Acireale

Acireale est une ville d'environ 53 000 habitants située dans la province de Catane en Sicile (Italie).

Acireale

La place du duomo de nuit
Nom sicilien Aciriali
Administration
Pays Italie
Région Sicile 
Province Catane 
Code postal 95024
Code ISTAT 087004
Code cadastral A028
Préfixe tel. 095
Démographie
Gentilé acesi
Population 53 122 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 300,37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 36′ 45″ nord, 15° 09′ 56″ est
Altitude Min. 102 m
Max. 102 m
Superficie 3 900 ha = 39 km2
Divers
Saint patron Santa Venera
Fête patronale 26 juillet
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Acireale
Géolocalisation sur la carte : Italie
Acireale
Géolocalisation sur la carte : Italie
Acireale
Liens
Site web http://www.comune.acireale.ct.it/

    Toponymie

    Aciriali en sicilien.

    Géographie

    Acireale est une ville côtière au pied de l'Etna, sur la côte de la mer Ionienne, qui possède des sources d'eaux minérales. Elle est le siège d'un diocèse, célèbre pour ses églises, y compris la basilique néo-gothique Saint-Pierre, la basilique Saint-Sébastien dans le style baroque sicilien, et le XVIIe siècle, la cathédrale d'Acireale avec un séminaire pour la formation des prêtres. Acireale est également connue pour ses peintures: la plus ancienne académie en Sicile, le «Accademia dei Dafnici e degli zelanti", s'y trouve.

    Histoire

    Selon la tradition, les origines de la ville remontent à Xiphonia, une ville mystérieuse grecque maintenant complètement disparue. À l'époque romaine, il existait une autre ville grecque, Akis, qui a pris part aux guerres puniques.

    Dispersée en plusieurs villages à l'époque byzantine[2], la ville s'agrandit au Moyen Âge autour du château (qui fait maintenant partie d'Aci Castello), étant connu sous le nom de Jachium sous les Byzantins, comme Al-Yāj (الياج) sous les Arabes et, plus tard, Aquilia. En 1169, un tremblement de terre provoque l'exil d'une majorité de la population vers le continent. Une autre Aquilia a été fondée fin XIVe siècle, plus au nord du premier noyau de la ville moderne. Le seul vestige de l'époque médiévale d'Aquilia Nova ("Nouvelle Aquilia") est le portail de style gothico-lombarde de la cathédrale.

    Au XVIe siècle, l'empereur Charles Quint libère la ville de tout lien féodal, la constituant en une commune de la Couronne. À la fin du XVIe siècle la ville comptait environ 6 à 7 000 habitants. Le plus ancien document citant le Carnaval d'Acireale date de 1594. La ville a étendu son rôle en tant que centre commercial (il a été accordé le droit de tenir un marché libre ou Fiera Franca), et a bâti de nombreux édifices. C'est aussi à cette époque que les espagnols dotent la ville de la forteresse del Tocco.

    Acireale a été presque détruite par un tremblement de terre en 1693, ce qui a mis fin à sa croissance économique. Au cours de l'Expédition des Mille (1861), qui a libéré la Sicile du Royaume de Naples, Acireale fut la première ville à se rebeller contre les Bourbons.

    En 1941, elle est bombardée par les Alliés, entraînant de nombreuses victimes civiles.

    Économie

    Patrimoine

    L'église San Biagio à Acireale contient quelques-unes des reliques du vénérable Gabriele Allegra, qui est entré au séminaire franciscain en 1918.

    La basilique collégiale Saint-Sébastien, grande église baroque du XVIIe siècle.

    Les autres lieux remarquables sont la villa Belvedere, un grand parc public avec vue sur la mer Ionienne, la Piazza Duomo avec la cathédrale et la forteresse del Tocco.

    Au sud de la Piazza Duomo, se trouve la partie la plus ancienne de la ville, avec de beaux bâtiments historiques baroques, y compris le Palazzo Pennisi et Palazzo Modo du XVIIe siècle. Le centre-ville commercial est situé principalement dans les rues adjacentes, notamment sur le Corso Umberto et Corso Italia qui sont les principales artères de la ville.

    Acireale est célèbre dans toute la Sicile pour ses spectaculaires chars, les costumes, et des défilés durant la saison du carnaval, qui attire de nombreux touristes et visiteurs.

    Images

    Événement commémoratif

    Personnalités nées dans la ville

    Administration

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    28 juin 2004 En cours Antonino Garozzo Forza Italia  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Hameaux

    Aci Platani, Balatelle, Capomulini, Fiandaca, Guardia, Loreto, Mangano, Pennisi, Piano d'Api, Pozzillo Inferiore, Pozzillo Superiore, San Cosimo, Santa Maria La Scala, Santa Tecla, Santa Caterina, Santa Maria degli Ammalati, Santa Maria delle Grazie, Santa Maria la Stella (avec côté est, une partie sur le territoire de la commune de Aci Sant'Antonio), San Giovanni Bosco, Scillichenti e Stazzo.

    Communes limitrophes

    Aci Castello, Aci Catena, Aci Sant'Antonio, Giarre, Riposto, Santa Venerina, Zafferana Etnea

    Jumelages

    Voir aussi

    Articles connexes

    Notes et références

    1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
    2. André Guillou, « Géographie administrative et géographie humaine de la Sicile byzantine (vie-ixe s.) », dans Philadelphie et autres études, Éditions de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia », (ISBN 978-2-85944-839-4, lire en ligne), p. 133–139
    • Portail de la Sicile
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.