Académie (éducation en France)

En France, une académie est une circonscription administrative du ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Depuis le , chaque académie fait partie d'une région académique (dont les frontières correspondent à celles des régions administratives).

Pour les articles homonymes, voir Académie (homonymie).
Régions et circonscriptions académiques (hors vice-rectorats) à partir du .

Chaque académie est dirigée par un recteur nommé par le président de la République, en général parmi les professeurs des universités.

Les lycées français à l'étranger font tous partie d'une académie.

Historique

1808

Les académies de 1808.

Le décret de Napoléon Ier du prévoit la division de l'Université impériale en « autant d'académies qu'il y a de cours d'appel »[1].

Cet article est mis en place par l'adoption d'un « statut concernant la division de l'Université en académies » adopté le par le conseil de l'Université. Le statut prévoit l'organisation à terme de trente-deux académies (aucune académie n'est créée en Corse[2]) mais les départements qui ne possèdent pas le nombre de facultés nécessaires sont rattachés à l'académie voisine. Dix-huit académies sont ainsi organisées[3].

D'autres académies sont créées en fonction de l'évolution des frontières de l'Empire[2] :

  • académie de Genève (1809) ;
  • académie de Pise (1810) ;
  • académie de Groningue (1811) ;
  • académie de Leide (1811) ;
  • académie de Parme (1812) ;
  • académie de Rome (1812) ;
  • académie de Brème (1813) ;
  • académie de Munster (1813).

Il y a ainsi 40 académies en 1814. Treize disparaissent à la chute de l'Empire.

Une ordonnance de la Première Restauration prévoit, en 1815, de réduire le nombre d'académies à 17 mais elle n'est pas appliquée si ce n'est pour rattacher formellement la Corse à l'académie d'Aix[2]. Une académie de Corse est créée en 1838[2].

1848

Les académies de 1848 (l'Algérie n'est pas représentée).

Le , un arrêté présidentiel réorganise les académies : des académies sont créées à Reims et Alger mais d'autres sont supprimées et leur nombre est réduit à 20[2].

Académies créées par l'arrêté du [2].
Siège de l'académie Départements rattachés
AixBasses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Corse, Var, Vaucluse (département)
AlgerAlger, Constantine, Oran
AngersIndre-et-Loire, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe
BesançonDoubs, Jura, Haute-Saône
BordeauxCharente, Dordogne, Gironde, Landes, Basses-Pyrénées
BourgesCher, Creuse, Indre, Loiret, Nièvre
CaenCalvados, Manche, Orne, Eure, Seine-Inférieure
CahorsCantal, Corrèze, Gers, Lot, Lot-et-Garonne
DijonAllier, Côte-d'Or, Haute-Marne, Saône-et-Loire
DouaiNord, Pas-de-Calais, Somme
GrenobleHautes-Alpes, Ardèche, Drôme, Isère, Lozère
LyonAin, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Rhône
MontpellierAude, Aveyron, Gard, Hérault, Pyrénées-Orientales
NancyMeurthe, Meuse, Moselle, Vosges
ParisEure-et-Loir, Oise, Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise, Yonne
PoitiersCharente-Inférieure, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne, Haute-Vienne
ReimsAisne, Ardennes, Aube, Marne
RennesCôtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Morbihan
StrasbourgBas-Rhin, Haut-Rhin
ToulouseAriège, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne

1850-1854

Les académies de 1854 (l'Algérie n'est pas représentée).

En 1850, la loi Falloux crée une académie par département (sauf en Algérie française) mais dès la loi du les académies redeviennent interdépartementales[2]. Il y a alors 16 académies en métropole. Elles sont organisées par un décret du [2].

Académies créées par la loi du et le décret du
Siège de l'académie Départements rattachés
AixBasses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Corse, Var, Vaucluse
BesançonDoubs, Jura, Haute-Saône
BordeauxDordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Basses-Pyrénées
CaenCalvados, Eure, Manche, Orne, Sarthe, Seine-Inférieure
Clermont-FerrandAllier, Cantal, Corrèze, Creuse, Haute-Loire, Puy-de-Dôme
DijonAube, Côte-d'Or, Haute-Marne, Nièvre, Yonne
DouaiAisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais, Somme
GrenobleHautes-Alpes, Ardèche, Drôme, Isère
LyonAin, Loire, Rhône, Saône-et-Loire
MontpellierAude, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales
NancyMeurthe, Meuse, Moselle, Vosges
ParisCher, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Loiret, Marne, Oise, Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise,
PoitiersCharente, Charente-Inférieure, Indre, Indre-et-Loire, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne, Haute-Vienne
RennesCôtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Morbihan
StrasbourgBas-Rhin, Haut-Rhin
ToulouseAriège, Aveyron, Haute-Garonne, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne

En 1854, un décret donne à l'inspecteur académique de Corse le titre de vice-recteur[2].

