Abbaye de Saint-Martin-Lys

L'abbaye de Saint-Martin-Lys est une ancienne abbaye bénédictine entre les IXe et XIIIe siècles, située sur le territoire de la commune éponyme dans le département de l'Aude, en France.

Abbaye de Saint-Martin-Lys
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Géographie
Pays France
Région Occitanie
Département Aude
Commune Saint-Martin-Lys
Coordonnées 42° 49′ 48″ nord, 2° 13′ 28″ est

Histoire

L'abbaye se trouve au IXe siècle dans le comté de Razès, dans le pagus puis vicomté de Fenouillèdes. Elle pourrait avoir été fondée au VIIIe siècle ou même plus tôt[1]. Sa première mention daterait du troisième an du règne de Charles le Chauve[2], soit, selon son règne en Aquitaine, de l'an 834 environ. Elle reçoit de nombreuses donations de prêtres, nobles locaux et des comtes suzerains du Fenouillèdes.

Le comte Guillem Ier de Besalu, seigneur éminent de l'abbaye, la donne à son frère Wifred évêque de Carcassonne avant 1041 ce qui vaut au comte une excommunication et l'annulation de la donation.

En 1045, l'abbaye est à nouveau consacrée en présence de l'archevêque Guifred de Narbonne, du célèbre évêque Oliba de Vic, ainsi que des évêques d'Elne, Carcassonne, Béziers, Urgell, Gérone et Couserans[1].

En 1070, Bernat II de Besalu donne l'abbaye de Saint-Martin et ses possessions à l'abbaye Saint-Pons-de-Thomières dirigée par l'abbé Frottard. Saint-Martin devient alors un simple prieuré.

En 1249 Chabert de Barbaira prend le monastère sous sa protection (sans doute avec le reste de la vicomté de Fenouillèdes).

En 1271, l'archevêque de Narbonne, en règlement d'un conflit avec l'abbaye de Saint-Pons, récupère toutes les possessions de l'abbaye de Saint-Martin. Il n'y a logiquement plus de prieurs ou de moines après cette date.

En 1573, les insurgés protestants auraient "détruit les bâtiments de l'abbaye et tué les derniers moines"[3], bien que l'on n'ait plus de trace des religieux occupant l'abbaye après le XIIIe siècle.

Abbés

Liste établie d'après Gallia Christiana[2] :

  • Arnaud 834 ou 845-861 ou 872 (cité les années 3, 30 et 32 de Charles le Chauve qui fut roi d'Aquitaine en 832 et roi de Francie ouest en 843 - d'où le doute sur les dates[4])
  • Basile 898
  • Sanche 905 ou 911
  • Eudes 936
  • Arnaud II 937-942
  • Seguier - Asegarius 947-958
  • Odoacre Segarium 959
  • Raoul 962-977
  • Eudes II 978-984
  • Tructerand I 988-1004
  • Bernard 1008
  • Tructerand II 1018
  • Guilhem 1038
  • Wifred ou Guifret, évêque de Carcassonne, 1041

Prieurs

Après 1070, le monastère est dirigé localement par des prieurs nommés par l'abbé de Saint-Pons, jusqu'en 1271.

  • Berard, cité en 1074
  • Gaucelin, cité en 1076
  • Pierre, cité en 1129
  • Pons, cité en 1145
  • Pierre d'Azillan, cité en 1208[5]
  • Raimon de Lespignan, cité en 1263[5]

Temporel

Le noyau central des possessions l'abbaye se situait en Fenouillèdes et était constitué par les paroisses Saint-Michel d'Artosoul (commune de Saint-Martin-Lys), de Notre-Dame de Courondes (actuellement à Cailla), de Saint-Jean de Combret (actuellement à Escouloubre) et de Saint-Stéphane de Boulude en Pays de Sault (actuellement à Marsa). L'abbaye possédait aussi des droits importants et des terres à Caudiès-de-Fenouillèdes, Prats-de-Sournia, Pézilla-de-Conflent, Fenouillet, Saint-Paul-de-Fenouillet, des "mas" ou des biens moins importants à Axat, Cailla, Artigues, et des salines à Torreilles en Roussillon.

Ruines actuelles

Une gravure du XVIIIe siècle représente l'état de l'abbaye à cette époque ce qui a permis à l'historien André Bonnery d'en reconstituer en partie l'architecture, en s'appuyant aussi sur les vestiges découverts[6]. Aujourd'hui il ne reste que quelques pans de murs très peu élevés et réutilisés comme clôtures de jardins, la majeure partie des matériaux a sans doute été réutilisée pour la construction du village actuel.

Notes et références

  1. Jean Lautier, « Le monastère de Saint-Martin-Lys », Bulletin de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, t. XCV,
  2. (la) Gallia christiana in provincia ecclesiasticas distributa, t. 6, (lire en ligne), p. C 289
  3. Poudou, Francis., Communauté de communes du canton d'Axat : Artigues, Axat, Bessede-de-Sault, Cailla, Counozouls, Escouloubre, Gincla ..., Vilatges al país-Ciném'Aude 2000, (ISBN 2950817866, OCLC 469824870, lire en ligne)
  4. « Saint Martin Lys - frise du temps », sur https://teuliere.github.io
  5. Antoine Roques, Inventaire Tome 3, Médiathèque de Narbonne (lire en ligne)
  6. André Bonnery, « Deux églises abbatiales des Pyrénées audoises : Saint-Martin-Lys, Saint-Jacques de Joucou », MAASC, 5e série, t. III,, 1989-1990, p. 133-144
  • Portail du monachisme
  • Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail de l’Aude
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.