Adrien Thibault

Adrien Thibault, né à Francillon, commune de Villebarou (Loir et Cher) le 19 novembre 1844 et mort le 13 avril 1918 à La Chaussée-Saint-Victor (Loir et Cher) était un céramiste et historien[1]. Il fut l'élève du céramiste Ulysse Besnard puis intégra en 1872 la Faïencerie de Gien. Il établi son propre atelier en 1874 à La Chaussée-Saint-Victor où il exerça jusqu’à la fin de ses jours. Il fut le mari de Louise Septier avec laquelle il aura trois enfants: Louis, Adrienne et Marie-Louise. Au cours de sa vie, il effectua des recherches sur les couleurs. Il est notamment à l'origine des "Bleus Thibault". Il a produit des centaines de faïence: plats, jardinières, sucriers, cendriers, flacons, drageoirs, bonbonnières et vases.

Adrien Thibault
Autoportrait de l'artiste
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Adrien Thibault
Nationalité
Activité
Maître
Ulysse Besnard
signature

Biographie[2],[3]

Il est né le 19 novembre 1844 à Francillon, à l'actuel n°89 de la rue du moulin. Il est le troisième fils de Etienne Robert Thibault, vigneron, et de Francoise Chantal Flumas. C'était un enfant intelligent, timide et d'une extrême sensibilité. Il manifesta très tôt son don exceptionnel du dessin et de la musique. A cinq ans, il faisait son premier dessin qui n'a malheureusement pas été conservé. A onze ans, il fit un croquis-portrait très ressemblant de son arrière grand tante, la mère de l'abbé Pierre Pailly, curé de La Chaussée-Saint-Victor.

En 1857, il entra au petit séminaire de Blois pour y faire ses études secondaires. Il brilla particulièrement et, ses études terminées, n'ayant pas la vocation, il quitta cet établissement. Rentré dans sa famille et ne pouvant rester à la charge de celle ci, il devient, bien à contre cœur, répétiteur adjoint au lycée du Mans, puis au collège de Chinon pour ensuite rejoindre Poitiers où il mena l’existence de l'étudiant pauvre. Il n'avait toutefois pas renoncé à devenir artiste. Or, il se trouvait que, parmi les élèves de l'abbé Pally, il en était un qui avait contribué à la renommée de Blois: il s'agissait du céramiste Ulysse Besnard. L'abbé Pally lui montra les dessins de son protégé. En septembre 1864, Ulysse Besnard offrit à Adrien Thibault une place de décorateur dans ses ateliers.

Pour son service militaire, Adrien Thibault fut affecté au 2e régiment de carabiniers à Vendôme. Quelques jours après son arrivée, son colonel lui demanda de répondre au désir exprimé par le curé de Abbaye de la Trinité de Vendôme. Il modela donc une figure d'ange en pied permettant de réaliser une sculpture en bois, placée sur la boiserie qui clôture le chœur du côté de l'évangile. Son régiment fut ensuite envoyé a Civitavecchia, en Italie, défendre le territoire pontifical contre Garibaldi et ses troupes. En raison du mauvais état de la mer, il n'arriva que 24 heures après la bataille. Les Garibardiens, battus, avaient déjà évacué le territoire pontifical. Ayant été envoyé à Rome avec quelques camarades, Adrien Thibault croisa le Pape Pie IX, qui s'était détourné de son chemin pour voir les soldats Français. Il sut tirer profit de son séjour transalpin pour se livrer à des études personnelles. Il dessina partout où il trouvait paysages, maisons anciennes ou scènes pittoresques au hasard des campagnes.

En 1870, la guerre venait d'éclater et le corps expéditionnaire Français quitta Rome. A la veille de son départ, le maréchal des logis Adrien Thibault tomba malade, victime de la typhoïde. Il séjournera quelque temps à l’hôpital de Toulon. Revenu dans sa famille, à Francillon, passer sa convalescence, il y apprend la mort de son frère Henri. Une nuit que les obus prussiens tirés depuis Vineuil s’abattaient, il pris la fuite à travers les champs enneigés. Après que les prussiens aient quitté la région, il reparti pour Toulon. Il fut promu maréchal des logis chef. Il fut envoyé à Versailles puis à la redoute de Châtillon, où il côtoya les horreurs de la guerre civile. Il fut démobilisé le 25 juillet 1872.

De retour au pays, il sollicita la Faïencerie de Gien qui le plaça à la tête d'un atelier de décors sans obligation d'horaires. Il imposa à Gien son inspiration de la Renaissance Italienne, rinceaux fleuris sur fond bleu ou noir, résultat de son séjour en Italie. Adrien Thibault eût une part active dans l'activité décorative de Gien. Outre ses dessins, il fit des recherches sur des couleurs nouvelles, notamment les célèbres "Bleus Thibault". Il s'inspira notamment des productions de Oiron et Urbino. Il fut chargé par les directeurs de la manufacture de la décoration d'un plat destiné à l'exposition de Londres qui lui valu une première médaille.