En décret du rattache le nouveau département des Alpes-Maritimes à l'académie d'Aix et crée l'académie de Chambéry. Cette dernière est rattachée à l'académie de Grenoble en 1920[2].

En 1888, le chef-lieu de l'académie de Douai est transféré à Lille[2].

Disparue après la guerre franco-prussienne, l'académie de Strasbourg est recréée après la Première Guerre mondiale avec dans son ressort le département de Moselle[2].

1962-2015

Carte des académies de 1996 à 2015

À partir de 1962, les gouvernements successifs s'efforcent d'harmoniser les limites des académies avec celles des circonscriptions d'action régionale, puis des régions.

C'est ainsi que sont créées :

  • Les académies de Nantes, Orléans et Reims le [4] ;
  • Amiens et Rouen le [5] ;
  • Limoges et Nice (qui comprend alors la Corse) le [6].

Des réajustements sont prononcés en 1971 et 1972 pour faire coïncider les académies et les régions.

À la suite du redécoupage de l'Île-de-France, sont créées les académies de Créteil et de Versailles en [7].

En 1972, la Moselle est rattachée à l'académie de Nancy, renommée académie de Nancy-Metz[8].

Alors que les départements d'outre-mer avaient des vice-rectorats rattachés aux académie de métropole, l'académie des Antilles et de la Guyane regroupant les départements de Guadeloupe, de Guyane et de Martinique est créée par le décret du alors que l'académie de la Réunion est créée en 1984[9].

En 1975, la Corse est également érigée en académie et détachée de celle de Nice[10].

Enfin, le , l'académie des Antilles et de la Guyane est scindée en trois : Guyane, Guadeloupe et Martinique[11].

De 1996 à 2016, les frontières des académies correspondent ainsi à celles des régions, à quelques exceptions près :

En outre-mer, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna constituent des vice-rectorats alors que ce rôle est assumé par un service territorial de l'éducation à Saint-Pierre-et-Miquelon. Saint-Martin et Saint-Barthélemy, bien que devenues collectivités d'outre-mer depuis 2007, dépendent toujours de l'académie de Guadeloupe.

2016

Le redécoupage des régions métropolitaines entraine une réorganisation des académies : à partir du , chaque académie devient une circonscription d'une région académique dont les frontières correspondent à la région administrative[12].

L'organisation administrative des académies est maintenue mais, dans chaque région académique, un des recteurs de circonscription est également recteur de la région académique et préside le comité régional académique qui réunit les recteurs d’académie pour organiser les modalités de l’action commune des recteurs et assurer la coordination des politiques académiques[12]. Dans les régions académiques ne comprenant qu'une académie, le recteur est à la fois recteur de circonscription et recteur de région[12].

En 2018, un rapport commandé par le ministre de l’éducation nationale et la ministre de l’enseignement supérieur conclut à la nécessite d’aligner les académies sur les nouvelles régions créées en 2015, en particulier afin de rétablir une fluidité de relations avec les collectivités régionales et les autres services déconcentrés de l’État, dont les nouvelles organisations administratives sont désormais en place[13]. Une première fusion est mise en œuvre au , avec la création de l’académie de Normandie[14].

Liste des académies et des zones de vacances au [12],[15]
Nom de l'académie[T 1] Départements et collectivités rattachés Vacances
scolaires

