Alfred Choubrac

Alfred Victor Choubrac, né le à La Chapelle et mort dans le 18e arrondissement de Paris le [1], est un peintre, dessinateur, affichiste et illustrateur français.

Pour les articles homonymes, voir Choubrac.
Alfred Choubrac
Alfred Choubrac vers 1896.
Naissance
Décès
(à 48 ans)
Paris 18e
Nom de naissance
Alfred Victor Choubrac
Nationalité
Activités
Fratrie

Biographie

Cycles Decauville (1892), affiche signée Alfred Choubrac.

Avec son frère aîné Léon Choubrac — qui signera plus tard ses propres travaux « Hope » —, Alfred suit une formation d'artiste auprès des peintres Charles Doërr (1815-1894) et Isidore Pils. Les « frères Choubrac » viennent très tôt à l'affiche, pratiquant dès 1875 le traitement moderne des couleurs et de la typographie, associées à des images grâce à la chromolithographie. Ils travaillent alors principalement avec l'imprimerie F. Appel. Plus tard, Léon et Alfred créèrent les Ateliers Choubrac, un temps hébergés par l'imprimerie G. Massias, 17 passage Daudin, l'une des premières agences de graphisme parisienne, opérant eux-mêmes leurs tirages sur presse lithographique.

Alfred Choubrac s'est spécialisé dans les affiches de spectacles de la scène parisienne, pour des lieux tels que : le Théâtre des variétés, le Théâtre du Châtelet, les Folies Bergère, l'Opéra comique, Au joyeux moulin rouge, le Casino de Paris, l'Eldorado, le Cirque Fernando... Il en produisit plus d'une centaine, ce qui le place parmi les plus importants de son époque.

Pour le théâtre, il dessina de nombreux costumes de scènes.

Il exécuta un certain nombre d'affiches de librairie afin de promouvoir des ouvrages en vogue ou des collections populaires.

Il produisit aussi des affiches pour des marques telles que le digestif La Moscovite, les cycles Humber, le pneu Beeston, l'Eau d'or Naigeon, les Corsets Baleinine incassables, la Mokatine, les cycles Decauville, la liqueur Burgeatine, l'hippodrome de Saint-Ponchon...

Dessinateur de presse, il collabore parfois avec son frère Léon à Gil Blas ou Le Courrier français, entre autres.

Vers 1895, il possède un atelier à Colombes situé au 17 rue de la Reine-Henriette.

Quelques illustrations d'ouvrages

Conservation

Liens externes

Références

  • Portail des arts
  • Portail des arts du spectacle
  • Portail de l’Art nouveau
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.