Albin Lermusiaux

Albin Lermusiaux, né le 9 août 1874[1] à Noisy-le-Sec et mort en 1940, est un athlète français qui participe au marathon des Jeux olympiques de 1896. Il obtint une médaille de bronze sur l'épreuve du 1 500 mètres.

Albin Lermusiaux

Albin Lermusiaux en 1921
Informations
Disciplines 800 m, 1 500 m, Marathon, Tir sportif
Période d'activité 1894-1896
Nationalité  Français
Naissance
Lieu Noisy-le-Sec (France)
Décès 1940
Club Racing Club de France
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 1
Championnats de France 3 1 0
Albin Lermusiaux en 1896.

Biographie

En 1895, il intègre les rangs du Racing Club de France et devient champion de France de cross-country, puis recordman du monde sur 1 500 mètres en 4 min 10 s 4 en 1896.

Lors des Jeux olympiques de 1896, Lermusiaux gagne sa série de l'épreuve du 800 mètres avec un temps de 2 min 16 s 6. Il est qualifié pour la finale qu'il ne dispute pas. Sur le 1 500 mètres, qui n'a pas de série, il mène la majeure partie de la course. Dans la ligne droite finale, il est dépassé par Teddy Flack et Arthur Blake et termine troisième en 4 min 37 s. Sur l'épreuve du marathon, il prend la tête et impose un train soutenu. Il se détache et mène durant 32 kilomètres. Alors qu'il a trois kilomètres d'avance sur son poursuivant Spyrídon Loúis, il décide d'abandonner, terrassé par la chaleur et des crampes à l'estomac[2].

Toujours aux Jeux, il dispute l'épreuve de la carabine d'ordonnance à 200 mètres. Sa place et son score ne sont pas connus car il ne termine pas dans les treize premiers des quarante-deux participants.

Exerçant le métier de placier en broderie[3], il est nommé en 1922 délégué général du bureau de la Fédération française d'athlétisme. En 1925, il occupe le poste de délégué à la presse puis, l'année suivante, de secrétaire général de l'Union des sociétés de tir de France, poste qu'occupait son père à la fin du XIXe siècle en tant que président de la société de tir de Clichy.

Palmarès

En France

Jeux olympiques

Références

Filmographie

  • Sous le nom d'Albin Lermuzaux, Denis Charvet reprend son rôle, en tant que marathonien des JO de 1896, dans Les Anneaux de la gloire, de Jean-Luc Miesch, en 1996.

Bibliographie

  • (en) Michael Llewellyn Smith, Olympics in Athens. 1896, Londres, Profile Books, (ISBN 1-86197-342-X)
  • (en) James P. Verinis, « Spiridon Loues, the Modern Foustanéla, and the Symbolic Power of Pallikariá at the 1896 Olympic Games », Journal of Modern Greek Studies, vol. 23, no 1, , p. 139-175

Notes et références

  1. (en) « Albin Lermusiaux », sur sports-reference.com
  2. Le Petit Journal, 24 février 1902, p. 2
  3. Le Miroir des sports, 27 octobre 1905, p. 892.
  4. Le Petit Parisien, 3 mars 1928, p. 4. (Bois de Saint-Cloud)
  5. Fédération française d'athlétisme, « Notre Délégué général », L'Athlétisme : bulletin officiel de la Fédération française d'athlétisme, , p. 4 disponible sur Gallica.
  6. La Vie au grand air, 15 novembre 1898, p. 193.

Liens externes

  • Portail de l’athlétisme
  • Portail du tir
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.