Alain Guionnet

Alain Guionnet (né en 1954) est un militant négationniste français.

Pour les articles homonymes, voir Guionnet.
Alain Guionnet
Fonction
Président
Association contre la mutilation des enfants (d)
-
Biographie
Naissance
Pseudonymes
L'Aigle noir
Attila Lemage
Jacques Moulin
Nationalité
Formation
Autres informations
Membre de
Association contre la mutilation des enfants (d)
Condamné pour

Après plusieurs années passées à l'ultra-gauche, il crée en 1989 la revue Revision, où il fait preuve d'un négationnisme et d'un antisémitisme exacerbés.

Biographie

Jeunesse et études

Alain Guionnet naît le [1] dans le 14e arrondissement de Paris.

En , alors qu'il est élève du lycée Jean-Baptiste-Say, impliqué dans une rixe au sein avec des militants d'extrême droite, il est brièvement incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, ce qui provoque de nouveaux remous[2] : après que 2000 lycéens se sont réunis aux cris de « Libérez Guionnet ! » et l'organisation de « diverses réunions de protestation »[3], plusieurs établissements parisiens se mettent en grève[4],[5] ; il est relâché après dix jours derrière les barreaux[3],[6] ; l'année suivante, son exclusion définitive du lycée entraîne de nouvelles protestations[7].

Il obtient par la suite une licence en administration économique et sociale et une maîtrise en histoire[8].

Militant d'ultra-gauche dans sa jeunesse, il dirige un groupe appelé Oser lutter, oser vaincre, basé à Issy-les-Moulineaux[9] ; il collabore à King-Kong international[10], et fonde, avec Pierre Guillaume, le journal gauchiste La Guerre sociale[11]. Il écrit également un courrier à Guy Debord, archivé dans ses Lettres reçues[12].

Alors qu'il est étudiant à l'École des hautes études en sciences sociales, son cursus est interrompu par un grave accident de la route, qui le laisse invalide à 70 %[8]. Il reprend une scolarité chaotique, étudiant le hongrois et suivant en auditeur libre des cours d'assyrien et de langue chaldéenne[8]. En 2003-2004, il suit à l'École pratique des hautes études le séminaire d'Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias sur l'histoire du judaïsme[13],[14].

Revision et militantisme négationniste

Au début des années 1980[8], il entre en contact avec Robert Faurisson, avec qui il correspond[15]. En 1986, il diffuse à l'université Paris-VI son premier tract, contre la circoncision, signé « Aigle noir »[8]. En , il fonde, avec Xavier Valla (secrétaire) et Didier Diers (trésorier), l'Association contre la mutilation des enfants (AME)[16] L'AME se propose d'exposer les conséquences « néfastes de la circoncision sur les nouveaux-nés [sic] » et diffuse régulièrement une feuille, Article 312[17],[18]. Gérard Zwang serait son éminence grise (c'est lui qui décerne les prix littéraires de l'AME).[réf. nécessaire] Guionnet quitte la présidence de l'association en 1991.[réf. souhaitée]

En mars de la même année[19], après avoir participé aux Annales d'histoire révisionniste[20], il fonde le mensuel négationniste Revision[21],[22] qui, outre les textes de son directeur, accueille des articles signés par Claude Courouve[23], Robert Faurisson, Pierre Marais[24], Xavier Valla ou Olivier Mathieu[20],[25], où un entretien avec Michel Lajoye[26]. Il y republie les Protocoles des sages de Sion en feuilleton[27] et y diffuse des théories antimaçonniques[28] et conspirationnistes[29],[30]. Il y loue aussi les travaux d'Henry Coston[31]. La revue est imprimée par Les Presses bretonnes, contrôlées par Fernand Le Rachinel[32],[33].

Dans le même temps, il continue ses distributions de tracts, toujours signés « L'Aigle noir » mais à présent négationnistes, notamment dans la périphérie de Lyon à l'occasion du procès de Klaus Barbie[34],[27]. Il présente Revision lors de fêtes du Front national[35], ainsi celle des Bleu-blanc-rouge 1990, où il salue Jean-Marie Le Pen[36]. Cette même année, à l'occasion de sa première condamnation judiciaire en mars, il reçoit le soutien de François Brigneau dans National-Hebdo[37],[38],[31],[39] — journal qui accueille par ailleurs des encarts publicitaires pour Revision[40].

En 1991, il est interrogé par Serge Moati dans son documentaire La Haine antisémite, diffusé sur TF1[41],[42]. S'éloignant de Robert Faurisson et Henri Roques, il commence à cette époque à se réclamer avec Olivier Mathieu du « post-révisionnisme »[43],[44],[45], qui devient « une nouvelle génération » de négationnistes, « plus virulente »[19] et se revendiquant ouvertement du néofascisme[46].

