Abdus Sattar

Abdus Sattar, né le et décédé le était un homme d'État bangladais. Chef du Parti nationaliste bangladais (BNP), il a été président du Bangladesh de 1981 à 1982, et auparavant vice-président[1]. Juriste de profession, Sattar a occupé de nombreux postes constitutionnels et politiques au Bengale britannique, au Pakistan oriental et au Bangladesh. Il a été ministre du Cabinet, juge de la Cour suprême et commissaire en chef aux élections[2].

Abdus Sattar
Fonction
Président du Bangladesh
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
মুজিবুর রহমান et আবদুস সাত্তার
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Prononciation

Sattar a été l'un des rares présidents exécutifs de l'histoire du pays. En proie à des problèmes de santé et à la vieillesse, sa présidence de courte durée a été marquée par des troubles politiques croissants et l'ingérence des militaires. Sattar a été renversé lors du coup d'État de 1982 au Bangladesh.

Jeunesse et carrière

Sattar est né en 1906 à Birbhum, dans la présidence du Bengale, en Inde britannique[3]. Il a obtenu une licence en droit et une maîtrise en droit de l'université de Calcutta et s'est inscrit au barreau de la Haute Cour de Calcutta[4]. Il est devenu un protégé de A. K. Fazlul Huq, le premier Premier ministre du Bengale. Il a siégé dans divers organes municipaux à Calcutta en tant que militant du parti Krishak Praja[5]. En 1950, après la partition de l'Inde britannique, Sattar s'installe à Dacca, dans le Dominion du Pakistan. Il a rejoint le barreau de la Haute Cour de Dhaka[6]. Il a été élu à l'Assemblée constituante du Pakistan en 1955[7]. Il a été ministre de l'Intérieur du Pakistan et ministre de l'Éducation du Pakistan dans le cabinet du Premier ministre Ibrahim Ismail Chundrigar en 1957[8]. Il a été nommé juge à la Haute Cour de Dhaka, où il a siégé de 1957 à 1968. Il a également présidé des affaires devant la Cour suprême du Pakistan[9].

En 1969, Sattar a été nommé commissaire en chef des élections au Pakistan[10]. Il a organisé la première élection générale du Pakistan en 1970, au cours de laquelle la Ligue Awami a obtenu une majorité parlementaire historique pour former le gouvernement[11],[12]. La Ligue s'est vu refuser le transfert du pouvoir par la junte militaire de l'époque dirigée par le général Yahya Khan[13]. Alors que la guerre de libération du Bangladesh éclatait avec un génocide contre les civils bengalis, Sattar a été bloqué à Islamabad, dans l'ouest du Pakistan, retiré des positions officielles et interné par le gouvernement pakistanais. En 1973, Sattar est retourné au Bangladesh indépendant dans le cadre du rapatriement des fonctionnaires bengalis bloqués. Il jouissait d'une notoriété grandissante à Dhaka, mais menait une vie tranquille avec sa femme et n'avait pas d'enfants[6].

Sattar a été président du conseil d'administration de la Bangladesh Life Insurance Corporation (1973-1974)[14], président du Journalist Wage Board (1974-1975)[2] et président du Bangladesh Institute of Law and International Affairs[2]. En 1975, il a été nommé conseiller du Président de la République Abu Sadat Mohammad Sayem (en) et s'est vu confier la responsabilité du Ministère du droit et des affaires parlementaires[8]. En 1977, le nouveau président et administrateur en chef de la loi martiale, le lieutenant-général Ziaur Rahman, a nommé Sattar vice-président du Bangladesh. Avec le rétablissement du multipartisme, Sattar a rejoint le Parti nationaliste bangladais (BNP) nouvellement formé en 1978. Parlant de Zia, Sattar dit : « Il était comme mon fils. Je l'aimais trop. Je l'aimais parce qu'il essayait de construire ce petit pays d'une meilleure façon »[15].

Présidence

Sattar (seated third on left) with world leaders at the North-South Summit in Cancun, Mexico, 1981

Lorsque Zia a été assassinée en , un frêle vice-président Sattar était hospitalisé et est devenu automatiquement le président par intérim du Bangladesh[15]. S'adressant à des journalistes étrangers à Bangabhaban le , il a annoncé que les élections dans les 180 jours suivant le décès de l'ancien président se déroulaient conformément au calendrier constitutionnel, afin de « déjouer toute conspiration visant à perturber le processus démocratique dans le pays »[16]. L'état d'urgence a été imposé. La date des élections du a été repoussée au , les partis d'opposition demandant plus de temps pour faire campagne. La violence s'est produite lorsque douze officiers de l'armée ont été exécutés après avoir été reconnus coupables de complicité dans l'assassinat de Zia[17].

En tant que candidat du BNP, Sattar a remporté l'élection présidentielle en 1981, battant de très loin son principal adversaire, Kamal Hossain (en), de la Ligue Awami du Bangladesh[6]. Hossain et d'autres groupes d'opposition ont affirmé que les élections étaient truqués[18]. L'urgence a été levée après les élections. Sattar a nommé un Conseil des ministres de 42 membres. Il a laissé le premier ministre controversé de Zia, Shah Azizur Rahman (en), continuer à occuper le poste au sommet[19]. Sattar détenait personnellement les portefeuilles de la Défense et de la Planification. Il a nommé l'économiste Mirza Nurul Huda (en) au poste de vice-président[20]. La violence contre les musulmans bengalis en Assam, dans l'Inde voisine, a éclaté sous la présidence de Sattar[21].

