Allocation temporaire d'attente

L'allocation temporaire d'attente (ATA) est un minimum social français versé par Pôle emploi[1] ayant pour cible principale les demandeurs d'asile et certaines catégories d'individus en réinsertion. La spécificité de cette allocation étant de se focaliser sur des personnes en transition : réintégration au sein de la société pour les expatriés et les anciens détenus, attente d'un statut protecteur pour les étrangers.

Pour les articles homonymes, voir ATA.

En tant que minimum social, l'ATA a pour double objectif de fournir un soutien pécuniaire aux personnes disposant de revenus faibles voire inexistants, tout en favorisant l'insertion ou le retour à l'emploi.

Depuis le , l'ATA remplace l'allocation d'insertion (AI) dans le cadre des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Conditions d'attribution

Bénéficiaires

Le bénéficiaire de l'ATA doit faire partie de l'une de ces catégories[2] :


Le nombre de bénéficiaires de l'ATA était de 35 700 en 2009, puis de 44 500 en 2010, soit une augmentation de 24,6 %[4]. Celle-ci est à relativiser par rapport au faible nombre de bénéficiaires ces dernières années, l'année 2010 reste ainsi inférieure aux 48 100 bénéficiaires de l'année 2004[4].

Ressources

Le demandeur doit justifier de ressources mensuelles inférieures ou égales au revenu de solidarité active (RSA)[5], dont le système de calcul est utilisé pour la définition du plafond de ressources. Les ressources du conjoint sont prises en compte[6], exception faite des prestations familiales et des allocations d'assurance et de solidarité[7]. Un contrôle des ressources est effectué tous les 6 mois à partir du premier versement de l'ATA[8].

Caractéristiques de l'allocation

Montant

Pour l'année 2012, l'ATA est de 11,01  par jour, soit 330,30  pour un mois de 30 jours[9]. L'allocation est soumise à l'impôt sur le revenu, mais pas à la CRDS, ni à la CSG.

Pour l'année 2013, l'allocation est revalorisée à 11,17  par jour, soit 335,10  pour un mois de 30 jours[10]. L'enveloppe prévue par le projet de loi de finances 2013 se monte à 140 millions d'euros dont 5,5 millions de frais de gestion alloués à Pôle emploi[10], les dotations des années précédentes s'étant avérées systématiquement inférieures aux dépenses réelles[11].

En 2016, le montant journalier est de 11,46 €, soit 343,80 € pour un mois de 30 jours[12]. À noter que l'ATA est incessible et insaisissable[13].

Durée

Pour les demandeurs d'asile et les bénéficiaires de la protection temporaire, l'allocation est versée tant que la situation du bénéficiaire n'a pas évolué[14]. Pour les autres catégories, elle ne peut être versée que durant 12 mois maximum[15].

L'ATA ne peut être obtenue qu'une fois par personne[16], sauf dans le cas d'appartenance à une autre catégorie : un demandeur d'asile peut la demander à nouveau en tant qu'apatride. Les demandeurs d'asile en réexamen peuvent également être à nouveau admis au bénéfice de l'ATA[17].

Fin

L'ATA pour demandeur d'asile et l'AMS (allocation mensuelle de subsistance) sont remplacées, au , par l'ADA, l'allocation pour demandeur d'asile[18], gérée par l'Office français de l'immigration et de l'intégration. À compter du , il ne sera plus possible de faire une demande d'ATA. Seules les personnes en bénéficiant avant cette date pourront continuer de percevoir l'allocation. En revanche d'autres aides comme le RSA pourront être réclamées[19].

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des politiques sociales
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.