Guy Birenbaum cite sa revue Revision parmi les publications négationnistes importantes[38]. Pour Jean-Yves Camus, il s'agit du « plus extrême des organes négationnistes antisémites », qui « témoigne surtout des obsessions de son fondateur »[47]. Le même auteur souligne que la revue « se caractérise par un antisémitisme obsessionnel et ordurier » et que sa lecture « suscite des doutes sur l'équilibre mental des collaborateurs »[26]. Le psychiatre Michel Erlich a parlé à son propos d'« antisémitisme délirant »[48]. Stéphane François range Guionnet dans la catégorie des complotistes paranoïaques qui « expliquent leurs malheurs par l'existence d’un complot juif visant à les faire taire », et souligne que dans son cas « l'aspect pathologique n’est pas à négliger »[49].

Les écrits de Guionnet repoussent régulièrement les limites de la provocation, et Revision, qui se proclame « seul journal antijuif »[25], multiplie les titres du type « Les coupeurs de verge à la grande vergue ! », « Salut Hitler ! », « L'argent n'a pas d'odeur... Mais le juif en a une ! »[31] ou les articles consacrés à la circoncision[50]. La revue tourne essentiellement autour de la figure de son fondateur, allant jusqu'à publier une interview d'« Attila Lemage » par « Jacques Moulin », l'un et l'autre étant des pseudonymes de Guionnet[51]. Elle est initialement diffusée en kiosque[31] dans les grandes villes, à deux mille exemplaires[52]. En , un an après sa création, elle est interdite de vente aux mineurs, d'affichage et de toute forme de publicité[52]. Elle n'est plus ensuite diffusée que par abonnements et dans certaines librairies d'extrême droite[52], comme L'Æncre[53] ou la librairie Ogmios[25]. Roland Gaucher et Philippe Randa écrivent en 2001 que chaque numéro du journal « fait en général l'objet d'une mise en examen » d'Alain Guionnet[54].

Diverses figures du négationnisme, comme Robert Faurisson ou Henri Roques, prennent assez rapidement leurs distances avec lui ; Roques dit le considérer comme un « cas un peu pathologique »[55] et Faurisson, dans un entretien accordé à Valérie Igounet, se contente de déclarer : « Alain Guionnet, c’est un alcoolique. Je n’ai rien à ajouter »[56]. Le dernier numéro de Revision paraît en 2009[57].

Le , il organise à Paris, avec Jean Plantin, une manifestation « pour la défense de la liberté d'expression », en soutien aux négationnistes allemands, belges et suisses poursuivis dans leur pays ; il s'agit selon Jacques Leclercq d'« une première en Europe », mais elle est interdite et ne se tient finalement pas[58].

Condamnations

Alain Guionnet fait l'objet de multiples poursuites et condamnations, tant pour ses articles que pour les autocollants à caractère négationniste et/ou antisémite qu'il appose dans des lieux publics[31]. Après avoir été relaxé des chefs de « diffamation » et d'« injures raciales » en 1989[59], il est condamné à trois reprises (1990, jugement confirmé l'année suivante[60],[61],[62],[63], 1993[64] et 1994) à des peines de prison ferme pour « contestation de crimes contre l'humanité », et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciales et diffamation raciale »[65]. En 1997, il est condamné pour « diffamation envers la mémoire des morts »[66].

Selon Jean-Yves Camus, il est jusqu'à Vincent Reynouard la seule personne incarcérée en France après une condamnation pour négationnisme[67].

Ouvrages

  • « Jacques Moulin », Le Mode de production des hommes-plantes, Issy-les-Moulineaux, A. Guionnet, , 177 p. (notice BnF no FRBNF36601252).
  • « L'Aigle noir », Josef Kramer contre Josef Kramer : mémoire en défense, Paris, Polémiques, , 151 p. (ISBN 2-906407-02-X).
  • « Attila Lemage », Manifeste antijuif : du 10e siècle avant notre ère à nos jours, le combat des Titans, Issy-les-Moulineaux, Libre parole-A. Lemage, , 73 p. (notice BnF no FRBNF35476667).

