Abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur

L’abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur est une abbaye bénédictine sise à Clervaux, dans le Grand-Duché de Luxembourg. Fondée en 1909, elle abrite aujourd’hui une communauté internationale mais francophone d’une douzaine de moines[réf. nécessaire].

Abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur

Clocher de l'église abbatiale
Présentation
Nom local (lb) Benediktinerabtei Hellege Moritz
Culte catholique
Type abbaye
Rattachement bénédictin
Début de la construction 1908
Fin des travaux 1910
Architecte Franciskus Klomp
Style dominant néoroman
Géographie
Pays Luxembourg
District Clervaux
Ville Clervaux
Coordonnées 50° 03′ 16″ nord, 6° 01′ 46″ est
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Histoire

Du fait des mesures d'exception visant les congrégations religieuses les moines de l’abbaye de Glanfeuil (près d’Angers) s’exilent en 1901. Ils passent quelque temps à Baronville, en Belgique, avant d’être accueillis au Grand-Duché de Luxembourg. En 1909 une nouvelle abbaye est mise en chantier[1] : elle est construite en style néo-roman sur les hauteurs de la petite ville de Clervaux, dans le nord du Grand-Duché de Luxembourg. Son splendide clocher clunisien se dresse comme un phare pour toute la région d’alentour.En 1935 le peintre Nicolas Untersteller y peint a fresco

En , les moines sont expulsés de leur abbaye par les autorités allemandes qui occupent le Grand-Duché. Les moines ne peuvent ré-intégrer le bâtiment qu'en 1945.

L’abbaye est affiliée à la Congrégation de Solesmes[2]. Suivant la règle de Saint-Benoît, les moines partagent leur temps entre la prière chorale commune, l’étude méditative de l’Écriture Sainte (Lectio divina) et le travail intellectuel ou manuel (Ora et labora). L’office divin les appelle à se retrouver sept fois à l'église pour les diverses ‘heures’, rythmant leur journée du chant des psaumes à la gloire de Dieu. La célébration eucharistique solennelle communautaire et publique est le centre de leur vie.

L'abbaye s'illustre également de la tradition du chant grégorien, en tant que fondation de Solesmes. Notamment, son maître de chœur Dom Pierre Thomas fut nommé en 1948 professeur du chant grégorien auprès de l'Institut pontifical de musique sacrée à Rome. Toutefois, il y décéda soudainement en 1951[3].

Liste des abbés

  • Dom Edouard du Coëtlosquet (1894-1903), père abbé de la communauté à Saint-Maur de Glanfeuil, avant l'expulsion à Baronville (1901)[4]
  • Dom Paul Renaudin (1907-1919)[5], à Baronville, puis à Clervaux (1910)
  • Dom Joseph-Odon Alardo ( 1919-1939)
  • Dom Jacques Winandy ( 1947-1956)
  • Dom Henri Marcotte de Sainte-Marie ( 1958-1971)
  • Dom Vincent Truijen ( 1971 -1991)
  • Dom Michel Jorrot ( 1994- )

Lien externe

« Une inspiration pour une construction. Dom Paul Renaudin » [PDF] (consulté le 22 octobre 2015)

Notes

  1. Un des fondateurs est Dom Paul Renaudin (18 avril 1864 Mont-Saint-Jean,Sarthe- 3 août 1947 Bourguillon Fribourg, Suisse) abbé du 25 janvier 1907 au 11 novembre 1919 et qui ne doit pas être confondu avec l'écrivain Paul Renaudin (1873-1964)
  2. http://www.abbayedesolesmes.fr/FR/congregation/congsol.php
  3. Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, Études grégoriennes, tome XXXIX 2012, p. 301-302
  4. « Histoire » (consulté le 22 octobre 2015)
  5. Prieur dès 1903, à la démission de Dom du Coëtlosquet
  • Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail du catholicisme
  • Portail du monachisme
  • Portail du Luxembourg
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.