Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon

L' Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon est une société savante fondée à Dijon en 1725.

Ne doit pas être confondu avec Académie de Dijon.
Pour les articles homonymes, voir Belles-lettres.
Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon
Logo de la société.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaines d'activité
Objectif
se perfectionner dans les Sciences, dans les Belles-Lettres et dans les Arts
Siège social
Pays
Coordonnées
47° 19′ 09″ N, 5° 02′ 32″ E
Langue
Organisation
Affiliation
Site web
Identifiants
SIREN
OpenCorporates

Historique

Fondation

L'Académie de Dijon a été fondée par Hector-Bernard Pouffier, doyen du Parlement de Bourgogne, en 1725.

Elle reçut grâce à l’appui des princes de Condé, Louis-Henri puis Louis-Joseph de Bourbon, gouverneurs de Bourgogne, ses lettres patentes enregistrées au Parlement de Dijon le 30 juin 1740[1].

Les Académiciens, tous savants et tous natifs du duché de Bourgogne, devaient être 24 dont, 6 honoraires, 12 pensionnaires (4 pour la physique, 4 pour la morale et 4 pour la médecine), qui n’étaient pas tous pensionnés mais auxquels la récompense des prix était réservée, enfin 6 associés ou « aspirans » (2 dans chaque discipline).

L'Académie de Dijon couronne Jean-Jacques Rousseau

Page de garde du « Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes » de Jean-Jacques Rousseau, fruit d'un concours de l'Académie de Dijon

Le fondateur de l'académie avait souhaité organiser un concours entre les pensionnaires; mais, ceux-ci refusèrent et il fut décidé que l’Académie décernerait « tous les ans, à perpétuité, un prix au public » qui serait une médaille d’or en valeur de 300 livres » et « pour la première année sur la physique, pour la seconde sur la morale, et pour la troisième sur la médecine... » De 1741 à 1793, 28 lauréats furent couronnés pour 53 concours.

  • En 1742, on demanda de « déterminer la différence des vitesses d’un liquide qui passe par des tuyaux inflexibles et de celui qui passe par des tuyaux élastiques ». Le lauréat fut un substitut du procureur de la Chambre des comptes de Montpellier, Dasté.
  • En 1743, un avocat dijonnais, J.-B. Fromageot fut couronné pour son essai démontrant « si la loi naturelle peut porter la société à sa perfection sans le secours des lois politiques ».
  • En 1744, un autre Montpelliérain, le docteur Fournier, fut couronné pour avoir su le mieux « déterminer la cause de la fièvre ».
  • En juillet 1750, l'Académie de Dijon couronna le Discours sur les sciences et les arts de Jean-Jacques Rousseau.
  • En 1754, Jean-Jacques Rousseau concourut à nouveau, sur le sujet: « quelle est la source de l’inégalité parmi les hommes, et si elle est autorisée par la loi naturelle » ; mais, ce fut un chanoine bisontin, Talbert, qui fut couronné. Néanmoins, le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes était le fruit d'un concours organisé par l'Académie de Dijon.

Affirmation de l'académie et tourments révolutionnaires

Avec son prix, l'Académie développe sa notoriété et obtient d'importants soutiens: la protection du prince de Condé en 1763, de nombreux présents de Bénigne Legouz de Gerland entre 1764 et1770, et une importante donation permettant de doter son prix. En 1773, l'Académie fait l'acquisition de l'hôtel Despringle, lui permettant de quitter l'hôtel Pouffier trop exiguë. En 1775, elle devint Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

Comme toutes les autres sociétés savantes, l'académie disparait le 8 août 1793. S'en suit une période trouble, où elle réapparait en 1798 sous le nom de Société libre des sciences, arts, et agriculture de Dijon, avant d'à nouveau se dissoudre et renaître sous son nom d'Ancien régimes. Ses biens, qui lui sont d'abords rendus, sont transférés à l'université impériale en 1808. Elle est finalement expulsée de son hôtel en 1841, et se trouve depuis logée par la ville de Dijon (aujourd'hui au 5 rue de l'école de droit, dans l'ancien collège des Godrans)[1].

L'Académie de Dijon depuis le XIXe siècle

De 1855 à 1869 elle fut dénommée Académie impériale des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, avant de revenir en 1870, à la dénomination d'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon.

La première femme élue à l'académie l'est en 1966.

Interrompue après les guerres mondiales, la tradition des prix a été rétablie par le président Lucien Hérard en 1971.

Publications

  • Mémoires

Les séries éditées entre 1769 et 1939 sont majoritairement disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France :

  1. les Mémoires de l'Académie de Dijon, tomes 1 et 2, publiés en 1769 et 1772
  2. les Nouveaux mémoires, publiés entre 1782 et 1785
  3. les Mémoires, publiés entre 1830 et 1939

Autres publications aux frais de l'Académie disponibles sur Gallica :

  1. C.X. Girault, Archéologie de la Côte d'Or, rédigée par ordre de localités, cantons et arrondissemens (1823)
  2. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 1 (1867)
  3. J. Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, tome 2 (1877)

Membres renommés

Liens internes

Liens externes

Notes et références

  1. « Histoire de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon – Académie des Sciences, Arts et Belles-lettres de Dijon », sur www.acascia-dijon.fr (consulté le 1er février 2020)
  2. Il présenta une thèse de doctorat ayant pour sujet : Les parlementaires bourguignons à la fin du XVIIIe siècle (publiée en 1936).
  3. Source : Madeleine Blondel, Albert Colombet, marqueur de l'identité régionale, revue « Pays de Bourgogne » n° 200 de juillet 2003, pp. 51-54.
  4. Henri Baudot, Note sur une statue de Minerve, destinée... dans Mémoires de l'Académie, 1843-1844. Partie des Lettres p.371-373.
  • Portail de Dijon
  • Portail de la Bourgogne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.