Albion

Albion (du grec ancien Ἀλϐίων / Albíon) est l'ancien nom de la Grande-Bretagne[1]. Albion est le dieu tutélaire original de la Grande-Bretagne[citation nécessaire]. C'est un Géant, fils de Poséidon et frère d'Atlas. Il a aidé Atlas et Iberius (dieu de l'Irlande) à barrer à Hercule l'accès à l'Occident[2].

Pour les articles homonymes, voir Albion (homonymie).
Restitution de la carte d'Hipparque (carte vers 150 av. J.C.). Mention d'Albion ou Bretagne

Histoire

En 730, Bède le Vénérable ouvre ainsi son Histoire ecclésiastique du peuple anglais : « La Bretagne est une île de l'Océan qui autrefois se nommait Albion[3] ».

Le récit des Grands Géants[4], du XIIIe siècle, en ancien français, raconte un épisode supposé se dérouler 3 970 ans après la création du monde, en l'an 1136 avant la naissance du Christ : Albine, l'aînée des trente filles du roi de Grèce, condamnée à s'exiler, arrive sur une île déserte et inconnue, qu'elle appelle Albion. Brutus ou Brut est censé intervenir deux cent soixante ans plus tard, comme le dit la chronique. Ce récit appartient à la légende des origines des peuples et souverains de l'ile de Bretagne, dont le texte le plus important reste le Roman de Brut (1150-1155, de Wace).

Signification actuelle

Aujourd'hui, Albion est devenu le nom alternatif à connotation poétique de la Grande-Bretagne ou de l'Angleterre. C'est une hellénisation renaissante du nom antique de la Grande-Bretagne, Alba. Ce nom d'Alba désigne toujours (en Irlande, en Bretagne, en Galles) le tiers nord de l'île (c'est-à-dire l'Écosse), et sa signification, en passant à la forme « Albion », a été étendue à l'ensemble de l'île.

Article connexe

Notes et références

  1. Albion, sur le site larousse.fr, consulté le 20 décembre 2014
  2. Alain Rey, entrée « Albion », dans la collection Les usuels, Édition Le Robert, 2002
  3. Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, livre I, chapitre 1. Le nom est emprunté à l'écrivain romain Pline l'Ancien.
  4. Anonyme, adaptation : Danielle Régnier-Bohler, préface : Claude Gaignebet, Le cœur mangé – Récits érotiques et courtois, XIIe et XIIIe siècles, Stock plus, 1979, Paris, Stock plus, , "Des grands géants", p. 281 à 295
  • Portail de l’histoire
  • Portail du Royaume-Uni
  • Portail du Moyen Âge
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.