77e division d'infanterie (France)

La 77e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Pour les articles homonymes, voir 77e division d'infanterie.

77e division d'infanterie
Création 5 septembre 1914
Pays France
Branche Armée de Terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Fait partie de 33e corps d'armée
Ancienne dénomination Division Barbot
Nommée en l’honneur de Monument à Souchez
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de la Mortagne
1914 - 1re bataille d'Artois
1915 - 2e bataille d'Artois
1915 - 3e bataille d'Artois
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1918 - 4e bataille de Champagne
1918 - 2de bataille de la Marne
1918 - 2e bataille de Belgique

Création et différentes dénominations

  •  : Division Barbot
  •  : Division « B » du D.A. De Maud’huy
  •  : 77e Division d’Infanterie

Les chefs de la 77e division d’infanterie

  •  : général Barbot[1]
  •  : général Stirn[2]
  •  : général Delmotte (par intérim)[3].
  •  : général Pillot
  •  : général de Cugnac
  •  : général Guillemot
  •  : général Peschard d’Ambly
  •  : général Serrigny
  • .
  •  : général Gaucher
  • -  : général Jacquemot

Première Guerre mondiale

Composition

Historique

Constituée le , sous le nom de D.I. Barbot, avec l’une des brigades de la 44e D.I. disloquée.

1914

 : attaque française sur Senones.
21 - , attaques allemandes vers Saint-Laurent-Blangy et Roclincourt ; contre-attaques françaises.
  •  : mouvement de rocade vers le nord, et occupation d’un nouveau secteur entre le sud de la Targette et le bois de Berthonval.
 : attaque française au sud-est de Carency.
 : réduction du front, à droite, jusqu’à la Targette.
 : déplacement, à gauche, entre Carency et le bois de Berthonval.

1915

9 - , attaques françaises vers Carency et Souchez ; conquête de la 1re position allemande. Les généraux Barbot puis Stirn, commandant la division sont tués au cours de ces combats.
25 et , attaques françaises au sud du château de Carleul.
  •  : retrait du front et repos vers Tincques.
  •  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur vers le Cabaret Rouge et la route de Carency à Souchez:
16 -  : attaques françaises sur l’îlot sud et sur le cimetière de Souchez 2e bataille d’Artois.
12, 13 et  : attaques allemandes et contre-attaques françaises. À partir du , engagée dans la 3e bataille d’Artois :
25 -  : attaques françaises vers Souchez et la cote 119.
 : nouvelles attaques françaises ; puis organisation et occupation du terrain conquis au sud du bois de Givenchy (guerre de mines).
 : extension du front, à droite, jusqu’au sud de Givenchy-en-Gohelle.

1916

  •  : retrait du front ; repos vers Saint-Pol-sur-Ternoise. À partir du , transport par V.F. vers la région de Montdidier; repos. À partir du , transport par V.F. vers la région de Revigny, puis mouvement vers celle de Chaumont-sur-Aire.
  •  : transport par camion à Verdun. À partir du , engagée dans la Bataille de Verdun, vers Vaux-devant-Damloup et la ferme Dicourt.
  •  : retrait du front, repos vers Rosnes. À partir du , mouvement, de Velaines, vers la région de Lucey, par Reffroy ; repos et travaux. (Des éléments de la DI. sont détachés, avec le 8e CA. dans le secteur Chauvoncourt, les Paroches.) À partir du , mouvement par étapes, vers le camp de Saffais ; instruction.
  •  : mouvement vers le front, et, à partir du , occupation d’un secteur vers Flirey et l’étang de Vargévaux.
  •  : retrait du front ; repos vers Toul. À partir du , transport par V.F. dans la région de Crèvecœur-le-Grand : repos.
  • 1er octobre : transport par camion vers le front. Engagée, à partir du , dans la Bataille de la Somme, vers Barleux et le nord de Belloy-en-Santerre :
4 et  : attaques françaises sur Barleux.
 : extension du front, à gauche, jusqu’à la Somme, vers Cléry-sur-Somme.
  • 1er : retrait du front : stationnement vers Lamotte-en-Santerre.
  •  : mouvement vers le front, et, à partir du , engagée, à nouveau, dans la Bataille de la Somme, vers le sud de Barleux, Biaches et le sud de Cléry-sur-Somme :
 : attaque française sur Biaches.
21 et  : attaques allemandes.
  • 4 –  : retrait du front, transport par V.F. dans la région de Villers-Cotterêts ; travaux.
  •  : occupation d’un secteur entre Pernant et Hautebraye.