En 1872, il épousa Louise Septier, originaire de La Chaussée-Saint-Victor. En 1874 il y rejoignit ses beaux parents. Il s'installa à l'actuel n°116 route Nationale à La Chaussée-Saint-Victor. Cette même année, naîtra son fils Louis et il ouvrit son propre atelier de céramique. Un an plus tard, un vice de construction du four provoqua un incendie qui détruisit son atelier et toutes les choses précieuses rapportées d'Italie. Sa maison fut sauvée de justesse. Le danger fut si grand que le petit Louis âgé d'à peine un an fut descendu dans son berceau, au bout d'une corde, par la fenêtre d'une des chambres du premier étage. Après avoir fait reconstruire son atelier et son four, il se remis au travail. Il participa à plusieurs expositions pour lesquelles il sera récompensé. Il poursuivi également ses recherches sur de nouvelles couleurs. Il signait la plupart de ses œuvres des initiales AT (Adrien Thibault) ou AT VS (Adrien Thibault Saint Victor). En 1879, son fils Louis, âgé seulement de cinq ans, sera emporté par la diphtérie.

En 1911, c'est sa fille ainée Adrienne qui décéda. Elle avait comme lui la passion du dessin. Ce dernier coup du sort lui fait peu à peu abandonner la céramique. Il consacra la fin de sa vie a des recherches historiques sur le blésois desquelles il écrira plusieurs ouvrages. Il fut membre de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher qu'il présidât à plusieurs reprises.

Adrien Thibault mourut le 13 avril 1918, laissant sa dernière cuisson inachevée. Il fut inhumé au cimetière de La Chaussée-Saint-Victor.

Œuvre de l'artiste
Œuvre de l'artiste
Œuvre de l'artiste
Œuvre de l'artiste

Les couleurs créées par Adrien Thibault

Bleu de vitrail
Bleu mat
Bleu myosotis
Bleu pervenche
Vert opalin
Vert bouteille
Vert oxydé
Vert à l'or dit de vitrail
Vert pastel
Noir profond
Jaune blond des anciens
Rouge solide antique chinois
Rouge solide rosé de Sienne
Pourpre de THIBAULT (rouge solide ainsi baptisé par le conservateur du Musée National de Sèvres)
Roses de toutes sortes

Expositions et récompenses

1876Exposition centrale
1878Exposition universelle de Paris - Médaille de bronze
1880Exposition d'Alger - Récompense
1887Exposition d'Hanoï - Médaille de bronze
1889L'empereur d'Annam lui attribue la médaille du "Dragon d'Annam" et le titre de "Chevalier du Dragon d'Annam"
1889Exposition universelle de Paris - Médaille d'argent
1900Exposition universelle de Paris - Médaille d'argent
1902Palmes académiques

Liste des publications

Année de publicationTitre
Essai de poésie
Souvenirs d'enfance et de jeunesse
Les champs
Etude de moeurs paysannes à la fin du XIXème siècle
1890Les armes de la ville de Mer
1892Le glossaire du pays Blésois
1892L'abbé Louis Jouanneau
1893Un volontaire de Villebarou à l'armée de Sambre et Meuse
1900Les armes de la ville de Blois et l'écusson découvert dans la rue des juifs
Un drame de famille au XVIIIème siècle
Le chateau des forges
Episodes des guerres de religion en Vendomois

Musées

Assiette a l’effigie de Jeanne d'Arc visible à la Forteresse royale de Chinon

Le 20 avril 1938, un musée fut ouvert dans son atelier de La Chaussée-Saint-Victor. Il était géré par sa fille Marie-Louise ainsi que ses petites filles Elisabeth et Jacqueline Berger-Thibault. De nombreuses pièces y étaient exposées au public jusque dans les années 80. Madame René Coty, épouse du président de la République, y a envoyé en mission d'information le conservateur du Musée national de céramique de Sèvres.

Plusieurs de ses œuvres sont visibles dans certains châteaux de la Loire comme le Château de Blois, le Château d'Amboise ou la Forteresse royale de Chinon.

Notes et références

  1. « Il y a cent ans, disparaissait Adrien Thibault », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  2. Michel Martin, Adrien THIBAULT - Un Artiste Chausséen,
  3. Elisabeth Berger-Thibault, « Adrien THIBAULT - Artiste du Blaisois », na,
  • Portail de la céramique
  • Portail de la France
  • Portail de Loir-et-Cher
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.