Albert Rust

Albert Rust est un footballeur puis entraîneur français, né le à Mulhouse. Il évolue au poste de gardien de but du début des années 1970 au début des années 1990.

Pour les articles homonymes, voir Rust.

Albert Rust

Albert Rust en 1978 au FC Sochaux.
Biographie
Nationalité Français
Naissance
Lieu Mulhouse
Taille 1,82 m (6 0)
Période pro. 1972-1991
Poste Gardien de but puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
1967-1972 ASCA Wittelsheim
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1972-1987 FC Sochaux 454 (0)
1987-1990 Montpellier HSC 129 (0)
1990-1991 AS Monaco 000 (0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1976 France A' 001 (0)
1983-1984 France Olympique 012 (0)
1986 France 001 (0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1991-1992 Entente Castelnau Le Crès
1995-1999 Chamois niortais FC
2000-2001 Clermont Foot
2002 Stade tunisien
2002-2003 FC Sète
2003-2006 Stade brestois
2006-2007 US Créteil-Lusitanos
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Il fait la majorité de sa carrière au FC Sochaux dont il est le joueur le plus capé de l'histoire avec 455 matchs disputés. Il joue ensuite au Montpellier HSC avec qui il remporte la Coupe de France en 1990.

En sélection nationale, il remporte avec l'équipe de france olympique les Jeux olympiques de 1984. Il compte une sélection en équipe de France avec laquelle il gagne le Championnat d'Europe 1984, et termine troisième de la Coupe du monde 1986.

Reconverti entraîneur, il dirige notamment les Chamois niortais FC et le Stade brestois.

Biographie

Joueur

Formé au club local de Wittelsheim, Rust évolue comme défenseur à ses débuts avant d'opter pour le poste de gardien. Il rejoint à 19 ans le FC Sochaux, club renommé pour son centre de formation, et atteint assez rapidement l'équipe première, y démontrant un style peu spectaculaire mais sûr et très constant. Il prend rapidement le dessus sur le gardien titulaire Eugène Battmann et devient titulaire à partir de la saison 1975-1976. Ses bonnes performances lui valent d'être appelé par Henri Guérin en équipe de France A' le face au Luxembourg[1].

Dès la saison suivante, il connaît une difficile concurrence avec un autre gardien prometteur, Joël Bats. L'entraîneur Paul Barret opte pour une solution originale et fait alterner ses gardiens à chaque match afin de dégager une hiérarchie. La situation se dénoue avec le départ de Bats pour Auxerre en 1979. Plus tard, Rust et Bats confieront tous deux que cette alternance aura été le moment le plus pénible de leur carrière professionnelle.

Avec la « génération dorée » du FC Sochaux de 1979 à 1983, Rust connaîtra ses plus belles heures en club. Autour des Bernard Genghini, Yannick Stopyra, Philippe Anziani et autres Abdel Djaadaoui, l'équipe pratique un beau football axé sur l'offensive et réalise un parcours mémorable en Coupe UEFA 1980-1981, atteignant les demi-finales après notamment une victoire épique au troisième tour retour (2-0, aller 2-4) contre l'Eintracht Francfort, sous la neige, grâce à un Patrick Revelli déchaîné. La même année ces joueurs jouent également la finale de la Coupe des Alpes, perdue face au FC Bâle.

Ses bons résultats en club ne suffisent cependant pas à Rust pour atteindre l'équipe de France, dont il manque la formidable épopée de 1982. Profitant du changement de règlement du tournoi olympique de football qui s'ouvre alors aux professionnels de tout âge comptant moins de cinq sélections A, Rust s'installe dans la cage tricolore pour la qualification aux Jeux de 1984 à Los Angeles, aux côtés des François Brisson, Daniel Xuereb, et autres Dominique Bijotat. La belle aventure se terminera l'or au cou sur la plus haute marche du podium, au Rose Bowl de Pasadena, après une indiscutable victoire en finale contre le Brésil (2-0).

La qualification olympique ayant mis Rust en évidence, il se voit appelé dans la liste des 20 pour l'Euro 1984, peu avant les Jeux. Il y est le remplaçant de Joël Bats, et vit du banc la conquête par les Bleus de leur premier grand titre. Rust s'impose ensuite comme le numéro deux national derrière son ancien rival en club et se voit tout naturellement retenu pour la Coupe du monde 1986 au Mexique. Il y connaîtra sa seule sélection A en disputant la « petite finale » contre la Belgique, remportée 4-2 après prolongation.

