Alexander Deuchar

Alexander Deuchar (1777 - 1844) est un graveur de sceau et d'estampes britannique ayant relancé la tradition templière en Écosse au début du XIXe siècle dans le but d'établir une nouvelle forme de chevalerie.

Alexander Deuchar
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Autres informations
Arme
Conflit

Biographie

Ordre chevaleresque symbolique

Alexander Deuchar est établi comme graveur de sceau à Édimbourg, où il change fréquemment d'adresse[1].

La famille Deuchar est originairement jacobitiste mais s'est convertie à la cause hanovrienne avant 1745, quand un éminent jacobitiste, Lyon of Easter Ogil, dérobe la grande épée de Deuchar, laquelle sera retrouvée après la bataille de Culloden (1746) : en possession d'Alexander, il relance la tradition des templiers écossais (en). Le nouvel ordre commence formellement en 1805, quand une charte est émise par le Early Grand Encampment of Ireland (auparavant la High Knight Templars of Ireland Lodge), sous le titre d'Edinburgh Encampment No. 31[2]. Il devient la Grand Assembly of Knights Templar in Edinburgh. Son frère David, qui a servi dans le 1er régiment à pied des Royal Scots, rejoint l'organisation d'Alexander avec d'autres officiers de son régiment.

En 1809, Alexander Deuchar et le major Mueller du même régiment sollicitent l'autorité du Duc de Kent, futur grand maître de la Grande Loge des anciens pour obtenir la charte reconnaissant un nouveau grand conclave qui crée un schisme avec le suprême grand conclave d’Écosse. Celle-ci est obtenue le , pour le « Grand Conclave of Knights of the Holy Temple and Sepulcher, and of St. John of Jerusalem, H.R.D.M. + K.D.S.H. », et Deuchar en devient le grand maître[2],[3],[4].

David Deuchar a servi lors de la guerre d'indépendance espagnole (1808-1814) avec les Royal Scots (The Royal Regiment), et lors de la campagne du Portugal, il a emmené la croix de l'autel de l'église templière du château de Tomar qui a été détruit par les Français, et l'a présentée à l'inauguration du Conclave.

Alexander Deuchar a été assez controversé, ayant ouvert le Conclave aux non-francs-maçons et émis des chartes à des Encampments qui n'étaient pas francs-maçons.[réf. souhaitée]

Après lui avoir donné des leçons de dessin, Deuchar a beaucoup encouragé Henry Raeburn à devenir un artiste[5].

Carrière artistique

Il est connu pour avoir réalisé plusieurs copies des gravures de Rembrandt[6]. Il a ainsi publié Collection of etchings after the most eminent masters of the Dutch and Flemish schools (Édimbourg, 1803), dans lesquelles apparaissent 361 eaux-fortes qu'il a réalisées entre 1783 et 1802[5]. Dans beaucoup de ces estampes, Deuchar montre « une maîtrise de la qualité de la ligne mordue » et « a eu une influence sur les eaux-fortes à venir de Wilkie et Geddes »[5],[7].

Il a publié plusieurs autres ouvrages dont[1]:

  • British Crests, Édimbourg, 1817
  • A Genealogy of the family of Hay of Leys, n. d.
  • Concise view of the present state of the succession of the heirs of William First Earl of Stirling, Édimbourg, 1839

Deux ouvrages de Deuchar sont publiés de façon posthume[1]:

  • A Catalogue of the books and mauscripts of the late Alexander Deuchar, Édimbourg, 1845
  • A Catalogue of the extensive heraldic library of Alexander Deuchar, Édimbourg, 1846

Tous ces ouvrages sont conservés dans la bibliothèque nationale d'Écosse[1].

Notes et références

  1. (en) « Scottish Book Trade Index, vol. 12 : « Crowder, Stanley - Deuchar, David » », sur Bibliothèque nationale d'Écosse (consulté le 14 août 2017).
  2. (en) « The Order in Scotland », sur greatprioryofscotland.co.uk (consulté le 14 août 2017).
  3. « In 1811-1812, Alexander Deuchar, Eminent Commander of Edinburgh Encampment, No 31, under the Early Grand Constitution, established what is termed a schismatic body with the style and title of the Supreme Grand Conclave of Scotland. He is said to have assumed the Office of Grand Master for life, notwithstanding the displeasure of his associates. The Conclave appears to have been moribund in 1830. In 1836 it was remodelled, vacating its Masonic position and admitting non-Masons to membership, including the Bishop of Aberdeen and the Duke of Leeds. » dans Arthur Edward Waite, New Encyclopedia of Freemasonry, 1921, p. 231-232 (ISBN 0-7661-2973-X).
  4. « DEUCHAR CHARTERS.-So called from Alexander Deuchar, an engraver, who was the principal mover in the establishment of the Grand Conclave of Knight Templar in Scotland, and its first Grand Master in the early part of this century. Deuchar seems to have become acquainted with Knights Templarism, in consequence of communications he had with Fratres serving in the Shropshire Militia, who had been dubbed under a warrant emanating from Dublin. This corps was quartered in Edinburgh in 1798 ; and from the Fratres of this corps it is most probable that the first Grand Assembly of Knights Templar was opened in Edinburgh ; this, however gave place to the Grand Assembly of High Knights Templar, working Under a charter No 31 from the Early Grand Encampment of Ireland, of which Deuchar was Grand Master. But these Deuchar Charters were clearly extra-Masonic, as they authorised Encampments to install Knights Templar and Knights of St John of Jerusalem, on the one condition that that such Encampments should not hold any communion or intercourse with any Chapter or Encampment, or body assuming that name, holding meetings of Knights Templar, under a Master Mason's Charter This body, however, lost its authority, in consequence of having nothing over which to exercise it, about 1837. » dans Kenneth R H MacKenzie, The Royal Masonic Cyclopaedia, 1877, p. 156. rééd. 1997, Kessinger Publishing (ISBN 1-56459-420-3).
  5. (en) « Important acquisitions - Collection of etchings after the most eminent masters of the Dutch and Flemish schools », sur bibliothèque nationale d'Écosse (consulté le 14 août 2017).
  6. Lucien Monod, Aide-mémoire de l'amateur et du professionnel : le prix des estampes, anciennes et modernes, prix atteints dans les ventes - suites et états, biographies et bibliographies, Volumes 5 à 6, A. Morancé, (lire en ligne).
  7. Cursiter 1908.

Annexes

Bibliographie

  • (en) Stanley Cursiter, Caw, James L. Scottish painting past and present, Édimbourg,
  • (en) Scottish art to the close of the nineteenth century, Londres, 1949

Liens externes

  • Portail de la franc-maçonnerie
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail de la sculpture
  • Portail de l’Écosse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.