Alexander Bek

Alexander Alfredovitch Bek (russe Алекса́ндр Альфре́дович Бек, né le à Saratov et mort le à Moscou, est un écrivain soviétique. Son œuvre la plus connue est La Chaussée de Volokolamsk, une nouvelle parue pour la première fois en 1943 dans la revue Znamia[1].

Pour les articles homonymes, voir Bek.
Alexander Bek
Nom de naissance Алекса́ндр Альфре́дович Бек
Naissance
Saratov, Empire russe
Décès
Moscou, Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture russe
Mouvement réalisme socialiste
Genres
nouvelle, récit, roman

Œuvres principales

La Chaussée de Volokolamsk (1943)

Biographie

Né dans la famille d'un médecin miliaire Alexander Bek passe son enfance à Saratov où il fait ses études secondaires.

À l'âge de seize ans s'engage dans l'Armée rouge. Lors de la Guerre civile russe il sert près d'Oural sur le Front de l'Est. Là il écrit les articles pour le journal de son unité. Il devient ensuite rédacteur en chef de la revue Krasnoe Tchernomorie (Красное Черноморье). Ses articles sont aussi publiés dans Komsomolskaïa Pravda et Izvestia.

À partir de 1931, Alexander Bek a collaboré à la collection Cabinet de Mémoires (Кабинет мемуаров) créée à l'initiative de Maxime Gorki aux éditions "Histoire des Fariques et Usines" et "Peuples de deux Plans quinquennaux".

Sa première nouvelle Kourako narrant les exploits de Mikhaïl Kourako, un ingénieur-autodidacte, innovateur de haut fourneau, écrite sous l'impression des son voyage à Kouznetsk est publiée en 1935.

Lors de la Seconde Guerre mondiale il est correspondant de guerre attaché à la 8e division de fusiliers. Il participe entre autres à des opérations militaires près de Viazma et finit son parcours militaire à Berlin. Il écrit La Chaussée de Volokolamsk en 1943 consacrée aux faits militaire de Baourjan Momych-Ouli lors de la Bataille de Moscou, qui connaitre près d'une trentaine d'éditions. La suite de cette histoire en deux parties - Quelques jours (Несколько дней) et Réserve du général Panfilov (Резерв генерала Панфилова) sera publié en 1960.

Plusieurs de ses œuvres sont consacrées aux héros du travail soviétique. Son roman Un autre jour (На другой день) qu'il n'a pas terminé, une biographie romancée du jeune Joseph Staline 1967-1970 sera publié en 1989, dans la revue littéraire Droujba narodov (ru) (№ 8, 9) à l'époque de la perestroïka.

Membre de l'Union des écrivains soviétiques.

Mort à Moscou, Alexander Bek est enterré au cimetière Golovinskoïe.

Œuvres

Bibliographie

Notes et références

  1. Brandon Schechter. The Language of the Sword: Alexksandr Bek, The Writers Union and Baurdzhan Momysh-uly in Battle for the Memory of Volokolamskoe Shosse. Institute of Slavic, East European, and Eurasian Studies, University of California, Berkeley (August 1, 2009). pp. 4–5, 27, etc.

Liens externes

  • Portail de l’URSS
  • Portail de la littérature
  • Portail du XXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.