Albert Lemaître (peintre)

Albert Lemaître, né à Liège et mort à Milhars (France), est un peintre belge de paysages, de marines et de scènes d’extérieur. Il est surtout connu comme le peintre des jeux de reflets sur l’eau[1].

Pour les articles homonymes, voir Albert Lemaître et Lemaître.
Albert Lemaître
Naissance
Décès
Nationalité
Belge
Activité
Peintre et professeur de peinture
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Prix Léopold Donnay de peinture ; Prix de la Ville de Liège ; Prix de la Province de Liège (1959)
Œuvres principales
Le bateau rouge (1919)

Biographie

Fils d’un directeur d’école, Albert Lemaître étudie de 1901 à 1904 à l’Académie des beaux-arts de Liège, où il est l'élève d’Adrien de Witte (dessin) et d'Évariste Carpentier (peinture).

De 1904 à 1906, Lemaître poursuit sa formation à Paris, à l’Académie Julian. Il y travaille notamment le nu intégral, alors inconnu à Liège. De ce séjour à Paris, naît une amitié profonde avec Georges Duhamel et Charles Vildrac.

Particulièrement attiré par le paysage, Lemaître, grand voyageur, se tourne vers les eaux et les ciels méditerranéens comme en témoigne d’ailleurs nombre de ses voyages à Venise en 1908 et 1912 notamment, à Grenade en 1910, à la Côte d’Azur en 1914, en Yougoslavie en 1922, en Grèce, etc. Sa palette chaude est marquée par l'impressionnisme et les fauves.

En 1912, il participe à sa première exposition personnelle à Liège. Il exposera également à Paris en 1913. Son talent est consacré par le Prix Donnay et le Prix de la ville de Liège[2]

En 1914, engagé volontaire, Lemaître est blessé et reconnu invalide de guerre.

En 1920, il épouse Marie Vrebosch à Vincennes en France.

Les voyages se succèdent. La Hollande et la Bretagne « aux grands ciels lavés » s’ajoutent aux terres ensoleillées.

En 1922, il est nommé membre de la Commission administrative des musées de Liège. Il sera d’ailleurs chargé, en 1930, de renouveler la présentation de la collection du musée des beaux-arts de Liège.

De 1937 à 1952, il enseigne la peinture à l’Académie des beaux-arts de Liège où il inaugure un cours de paysage.

En 1955, il voyage en Espagne.

En 1959, il reçoit le prix de la Province de Liège.

En tant que cofondateur avec Georges Comhaire du groupe Dix Pointes et Brosses, il contribue à la diffusion et à la vitalité de la vie artistique liégeoise.

Outre ses expositions personnelles, il participe à de nombreuses expositions internationales notamment à Amsterdam, à Londres, à Barcelone, en Pologne...

Albert Lemaître s’éteint le dans sa propriété de Milhars dans le Tarn.

Styles et jugements

« Que Lemaître se soit aussi complètement voué au paysage ne doit pas nous étonner. Il est venu à l’art au moment où le message impressionniste, un peu tardivement, atteignait la Wallonie et suscitait sa renaissance. Ce fut, dès lors, un des tenants les plus fidèles et il en adoptera toutes les pratiques... Pour ce pleinairiste et luministe intégral, enflammer la crête des vagues, illuminer une eau qui divise les rayons, incendier l’atmosphère et les grands bâtiments clairs, sont des jeux royaux et incomparables. En outre, comme cet artiste adroit pratique à merveille l’art de mettre en cadre, comme il construit solidement et vise nettement au tableau, ses œuvres ensoleillées conquièrent aisément à leur optimiste et rayonnante vision. »

 Jules Bosmant[3]

« Albert Lemaître est, à l’Académie de Liège, le disciple le plus doué d’Évariste Carpentier, le plus impressionniste aussi, bien que son luminisme s’écarte rapidement du style de Monet. Il parfait sa formation à l’académie Julian à Paris au moment où les Matisse, les Derain et les Vlaminck rugissent à qui mieux mieux dans leur « cage aux fauves ». On imagine facilement l’intérêt que ceux-ci éveillent sur la sensibilité du jeune Liégeois. Souvent la surface de l’eau envahit de ses méandres bariolés sa composition, de sorte que le peintre réserve peu de place au ciel. En revanche, la lumière du ciel vient s’écraser violemment pour provoquer de véritables flaques claires sur les objets. La touche vibratile de Monet est devenue chez Lemaître, une tache qui tend à devenir avec les années, un véritable aplat, réalisant par le jeu des contrastes colorés un clair-obscur violent. Nul doute que se fait sentir en cela l’influence, naissante pour lui, du fauvisme. »

