Achéron

L’Achéron (en grec ancien : Αχέρων ; latin : Achĕrōn / Achĕruns ; grec démotique : Αχέροντας) est un fleuve côtier d'Épire, en Grèce. Il se jette dans la mer Ionienne à huit kilomètres de Parga, dans la baie de Phanari (« du fanal »). Il est aussi appelé (à l'époque moderne) Phanariotikos (Φαναριώτικος) et Mavropotamos (Μαυροπόταμος, « fleuve obscur / noir »).

Pour les articles homonymes, voir Achéron (homonymie).

Achéron
(Phanariotikos, Mavropotamos)

L'Achéron en Épire.
Caractéristiques
Longueur 58 km
Bassin 763 km2
Débit moyen 23,5 m3/s
Cours
Source Mont Tomaros (en) et massif du Souli
· Coordonnées 39° 28′ 19″ N, 20° 40′ 39″ E
Embouchure Mer Ionienne
· Localisation Ammoudia (en)
(dème de Fanari, nome de Préveza)
· Coordonnées 39° 14′ 10″ N, 20° 28′ 34″ E
Géographie
Pays traversés Grèce
Régions traversées Épire

Sources : (el) « Αχέροντας », sur Υπουργείου Αγροτικής Ανάπτυξης & Τροφίμων (Ministère du développement rural et de l'alimentation).

Dans l'Antiquité, il remplissait le lac Achérousia au nord de l'actuelle Preveza, progressivement transformé en marais (Acherousia 'Elos : marais achérontiques) puis asséché dans les années 1930.

Dans les gorges de l'Achéron (χαράδρα του Αχέροντα) plusieurs bassins bordés de failles ou de fractures peuvent soit « avaler » une partie du débit soit le rendre : la légende nomme Styx le débit souterrain.

Mythologie

Dans la mythologie grecque, l'Achéron est une branche de la rivière souterraine du Styx, sur laquelle Charon transportait en barque les âmes des défunts vers les Enfers. Il reçoit deux affluents en sens contraire : le Cocyte et le Phlégéthon.

Dieu fleuve, il est fils d'Hélios (le Soleil) et de Gaïa (la Terre)[1] et est marié à la nymphe Orphné. Il est le père d'Ascalaphe.

Zeus le précipita aux Enfers pour avoir étanché la soif des Titans. Charon manœuvre sa barque sur l'Achéron qui charrie d'énormes blocs de rochers.

Sources antiques

Bibliographie

  • Texte en ligne de la Mythologie grecque et romaine.
  • Éric Fouache et François Quantin, Représentations et réalité géographique de l'entrée des enfers de Thesprôtie in La Nature et ses représentations dans l'Antiquité: Actes du colloque des 24 et , 1999
  • Franz Cumont, Les enfers selon l'Axiochos, 1920

Liens externes

  • (el) « Αχέροντας », sur Υπουργείου Αγροτικής Ανάπτυξης & Τροφίμων (Ministère du développement rural et de l'alimentation).

Voir aussi

Notes et références

  1. Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, 1960, p.142
  • Portail de la Grèce
  • Portail des lacs et cours d’eau
  • Portail de la mort
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.