(en métropole uniquement)
Région académique Auvergne-Rhône-AlpesA
1. Académie de Clermont-FerrandAllier (03), Cantal (15), Haute-Loire (43), Puy-de-Dôme (63)
2. Académie de GrenobleArdèche (07), Drôme (26), Isère (38), Savoie (73), Haute-Savoie (74)
3. Académie de Lyon[T 2]Ain (01), Loire (42), Rhône (69D), Métropole de Lyon (69M)
Région académique Bourgogne-Franche-ComtéA
4. Académie de Besançon[T 2]Doubs (25), Jura (39), Haute-Saône (70), Territoire de Belfort (90)
5. Académie de DijonCôte-d'Or (21), Nièvre (58), Saône-et-Loire (71), Yonne (89)
Région académique BretagneB
6. Académie de RennesCôtes-d'Armor (22), Finistère (29), Ille-et-Vilaine (35), Morbihan (56)
Région académique Centre-Val de LoireB
7. Académie d'Orléans-ToursCher (18), Eure-et-Loir (28), Indre (36), Indre-et-Loire (37), Loir-et-Cher (41), Loiret (45)
Région académique de Corse
8. Académie de CorseHaute-Corse (2A), Corse-du-Sud (2B)
Région académique Grand EstB
9. Académie de Nancy-Metz[T 2]Meurthe-et-Moselle (54), Meuse (55), Moselle (57), Vosges (88)
10. Académie de ReimsArdennes (08), Aube (10), Marne (51), Haute-Marne (52)
11. Académie de StrasbourgBas-Rhin (67), Haut-Rhin (68)
Région académique de la Guadeloupe
12. Académie de la GuadeloupeGuadeloupe (971), Saint-Barthélemy (977)[T 3], Saint-Martin (978)[T 3]
Région académique de la Guyane
13. Académie de la GuyaneGuyane (973)
Région académique Hauts-de-FranceB
14. Académie d'AmiensAisne (02), Oise (60), Somme (80)
15. Académie de Lille[T 2]Nord (59), Pas-de-Calais (62)
Région académique Île-de-FranceC
16. Académie de CréteilSeine-et-Marne (77), Seine-Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94)
17. Académie de Paris[T 2]Paris (75)
18. Académie de VersaillesYvelines (78), Essonne (91), Hauts-de-Seine (92), Val-d'Oise (95)
Région académique de Martinique
19. Académie de MartiniqueMartinique (972)
Région académique NormandieB
20. Académie de Caen[T 2]Calvados (14), Manche (50), Orne (61), Saint-Pierre-et-Miquelon (975)[T 4]
21. Académie de RouenEure (27), Seine-Maritime (76)
Région académique Nouvelle-AquitaineA
22. Académie de Bordeaux[T 2]Dordogne (24),Gironde (33), Landes (40), Lot-et-Garonne (47), Pyrénées-Atlantiques (64)
23. Académie de LimogesCorrèze (19), Creuse (23), Haute-Vienne (87)
24. Académie de PoitiersCharente (16), Charente-Maritime (17), Deux-Sèvres (79), Vienne (86)
Région académique OccitanieC
25. Académie de Montpellier[T 2]Aude (11), Gard (30), Hérault (34), Lozère (48), Pyrénées-Orientales (66)
26. Académie de ToulouseAriège (09), Aveyron (12), Haute-Garonne (31), Gers (32), Lot (46), Hautes-Pyrénées (65), Tarn (81), Tarn-et-Garonne (82)
Région académique Pays de la LoireB
27. Académie de NantesLoire-Atlantique (44), Maine-et-Loire (49), Mayenne (53), Sarthe (72), Vendée (85)
Région académique Provence-Alpes-Côte d'AzurB
28. Académie d'Aix-Marseille[T 2]Alpes-de-Haute-Provence (04), Hautes-Alpes (05), Bouches-du-Rhône (13), Vaucluse (84)
29. Académie de NiceAlpes-Maritimes (06), Var (83)
Région académique de La Réunion
30. Académie de La RéunionLa Réunion (974)
  1. Le rectorat a son siège dans la ville dont l'académie porte le nom. Pour les académies à double-nom. Le nom vient la plupart du temps de la ville où se trouvait l'université. Pour l'outre-mer, le nom de l'académie est le même que celui de la région de son ressort et le siège est généralement celui de la préfecture (ou d'une commune de l'agglomération de celle-ci, comme Schœlcher pour la Martinique).
  2. Le recteur de cette académie est le recteur de la région académique
  3. Les collectivités d'outre-mer de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin n'ont ni vice-rectorat ni service territorial académique mais sont rattachés à l'Académie de Guadeloupe et à son rectorat.
  4. La collectivité d'outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon n'a ni rectorat, ni vice-rectorat, mais est rattachée à l'Académie de Caen via un service territorial académique détaché du rectorat de l'académie.

Rôle

L’académie est l’échelon administratif permettant de décliner en région, la politique éducative définie par le gouvernement, et notamment par les ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle permet d’agir en fonction du contexte local et en partenariat avec les collectivités territoriales :

  • les communes pour l’enseignement primaire ;
  • les départements pour les collèges ;
  • les régions pour les lycées et universités[16].

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Liens externes

  • Portail de l’éducation
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.