 Serge Goyens de Heusch[4]

Quelques œuvres

  • Musée Charlier, Bruxelles
    • Les Oriflammes de la place Saint-Marc à Venise
  • Musée des beaux-arts de Liège
    • Terril sous la neige
    • L'église des jésuites, Venise (1908)
    • Vue de l’Abbazia Deserto, Venise (1912)
    • L'église Saint-Georges, Venise
    • Rotterdam (1914)
    • Le Bateau rouge (1919)
    • Les Chênes-lièges (Provence) (1920)
    • Le Moulin de la Rania (Yougoslavie) (c. 1924)
    • Le Port de Bordeaux
    • La Lavandière
  • Musée des beaux-arts de Tournai
    • Le Port de Bordeaux

Importante exposition itinérante

  • Chefs-d’œuvre des Musées de Liège (Paris en 1983), (Bruxelles et Lille en 1984), (Bogota et Caracas en 1986), (Tokyo, Osaka,.. en 1988), (Lausanne en 1988-1989).

Notes et références

  1. (en) « Albert Lemaître (peintre) », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, (ISBN 9780199773787)
  2. Dictionnaire des Peintres Belges
  3. Jules Bosmant (1893-1975), historien de l’art et conservateur du musée des beaux-arts de Liège. Il est l'auteur notamment de La Peinture et la sculpture au pays de Liège de 1793 à nos jours. Ed. J. Mawet, 1930
  4. Serge Goyens de Heusch est historien de l'art né à Bruxelles en 1939. Il est diplômé de l'Institut supérieur d'histoire de l'art et d'archéologie de Bruxelles (où il enseigne l'art moderne), de l'université de Louvain-la-Neuve et de l'université de Paris-Sorbonne où il défendit une thèse de doctorat sur le fauvisme brabançon. De 1970 à 1984, il anima la galerie Armorial à Bruxelles où il organisa près de 200 expositions principalement d'artistes belges. Il a écrit de nombreux ouvrages généraux ainsi que des monographies consacrées à des artistes belges.

Annexes

Références bibliographiques

  • Albert Lemaître, cat. exp. Rétrospective, Liège, 1952
  • Albert Lemaître, cat. exp. M.A.W., Liège, 1967
  • Jacques Parisse, Actuel XX. La peinture à Liège au XXe siècle. Ed. Pierre Mardaga, Liège, 1975
  • L'affiche en Wallonie à travers les collections du Musée de la Vie Wallonne, cat. exp., ège, 1980
  • Liliane Sabatini, Le Musée de l’Art wallon, Musea Nostra, 1988, p. 88
  • François Daulte, Micheline Josse, Jean-Pierre Rouge, Catherine de Croës, Francine Dawans, Liliane Sabatini, Françoise Safin-Crahay, Chefs-d’œuvre des musées de Liège. Ed. La Fondation de l’Hermitage, Lausanne et la Bibliothèque des Arts, Paris, 1988
  • Pierre Somville, Marie-Christine et Gilbert Depouhon, Le Cercle royal des beaux-arts de Liège. Cat. exp., Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1992, p. 73
  • Jean-Paul Depaire, Académie royale des beaux-arts de Liège. 1775-1995. 220 ans d'histoire, Liège, Académie royale des beaux-arts. Ed. Yellow Now, 1995
  • Francis Debryun, Philippe Delaite, Frédéric Giet, Jacques Louis Nyst, Guy Vandeloise, Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. 1775-1995. 220 ans d'art, Liège, Académie royale des beaux-arts. Ed. Yellow Now, 1995
  • Françoise Dumont, Lemaître Albert, dans Le Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, Bruxelles. Ed. La Renaissance du livre, 1995, p. 633
  • Serge Goyens de Heusch, L’Impressionnisme et le fauvisme en Belgique. Ed. Fonds Mercator, Anvers, 1998, p. 287, 288, 289, 291, 292
  • Michael Palmer, D’Ensor à Magritte. Éditions Racine, Bruxelles, 1998, p. 87-88
  • Collectif (sous la direction de Serge Goyens de Heusch), XXe siècle. L’Art en Wallonie. Ed. La Renaissance du livre, Tournai, 2001, p. 54, 55, 58, 319, 320
  • Collectif (sous la direction de Joost De Geest), 500 chefs-d’œuvre de l’art belge. Du XVe siècle à nos jours. Éditions Racine, Bruxelles, 2006, p. 258
  • Jacques Goijen, Dictionnaire des peintres de l'école liégeoise du paysage, Ecole Liégeoise du Paysage Editions, 2009, p.370

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la Belgique
  • Portail de Liège
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.