Sattar a formé un Conseil de sécurité nationale pour étudier comment les forces armées du Bangladesh pourraient contribuer au développement du pays[17]. Il a été élu sans opposition à la présidence du Parti nationaliste bangladais en [22]. Sattar a ensuite formé un nouveau cabinet. Le vice-président Huda a démissionné le , affirmant avoir été victime d'un complot au sein du BNP[17]. Sattar a nommé Mohammad Mohammadullah (en) comme remplaçant de Huda[23].

Coup d'Etat militaire de 1982

Un coup d'État sans effusion de sang mené par le chef de l'armée bangladaise Hussain Muhammad Ershad a renversé le gouvernement de Sattar en 1982. Dans la matinée du , les chefs de la marine bangladaise, de l'armée de l'air bangladaise, des garde-frontières du Bangladesh (en) et le secrétaire militaire du président sont entrés au Bangabhaban et ont forcé Sattar à signer une déclaration de renonciation au pouvoir[24] La loi martiale a été déclarée. Sattar a été remplacé par le juge à la retraite A. F. M. Ahsanuddin Chowdhury (en)[25].

Mort

Sattar est décédé à l'hôpital Suhrawardy de Dhaka le , à l'âge de 79 ans[9].

Références

  1. (en) Sumit MITRA November 18 et 2013 ISSUE DATE: July 15, « BNP nominates Abdus Sattar as their candidate for Bangladesh presidential election », sur India Today (consulté le 16 novembre 2019)
  2. « Sattar, Justice Abdus - Banglapedia », sur en.banglapedia.org (consulté le 16 novembre 2019)
  3. (en) « First President from Birbhum not Pranab - Close to Mirati is former Bangla President Abdus Sattar's home », sur www.telegraphindia.com (consulté le 18 novembre 2019)
  4. (en-US) United Press International, « Acting President of Bangladesh Well Versed in Law and Politics », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  5. « Sattar, Justice Abdus - Banglapedia », sur en.banglapedia.org (consulté le 18 novembre 2019)
  6. (en-US) Elizabeth Kolbert, « Abdus Sattar, Ex-Leader of Bangladesh, Dies », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  7. « BILIA », sur www.biliabd.org (consulté le 18 novembre 2019)
  8. Mofakkhar Hossain Khan, Banglapedia: National Encyclopedia of Bangladesh, Asiatic Society of Bangladesh, (lire en ligne), « Sattar, Justice Abdus »
  9. Elizabeth Kolbert, « Abdus Sattar, Ex-Leader of Bangladesh, Dies », The New York Times, (lire en ligne)
  10. (en-US) « General Elections 1970 | The history of Pakistan from 1947 to 1970 witnessed no general elections », sur Story Of Pakistan, (consulté le 18 novembre 2019)
  11. « Bangladesh : History | The Commonwealth », sur thecommonwealth.org (consulté le 18 novembre 2019)
  12. (en) « Pakistan: A Political History », sur Asia Society (consulté le 18 novembre 2019)
  13. (en) Onyebadi Uche, Music as a Platform for Political Communication, IGI Global, (ISBN 9781522519874, lire en ligne)
  14. (en) Sumanta Sen October 23 et 2013 ISSUE DATE: December 15, « Will Bangladesh President Abdus Sattar toe Ziaur Rahman line? », sur India Today (consulté le 18 novembre 2019)
  15. « Acting President in Dacca Promises New Elections », The New York Times, (lire en ligne)
  16. (en-US) Special to the New York Times, « Acting President in Dacca Promises New Elections », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  17. (en) Europa Publications, A Political Chronology of Central, South and East Asia, Routledge, (ISBN 9781135356804, lire en ligne)
  18. (en-US) Michael T. Kaufman et Special To the New York Times, « In Bangladesh Election, the Aura of Two Dead Leaders Is Pervasive », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  19. (en) Sumit MITRA October 17 et 2013 ISSUE DATE: March 15, « Bangladesh President Abdus Sattar ministerial reshuffle creates a storm », sur India Today (consulté le 18 novembre 2019)
  20. « Full text of "Life Sketches: Lieutenant Governors, Governors and Presidents (Author: Iftikhar-ul-Awwal, 2006)" », sur archive.org (consulté le 18 novembre 2019)
  21. A Political Chronology of Central, South and East Asia, Routledge, (ISBN 978-1-135-35680-4, lire en ligne), p. 18
  22. (en) Salahuddin Ahmed, Bangladesh: Past and Present, APH Publishing, (ISBN 9788176484695, lire en ligne)
  23. « Mohammadullah, Mohammad - Banglapedia », sur en.banglapedia.org (consulté le 18 novembre 2019)
  24. Shakhawat Liton et Chaitanya Chandra Halder, « Ershad wanted to grab power after Zia killing », The Daily Star, (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2019)
  25. (en-US) « President Ershad : Remembering a departed soul – South Asia Journal » (consulté le 18 novembre 2019)
  • Portail du Bangladesh
  • Portail de la politique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.