-Prêtre », étaient assistées de trois formations d'artillerie et d'éléments du 10e Génie.

73e Division d'Infanterie
Pays France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Surnom Les Loups du Bois-le-Prêtre
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Flirey
1916 - Bataille de Verdun
1918 - 3e Bataille de l’Aisne
1918 - 4e Bataille de Champagne
1918 - 2e Bataille de la Marne
1918 - Offensive des Cent-Jours
(bataille de Somme-Py)
(Bataille de Champagne et d’Argonne)

Les chefs de la 73e Division d’Infanterie

Première Guerre mondiale

Composition

Historique

Mobilisée dans la 20e Région.

1914

22 -  : combats vers Lironville et sur le plateau de Mamey.
26 -  : attaques vers Fey-en-Haye.
  •  : stabilisation et occupation d’un secteur vers le Bois-le-Prêtre et le bois de Mort Mare (guerre de mines) : , puis le , attaque sur le bois de Mort Mare ; conquête du Bois-le-Prêtre.
 : réduction du front, à gauche, jusque vers Fey-en-Haye.
 : attaque allemande au bois le Prêtre.

1915

1916

  •  : retrait du front vers Liverdun, et transport au camp de Saffais : instruction. À partir du , transport par V.F. dans la région de Revigny ; repos vers Laheycourt. À partir du , transport par camions à Verdun et stationnement.
  •  : occupation d’un secteur vers le bois de Vaux Chapitre et la ferme Dicourt :
 : attaque allemande.
 : attaque française sur le bois de la Vaux Régnier.
  • 11 –  : retrait du front, repos vers Vavincourt. À partir du 14, transport par V.F. dans la région de Rambervillers et repos.
  •  : mouvement vers le front, occupation d’un secteur dans la région de la Vezouze, Emberménil, étendu à gauche, le , jusqu’au Sanon.

1917

  •  : retrait du front, repos et instruction au camp de Saffais.
  • 19 –  : transport par V.F., de Bayon vers Nançois-le-Petit et Longeville.
  •  : occupation d’un secteur entre la Hayette et la lisière est du bois d’Avocourt :
28 et  : attaque allemande sur la cote 304.
 : attaque des positions allemandes vers la cote 304 ; organisation des positions reconquises.
  •  : retrait du front, transport dans la région de Ligny-en-Barrois, puis dans celle de Belfort ; repos.
  •  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre la frontière suisse et Fulleren, étendu à gauche, à partir du , jusqu’au canal du Rhône au Rhin : , attaque allemande locale.

1918

4 et  : attaques violentes, poursuite vers l’Aisne, atteinte le 12 à Attigny. Organisation du front à l’est d’Attigny.

Rattachements

Affectation organique: Isolée, d’ à

17 –
19 –
25 –
17 –
28 –
  • D.A.L.
2 –
22 –
  • Armée U.S
18 –

L’entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

L’après Seconde Guerre mondiale

Notes et références

  1. LEBOCQ, Philippe : Le Général 15 centimes (biographie du Général Henri Lebocq)- Editions Les Fous du Désert 2001 - nombreuses photos (dont Sarah Bernhardt accueillie au front par le Général Lebocq, Raymond Poincaré, Maréchal Joffre, etc.) - (ISBN 978-2-914130-05-9)

Voir aussi

Bibliographie

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes

Liens externes

  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de la Première Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.