Alex Curling

Alex Curling (né à San José le et mort le ) est un avocat et homme politique d'origine afro-caribéenne. Il est la première personne noire à être élue député de l'Assemblée législative du Costa Rica, dans la période 1953-1958, Curling est connu pour sa défense des Droits de l'Homme et des émigrants. La Loi 1902 de 1955 fut sa principale création, connue comme "Loi Curling", elle permit la naturalisation des étrangers résidents dans le pays.

Pour les articles homonymes, voir Curling (homonymie).
Alex Curling
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Costa Rica
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Il fut déclaré Citoyen d'Honneur de la Patrie en 2002.

Biographie

Curling était descendant d'émigrants jamaïcains.  Orphelin de père dès l'âge de neuf ans, sa mère Maud Curling l'éleva grâce à son commerce de restauration[1].  Il obtint son diplôme du Lycée du Costa Rica, ainsi que de l'École de Droit de l'Université du Costa Rica[2]. Il exerça le métier d'agent fiscal à Limón, Santa Cruz et Golfito, ainsi que consultant de la Coopérative des Producteurs de Cacao (COOPROCAL) et dirigeant du mouvement des scouts de la province de Limón[2].

Il se maria avec Nelly Rodríguez Okalegan.  Ami personnel de José Figueres Ferrer[1], il lui traduisait ses discours de l'espagnol à l'anglais[1].

Activiste des droits des travailleurs et de la minorité noire, il s'opposa à l'United Fruit Company et influença l'Assemblée nationale Constituante de 1949 pour interdire les recrutements discriminatoires. Avant l'entrée en vigueur de la Constitution Politique de 1949, les noirs costariciens n'avaient pas le droit de vote ou d'être élus en des postes d'élection populaire.  Après le promulgation de la nouvelle Constitution qui leur attribuait la citoyenneté pleine, Curling a été chef d'action politique du Parti Libération Nationale (fondé par José Figueres Ferrer) à Limón et Siquirres.  Grâce à cela, il fut élu député suppléant en 1953[3],[1].  Il substitua activement William Reuben Aguilera[2] ce qui lui permit de promouvoir la "Loi Curling" pour étendre la nationalité costaricienne aux étrangers résidents dans le pays, ainsi que les autres minorités ethniques[2].

Voir aussi

  • Harold Nichols, premier candidat noir à un poste d'élection populaire au Costa Rica.
  • (es) Afrocostarricenses

Références

  1. Ross, Marjorie Soldado de la igualdad Revista Dominical, La Nación.
  2. Unicef Afrodescendientes de valía Limón, 2010
  3. Molina, Iván Afrocostarricense y comunista; Harold Nichols y su actividad política en Costa Rica Revista de Estudios Latinoamericanos, núm. 46, 2008, pp. 141-168 Centro de Investigaciones sobre América Latina y el Caribe.
  • Portail du Costa Rica
  • Portail de la politique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.