Préfaces

Références

  1. Notice BnF.
  2. Maurice Barrois (dir.), Journal de l'année : 1er juillet 1970-30 juin 1971, Paris, Larousse, , 414 p. (notice BnF no FRBNF43420492, lire en ligne), p. 476.
  3. « Le juge d'instruction décide de libérer l'élève de Jean-Baptiste Say », sur lemonde.fr, .
  4. « Paris : effervescence après l'« affaire Guionnet », sur lemonde.fr, .
  5. « Paris : la police fait évacuer Jean-Baptiste Say », sur lemonde.fr, .
  6. « La reprise des cours dans les lycées n'a donné lieu à aucun incident », sur lemonde.fr, .
  7. « L'exclusion de trois élèves provoque une grève des lycéens », sur lemonde.fr, .
  8. Igounet 2000, p. 554.
  9. Christophe Bourseiller, Histoire générale de l'ultra-gauche : situationnistes, conseillistes, communistes de conseils, luxemburgistes, communistes de gauche..., Paris, Denoël, coll. « Impacts », , 546 p. (ISBN 2-207-25163-2), p. 434.
  10. Bourseiller 2003, p. 433.
  11. Christian Terras (dir.), Les Faussaires de l'histoire, Villeurbanne, Golias, coll. « Les Dossiers de Golias », , 111 p. (ISBN 2-911453-82-4), p. 11.
  12. Notice BnF de L'Aigle noir.
  13. Jean-Christophe Attias, « Conférence de M. Jean-Christophe Attias », Annuaire de l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, vol. 116, no 112, , p. 168 (lire en ligne).
  14. Esther Benbassa, « Conférence de Mme Esther Benbassa », Annuaire de l'Éole pratique des hautes études, section des sciences religieuses, vol. 116, no 112, , p. 180 (lire en ligne).
  15. Igounet 2000, p. 555.
  16. « Publications de la création d'associations », Journal officiel de la République française, , p. 975 (lire en ligne).
  17. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 354.
  18. « Association contre la mutilation des enfants (AME) », dans Jacques Leclercq, Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-06476-8), p. 41.
  19. Emmanuel Lemieux, Pouvoir intellectuel : les nouveaux réseaux, Paris, Denoël, coll. « Impacts », , 756 p. (ISBN 2-207-25050-4), p. 488.
  20. (en) Anti-Semitism Worldwide, New York, Congrès juif mondial-Ligue antidiffamation, , II + 329 p. (SUDOC 142910937), p. 39.
  21. (en) Shelly Shapiro, Truth Prevails: demolishing holocaust denial: the end of the Leuchter Report, Paris, The Beate Klarsfeld Foundation and Holocaust Survivors And riends in Pursuit of Justice, , 135 p. (ISBN 978-1-8794-3700-5), p. 35.
  22. (en) Pierre Vidal-Naquet et Limore Yagil, Holocaust Denial in France: analysis of a unique phenomenon, Tel Aviv, université de Tel Aviv, coll. « The Project for the Study of Antisemitism », , 79 p. (ISBN 965-2-2257-70), p. 55, 69, 70.
  23. Renaud Camus, Outrepas : journal 2002, Paris, Fayard, , 644 p. (ISBN 2-213-62242-6, lire en ligne).
  24. La Lutte contre le négationnisme : bilan et perspectives de la loi du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, Paris, La Documentation française, , 121 p. (ISBN 2-11-005411-5), p. 77.
  25. « La radicalisation d'une frange de l'extrême droite et les attentats contre les immigrés Les vigiles de la " race blanche " », sur lemonde.fr, .
  26. Camus et Monzat 1992, p. 233.
  27. Marie-Claire Hoock-Demarle et Claude Liauzu (dir.), Transmettre les passés : nazisme, Vichy et conflits coloniaux : les responsabilités de l'université (actes de colloque), Paris, Syllepse, , 322 p. (ISBN 2-913165-53-2), p. 91.
  28. (en) Judith Tydor Baumel, « Holocaust denial », dans Walter Laqueur (dir.), The Holocaust Encyclopedia, New Haven, Yale University Press, (ISBN 0-300-08432-3), p. 298.
  29. Thierry Maricourt, Les Nouvelles Passerelles de l'extrême droite, Paris, Syllepse, coll. « Vert de gris », , 199 p. (ISBN 2-907993-52-6), p. 164-166.
  30. Jean-Christophe Attias et Esther Benbassa (dir.), La Haine de soi : difficiles identités, Bruxelles, Complexe, coll. « Interventions », , 305 p. (ISBN 2-87027-807-1), p. 54.
  31. « L'antisémitisme en paroles », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  32. « Personnalités honorées de 2010 à nos jours », sur skoluhelarvro.net, Institut culturel de Bretagne.
  33. Eflamm Caouissin, « Hermines 2013 : Martial Ménard, linguiste breton », sur argedour.bzh, .
  34. Terras 1999, p. 94.