En 1987, il quitte son club de toujours pour tenter un nouveau challenge en signant pour le promu Montpellier. Il gagne avec ce club la Coupe de France en 1990.

Il raccroche finalement les crampons à trente-huit ans après une « pige » d'un an à Monaco. Il a joué plus de 500 matchs de première division.

Entraîneur

Rust enchaîne immédiatement sur une carrière d'entraîneur qui le voit passer par la Ligue 2, l'international en tant qu'adjoint d'Henri Michel (en Arabie saoudite, et Tunisie), puis le National et de nouveau la Ligue 2 avec le Stade brestois durant trois saisons: il conduit le club du National à la D2.

En , il prend en main l'équipe de Créteil, en Ligue 2, mais s'en voit écarté le suivant après un médiocre début de saison 2006-07 et remplacé par Artur Jorge.

Annoncé comme le nouvel entraîneur de l'US Le Pontet en [2], il renonce finalement et rejoint l'AS Saint-Étienne comme responsable des gardiens pour la saison 2010-2011[3]. Pour des raisons extra-sportives, Albert Rust est démis de ses fonctions en tant qu'entraîneur des gardiens en , alors que son contrat avait été prolongé pour deux ans en [4].

En il rejoint la FFF dans le staff de Philippe Bergeroo comme entraineur des gardiennes de l'équipe de France.

Palmarès

En club

En Équipe de France

Statistiques

Statistiques

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel d'Albert Rust durant sa carrière de joueur professionnel[5],[6].

Statistiques d'Albert Rust [7]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s)Compétition(s)
continentale(s)
Barrages d'accessionSélectionTotal
Division MB MBCMBMBÉquipeMBMB
1972-1973 FC Sochaux Division 1 1 0 - --------- 10
1973-1974 FC Sochaux Division 1 9 0 4 0-------- 130
1974-1975 FC Sochaux Division 1 14 0 3 0-------- 170
1975-1976 FC Sochaux Division 1 38 0 5 0-------- 430
1976-1977 FC Sochaux Division 1 22 0 7 0-------- 290
1977-1978 FC Sochaux Division 1 22 0 5 0-------- 270
1978-1979 FC Sochaux Division 1 17 0 1 0-------- 180
1979-1980 FC Sochaux Division 1 25 0 7 0-------- 320
1980-1981 FC Sochaux Division 1 38 0 3 0C3100----- 510
1981-1982 FC Sochaux Division 1 38 0 1 0-------- 390
1982-1983 FC Sochaux Division 1 34 0 1 0C320-- France olympique20 390
1983-1984 FC Sochaux Division 1 37 0 7 0----- France olympique80 520
1984-1985 FC Sochaux Division 1 38 0 7 0-------- 450
1985-1986 FC Sochaux Division 1 26 0 - ------ France10 270
1986-1987 FC Sochaux Division 1 31 0 1 0---20--- 340
Sous-total 3900500-12020-110 4650
1987-1988 Montpellier PSC Division 1 38 0 5 0-------- 430
1988-1989 Montpellier PSC Division 1 38 0 3 0C320----- 430
1989-1990 Montpellier HSC Division 1 37 0 6 0-------- 430
Sous-total 1130140-20----- 1290
Total sur la carrière 5030640-14020-110 5940

Notes et références

  1. « Luxembourg 0-2 France B », sur selectiona.free.fr (consulté le 21 juillet 2011)
  2. « Le Pontet : Albert Rust, nouvel entraineur », sur www.foot-national.com, (consulté le 4 avril 2016)
  3. « Le Pontet : Albert Rust fait faux bond », sur www.foot-national.com, (consulté le 4 avril 2016)
  4. « Rust mis à pied », sur lequipe.fr, L'Equipe.fr, (consulté le 4 septembre 2012)
  5. « Fiche d’Albert Rust », sur FFF.fr
  6. « Albert Rust - Fiche de stats du joueur de football », sur pari-et-gagne.com (consulté le 4 octobre 2012)
  7. « Fiche d’Albert Rust », sur footballdatabase.eu

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de la France
  • Portail de l’Alsace
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.