1917

 : extension du front, à gauche, jusqu’au sud de Barisis-aux-Bois.
  •  : retrait du front ; repos au sud de l’Ailette, dans la région Blérancourt, Selens, puis transport vers Fismes.
  • 3 –  : occupation d’un secteur vers la ferme Malval et l’épine de Chevregny : engagements fréquents de part et d’autre.
  •  : retrait du front ; repos vers Villers-Cotterêts.
  • 8 –  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre l’Epine de Chevregny et le Panthéon.
  •  : retrait du front, puis, à partir du 1er août, transport par V.F., de Vierzy, vers Lure ; instruction au camp de Villersexel.
  •  : mouvement vers Belfort, et, à partir du , occupation d’un secteur entre Fulleren et le canal du Rhône au Rhin : engagement au Schoenholz.

1918

  •  : retrait du front et transport par V.F. de la région de Belfort, vers celle d’Arches ; repos et instruction au camp. À partir du , mouvement vers Rambervillers et repos ; à partir du , travaux vers Baccarat.
  • 6 –  : transport par V.F. vers Épernay et Pierry ; repos et instruction, puis travaux de 2e position.
  • 1er mai : transport par camions, dans la région de Lassigny. Engagée dans la 1re Bataille de Noyon : du au 1er avril, combats à Canny-sur-Matz, au Plémont et à Plessis-de-Roye ; puis organisation d’un nouveau front vers Plessis-de-Roye et le Plémont.
  • 1er : retrait du front ; le 4, transport par V.F., de Villers-Cotterêts, au Thillot ; repos et instruction.
  •  : occupation d’un secteur vers Leimbach et Metzeral.
  •  : retrait du front et à partir du , transport par V.F., vers Senlis ; repos et instruction. À partir du , transport par V.F. vers Sézanne ; puis mouvement vers Mareuil-en-Brie.
  •  : engagée, vers Festigny-les-Hameaux, dans la 4e Bataille de Champagne, et, à partir du , dans la 2e Bataille de la Marne :
 : combat vers Leuvrigny et Montvoisin ; progression jusqu’à la Marne. À partir du , retrait du front, transport par camions vers Sermiers, puis vers le front, au sud-ouest de Ville-Dommange : combats vers Sainte-Euphraise et vers Bligny.
  • 3 –  : retrait du front, mouvement vers Pierry ; repos.
  •  : occupation d’un secteur vers la Neuvillette et les abords est de Reims.
  •  : retrait du front et transport par V.F. en Flandre ; repos et instruction au nord de Proven.
  •  : mouvement vers le front; à partir du , engagée dans la 2e Bataille de Belgique : combats à Hooglede, puis forcément de la Lys et prise de Deinze.
  • 3 –  : retrait du front ; repos vers Ruysselede, où la 77e D.I. Se trouve lors de l’armistice.

Rattachements

Affectation organique : 33e Corps d'Armée, d’ à

5 –
11 –
-
6 –
16 –
2 –
14 –
15 –
8 –
  • D.A.L.
  • G.A.F.

L’entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

L’après Seconde Guerre mondiale

Notes et références

  1. Le général Barbot est tué à ce poste le 10 mai 1915.
  2. Le général Stirn est tué à ce poste le 12 mai 1915.
  3. Journal de marches et des opérations de la 77e D.I., cote SHD 26 N 407/2, ministère français de la Défense.

Voir aussi

Bibliographie

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).
  • (fr) Ministère des Armées, État-Major de l'Armée de Terre, Service Historique, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Imprimerie « LA RENAISSANCE » — TROYES - Dépôt légal : 4e trimestre 1969 — No 19.982

Articles connexes

Liens externes

La 77° DI dans la bataille de l'Aisne (1917)

  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de la Première Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.