  35. Ariane Chebel d'Appollonia, L'Extrême Droite en France, Bruxelles-Paris, Complexe, coll. « Questions au XXe siècle » (no 3), , 519 p. (ISBN 2-87027-573-0), p. 377.
  36. Bruno Villalba et Xavier Vandendriessche (dir.), Le Front national au regard du droit, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Sciences politiques », , 173 p. (ISBN 2-85939-696-9), p. 68.
  37. Edwy Plenel et Alain Rollat (ill. Pessin, Plantu et Sergueï), La République menacée : dix ans d'effet Le Pen, Paris, Le Monde, coll. « Actualité », , XIV + 387 p. (ISBN 2-87899-046-3), p. 52.
  38. Guy Birenbaum, Le Front national en politique, Paris, Balland, coll. « Fondements », , 358 p. (ISBN 2-7158-0889-5), p. 266.
  39. Igounet 2000, p. 511.
  40. Igounet 2000, p. 524.
  41. CinémAction TV, (présentation en ligne), chap. 2, p. 173.
  42. Georges Bensoussan, L'Idéologie du rejet : enquête sur Le Monument Henry ou archéologie du fantasme antisémite dans la France de la fin du XIXe siècle, Levallois-Perret, Manya, coll. « Document », , 243 + 12 p. (ISBN 2-87896-093-9, lire en ligne), p. 77.
  43. Marie-José Chombart de Lauwe, Réhabilitations du nazisme : attention danger !, Paris, Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, , 72 p. (ISBN 2-905697-26-1), p. 23.
  44. Pierre-André Taguieff, « Antisémitisme : les boutiques de la haine », Le Nouvel Observateur, , p. 67 (lire en ligne)
  45. Philippe Aldrin, Sociologie politique des rumeurs, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d'aujourd'hui », , X + 289 p. (ISBN 2-13-054691-9), p. 253, n. 3.
  46. Darquier de Pellepoix et l'antisémitisme français, Paris, Berg international, , 199 p. (ISBN 2-911289-49-8), p. 18.
  47. Jean-Yves Camus (dir.), Les Extrémismes en Europe, La Tour-d'Aigues-Bruxelles, L'Aube-Pire, coll. « Monde en cours », , 469 p. (ISBN 2-87678-441-6), p. 193.
  48. Michel Erlich, « Circoncision, excision et racisme », Nouvelle revue d'ethnopsychiatrie, no 18, , p. 130.
  49. Stéphane François, « Les conspirationnistes et les contre-cultures : style « paranoïde » et mode social de pensée », Cahiers de psychologie politique, no 20, (lire en ligne).
  50. Igounet 2000, p. 556.
  51. (it) Claudio Vercelli, Il negazionismo: storia di una menzogna, Rome, Laterza, coll. « Storia e società », , 228 p. (ISBN 978-8-8581-2414-7, lire en ligne).
  52. Igounet 2000, p. 560.
  53. Christiane Chombeau, « La vente d'un fonds de livres racistes est examinée en appel », sur lemonde.fr, .
  54. Roland Gaucher et Philippe Randa, Les « Antisémites » de gauche, Paris, Dualpha, , 434 p. (ISBN 2-913044-00-X), p. 137.
  55. Igounet 2000, p. 561.
  56. Version intégrale de l'entretien publié dans Réponse à Valérie Igounet, Vincent Reynouard, , p. 89.
  57. Notice BnF de Revision.
  58. Leclercq 2008, p. 21.
  59. « Après un procès pour injures raciales le MRAP proteste contre l'indulgence du tribunal de Paris », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  60. « Première : prison ferme pour négation des chambres à gaz », sur lesoir.be, Le Soir, .
  61. « Génocide », sur lesoir.be, Le Soir, .
  62. « Une décision de la cour d'appel de Versailles : prison ferme pour un propagandiste du « révisionnisme », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  63. « Le responsable de la revue Révision en correctionnelle : trois mois de prison ferme pour antisémitisme « obsessionnel », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  64. (en) Kenneth S. Stern (en), Holocaust Denial, New York, American Jewish Committee, , 193 p. (ISBN 978-08-7495-102-8), p. 193.
  65. (en) Ludovic Hennebel et Thomas Hochmann, Genocide Denials and the Law, Oxford-New York, Oxford University Press, , 327 p. (ISBN 978-01-997-3892-2), p. 254.
  66. « Diffamation envers la mémoire des morts », sur legipresse.com, .
  67. Louise Couvelaire, « Alain Soral condamné à un an de prison ferme pour négationnisme », Le Monde, (lire en ligne).

Annexes

Bibliographie

  • « Le « post-révisionnisme », une dénonciation exacerbée du « pouvoir juif », dans Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « XXe siècle », (ISBN 2-02-035492-6), p. 548-561.

Liens externes

  • Portail de la politique française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.