Al-Akhdari

Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad al-Ṣaghīr ibn Muḥammad ibn Sayyidi ʿĀmir al-Akẖḍarī al-Bīsīkrī (en arabe : سيدي عبد الرحمن بن محمد الصغير بن محمد بن سيدي عمرو الأخضري), né en 1512 à Biskra et décédé en 1575 à Biskra, est un ‘alim musulman[2], poète, astronome, logicien et juriste malékite.

Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
(fr)Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad Al-Akẖḍarī
(ar)سيدي عبد الرحمن بن محمد الأخضري

Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān Al-Akẖḍarī

Nom de naissance سيدي عبد الرحمن بن محمد الأخضري
Alias
Ibn Al-Akẖḍarī
Naissance
Biskra Algérie
Décès
Biskra Algérie
Nationalité Algérienne
Pays de résidence Algérie
Profession
ʿālim
Poète
Juriste Malékite
• Logicien
Astronome
Descendants

Dynastie Al-Akhdari

Qāryat Al-Akḥdārī
Banû Al-Akhdari[1]
Famille
Dynastie Al-Akhdari établis à
Biskra
Ibb
Al-Jawf

Biographie

Il est l'auteur du très populaire poème didactique Al-Sullam al-murawnaq fī'ilm al-manṭiq (« L'échelle ornementée dans la science de la logique »). Le poème de 144 lignes, une versification de Kitab al-Isaghuji d'Al-Abhari, décrit les principes de la logique aristotélicienne et explique comment la logique pourrait être utilisée pour soutenir la foi musulman (aqidah) et la jurisprudence (fiqh). Le travail est étudié à travers le monde musulman comme un amorce sur la logique[3] et est souvent lu en conjonction avec le propre commentaire en prose d'al-Akhdari.

Il est également connu pour avoir écrit un autre ouvrage, "al-Jawhar ul-Maknun" ou "Al-Jawahir al-Maknuna fi'l-ma'ni wa'l-bayan wa'l-badi".

Origine & Famille

Sheikh Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad Al-Akẖḍarī est né en Algérie, plus précisément à Biskra dans une famille arabe Algérienne Chérifienne (Noble de ses descendants) de la tribu arabe des Banû Al-Akhdari[1],[4] (en arabe : بنو الأخضري) originaire de la région de Ibb au Yémen présente en Algérie depuis les années 680, plus connu en Algérie et en Libye sous le noms de Kābilāt Al-Akḥdārīyyāh (en arabe : قبيلة الأخضرية).

Décès

Sheikh Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad Al-Akẖḍarī est décédé d'une mort naturel en 1575 (953H de l'Hégire islamique), selon certains récits rapporté des témoignages de cette époque, lorsque le Sheikh Sayyidi ʻAbd al-Raḥmān ibn Muḥammad Al-Akẖḍarī est décédé, “une forte lumière a brillé pendant trois jours, puis s’est étendue vers le ciel”[5].
.

Publications

  • al-Jawhar ul-Maknun ou Al-Jawahir al-Maknuna fi'l-Ma'ni wa'l-bayan wa'l-badi
  • Al-Sullam al-murawnaq fī'ilm al-mantiq
  • Mukhtasar Al-Akẖḍarī

Notes et références

  1. les-devoirs-mukallaf, Origine : de_la_branche_des_Banû_Al_Akhdari.
  2. (en) Aaron Spevack, The Archetypal Sunni Scholar : Law, Theology, and Mysticism in the Synthesis of Al-Bajuri, State University of New York Press, (ISBN 9781438453705, OCLC 919400861, lire en ligne), p. 101
  3. (en) « Inheritors Jjaza », SunniPath, , p. 1-9 (lire en ligne [PDF])
  4. par Muhammad Futuwwa// la-fierte-arabo-yemenite-algerienne,les_banu_Al-Akhdari.
  5. Muslim_studies_Tome_I Auteur : par Ignác Goldziher (1967), le_décès_d_Al-Akhdari.
  • Portail de l’islam
  • Portail de l’Algérie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.