Agrigente

Agrigente (en italien Agrigento ; noms antiques : Acragas, Girgenti) est une ville d'Italie d'environ 60 000 habitants, située en Sicile, dans la province d'Agrigente.

Pour les peintures de Nicolas de Staël, voir Agrigente (Staël).

Agrigente

Temple de la Concorde
Noms
Nom italien Agrigento
Nom sicilien Girgenti
Administration
Pays Italie
Province Agrigente  
Maire Marco Zambuto
2012-2017
Code postal 92100
Code ISTAT 084001
Code cadastral A089
Préfixe tel. 0922
Démographie
Gentilé agrigentini (fr) agrigentin/e
Population 59 175 hab. (31-12-2010[1])
Densité 241,84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 18′ 40″ nord, 13° 34′ 36″ est
Altitude Min. 230 m
Max. 230 m
Superficie 24 400 ha = 244 km2
Divers
Saint patron San Gerlando
Fête patronale 25 février
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Italie
Agrigente
Géolocalisation sur la carte : Italie
Agrigente
Liens
Site web http://www.comune.agrigento.it/

    Histoire

    Agrigente, dont le nom antique est Akrágas (Ακράγας), est fondée en 582 av. J.-C. par la cité de Géla (elle-même colonie grecque fondée par Rhodes et les Crétois), sur le site de la ville actuelle. La cité connaît une expansion géographique au VIe siècle av. J.-C. sous la direction des tyrans. Le premier s'appelle Phalaris et l'apogée arrive avec Théron, victorieux des Carthaginois à la bataille d'Himère en 480 av. J.-C. La ville s'embellit grâce à la main d'œuvre capturée lors de cette bataille. La Vallée des Temples est entourée d'une muraille de 12 kilomètres. Agrigente s'enrichit dans le commerce du vin et de l'huile, notamment avec Carthage.

    • 406 av. J.-C. : Hannibal de Giscon assiège Agrigente : il interdit le relèvement des remparts, détruit le temple d'Athéna et massacre une partie des habitants.
    • 339 av. J.-C. : les Carthaginois sont vaincus : Timoléon reconstruit la muraille et la ville. Pendant la première guerre punique (264-241 av. J.-C.), Agrigente est prise par les Romains en 262 av. J.-C.
    • 211 av. J.-C. : la ville tombe définitivement dans le giron de Rome. Prospérité et expansion.
    • 828 : les Arabes prennent la ville puis l'abandonnent. Ils la rebaptisent Kerkent ou Gergent.

    « La plus belle des cités mortelles », c'est en ces termes que Pindare présente dans ses Olympiques l'Agrigente du Ve siècle av. J.-C. Fondée en 582 av. J.-C. sur la côte méridionale de la Sicile par des Grecs venus de la cité voisine de Géla, la ville s'impose très vite comme l'une des colonies les plus brillantes et les plus prospères de l'Occident hellénique.

    Riche des ressources de sa plaine agricole et des revenus que lui assurait son grand commerce méditerranéen, Agrigente possède au milieu du Ve siècle av. J.-C. plus de temples qu'il n'y en a sur l'acropole athénienne. Elle verra naître à cette époque le philosophe Empédocle dont Ernest Renan a pu dire qu'il fut « l'un des génies extraordinaires de la philosophie grecque présocratique, l'un des vrais fondateurs de la science et de l'exploitation mécanique de l'univers. » Les destructions perpétrées par les Carthaginois lors du sac de 406 av. J.-C. ruinent la cité mais celle-ci ressuscitera à l'initiative de Timoléon de Syracuse et connaîtra une nouvelle prospérité à la faveur de la paix romaine.

    Outre les ruines du grand sanctuaire de Zeus olympien – le plus grand de l'Antiquité grecque après l'Artémision d'Éphèse et le Didyméion de Milet – la Vallée des Temples offre encore au regard des visiteurs les restes grandioses de ceux d'Héraclès, d'Héra, des Dioscures et de la Concorde. Sur la colline de Girgenti, l'église Santa Maria dei Greci est elle-même construite sur les ruines d'un temple d'Athéna et l'église San Biagio sur celles d'un sanctuaire de Déméter.

    Liste des tyrans d'Acragas

    • 570-554 av. J.-C. : Phalaris († 554 av. J.-C.)

    Dynastie des Emménides

    • 488-473 av. J.-C. : Théron († 473 av. J.-C.)
    • 473-472 av. J.-C. : Thrasydée, fils du précédent.

    La zone archéologique

    • Temple de la Concorde, de style dorique, a été élevé en 430 av. J.-C. Ceinturé de trente-quatre colonnes, il était recouvert de stuc. Il a été converti en basilique en 579. Au VIe siècle, l'évêque Grégoire y vit en ermite.
    • Temple d'Héra datant du Ve siècle av. J.-C.
    • Temple de Castor et Pollux ou des Dioscures
    • Nécropole paléochrétienne
    • Temple d'Héraclès (Hercule), VIe siècle av. J.-C.
    • Autel des sacrifices
    • Temple de Zeus (Jupiter) olympien construit pour célébrer la victoire d'Himère contre Carthage en 480 av. J.-C. C'est l'un des plus grands du monde grec (113 mètres sur 56 mètres).
    • Jardin de la Kolymbethra

    La ville

    Église de San Lorenzo
    • Musées, dont le musée archéologique qui présente le résultat des fouilles. Collections d'objets en terre cuite, et surtout de beaux cratères.
    • Église San Lorenzo
    • Monastère du saint-Esprit (it)
    • Cathédrale ou "Duomo"
    • Piazza Pirandello
    • Santa Maria dei Greci (it) (XIIe siècle)

    Naissances illustres

    Décès

    Administration

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1990 1992 Giovanni Di Mauro DC  
    1993 1997 Calogero Sodano PRI  
    1997 2001 Calogero Sodano CCD  
    26 novembre 2001 29 mai 2011 Aldo Piazza FI  
    29 mai 2011 En cours Marco Zambuto PD  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Hameaux

    Fontanelle, Giardina Gallotti, Monserrato, Montaperto, San Leone, Villagio La Loggia, Villagio Mosè, Villagio Peruzzo, Villaseta

    Communes limitrophes

    Aragona, Cattolica Eraclea, Favara, Joppolo Giancaxio, Montallegro, Naro, Palma di Montechiaro, Porto Empedocle, Raffadali, Realmonte, Sant'Angelo Muxaro, Siculiana,(grotte).

    Évolution démographique

    Habitants recensés

    Sport

    Le club de football local, Akragas Città dei Templi, évolue en Serie D.

    La ville a accueilli les championnats du monde de cyclisme sur route en 1994 ainsi que quatre arrivées du Tour d'Italie : Guido Carlesi (1965), Moreno Argentin (1982), Bjarne Riis (1993) et Riccardo Riccò (2008).

    Jumelage

    Sources et références

    Voir aussi

    • Liste des principales villes d'Italie par population
    • Agrigente est aussi le nom d'une série de tableau de Nicolas de Staël peinte lors de son séjour dans cette province en août 1953
    • Portail de la Sicile
    • Portail de l’archéologie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.