Alost

Alost (en néerlandais Aalst ; en dialecte local : Oilsjt) est une ville dans le Denderstreek située en Région flamande, chef-lieu d'arrondissement en province de Flandre-Orientale sur la Dendre et sur le Molenbeek-Ter Erpenbeek. Elle se trouve à mi-chemin entre Bruxelles et Gand (dans la zone la plus densément peuplée de Belgique), et est le centre d'une conurbation (avec les communes de Erpe-Mere, Haaltert, Lede et Denderleeuw) comptant environ 130 000 habitants.

Alost
(nl) Aalst

Le beffroi et ses environs

Héraldique

Drapeau
Administration
Pays Belgique
Région  Région flamande
Communauté  Communauté flamande
Province  Province de Flandre-Orientale
Arrondissement Alost
Bourgmestre Christoph D'Haese
(N-VA) (2012-24)
Majorité N-VA, OpenVLD, CD&V (2019-24)
Sièges
N-VA
Vlaams Belang
CD&V
OpenVLD
Groen
sp.a
Lijst A
43 (2019-24)
16
8
6
4
4
3
2
Section Code postal
Alost
Gijzegem
Hofstade
Baardegem
Herdersem
Meldert
Moorsel
Erembodegem
Nieuwerkerken
9300
9308
9308
9310
9310
9310
9310
9320
9320
Code INS 41002
Zone téléphonique 053
Démographie
Gentilé Alostois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
85 715 ()
49,21 %
50,79 %
1 097 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
17,99 %
63,06 %
18,95 %
Étrangers 3,42 % ()
Taux de chômage 7,92 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 184 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 56′ nord, 4° 02′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
78,12 km2 (2005)
54,97 %
6,24 %
37,18 %
1,60 %
Localisation

Situation de la ville au sein de l'arrondissement d'Alost et de la province de Flandre-Orientale
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Alost
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Alost
Liens
Site officiel aalst.be

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Alost
    Termonde - Lebbeke
    Erpe-Mere - Lede Opwijk
    Haaltert Affligem - Denderleeuw Asse

    Toponymie

    Alost (866), Alosta (868), Alst (1088), Alost (1096), Alst (1144)[1]

    Histoire

    Ancienne capitale de la Flandre impériale. La ville fut prise et démantelée par Turenne en 1667[2].

    Les comptes-rendus médiévaux de la ville d'Alost sont de vrai trésors pour la généalogie. Les habitants les plus riches payaient leur contributions ou recevaient une dîmes plusieurs fois par ans. Ils étaient ainsi mentionnés, parfois avec des informations complémentaires comme le prénom de leur père, deux noms, une fonction ou une profession.

    Au 14eme siècle, Alost était une petite ville, mais stratégiquement importante. Elle comptait à cette époque, sous les ducs de Bourgogne (également Comtes de Flandre), environ 3600 habitants. Elle se situait à la limite du duché de Brabant (dans lequel elle fut fondée) et du comté de Flandre (auquel elle fut rattachée en 1301).

    La Flandre avait déjà une organisation officielle bien établie à cette époque Alost était une des châtellenies (ou vicomtés) du comté. Avant son intégration au comté de Flandre, elle était elle-même un comté : le comté d'Alost (auparavant comté d'Eename). Elle était administrée par un vicomte dans un château et une cour nommé “het Steen” en néerlandais et “le Piron” en Français. Quatre à cinq vassaux étaient nommés à vie pour aider le vicomte. Les vicomtes au 15eme siècle étaient des membres de la famille Tollin, seigneurs de Popperode. Le “pays d'Alost” comprenait plus de 50 villages.

    Le vicomte, les vassaux importants (ex. le mayeur , quelques sergents) et les échevins étaient nommés directement par le comte de Flandre. Bien que son titre soit “seulement Comte”, le Comte ou la Comtesse de Flandre était dans certains cas une personne puissante. Ces Comtes étaient parents avec plusieurs Monarques Européen. Ils étaient appelés “notre seigneur et prince redouté” dans leurs térritoires. Le vicomte d'Alost faisait partie de la Flandre dépendante selon le droit féodal de l'Empereur Germanique (donc également appelée “Flandre Impériale”), le reste de la Flandre dépandait féodalement du roi de France. Cette situation rendait le comte de Flandre plus indépendant.

    Au Moyen-Âge, à Alost, il y avait beaucoup de familles nobles ayant des nom qui existent toujours dans de nombreuses famille non-noble : Tollin/Tollens, Van (H)erpe, Van Steenlant, Van Belle, De Lu/Deleu/De Leeuw, Van Lede, Van Vlaanderen ("de Flandre"), Van (H)aelst, De Pro(o)st etc.


    À propos du premier ancêtre connu, nous savons uniquement qu'il était échevin d'Alost en 1301 (écrit De Potter and Broeckaert, "Aalst" p.I-229). C'est cette année là que le comte Guido de Dampierre, Comte de Flandre, récupéra Alost du duché de Brabant.

    Les échevins étaient choisis par le Comte chaque année. Pour Alost, les noms sont conservés depuis 1289, mais seulement partiellement dans le premier siècle après cette date. Quand les noms sont conservés, nous connaissons de 2 à 5 d'entre eux chaque année (ref. 1 : Alost I). De certaines années et même décennies, aucun nom n'est conservés. (ex de 1307 à 1324). Comme à Gand, à Alost, les échevins étaient membres des familles les plus riches et les plus influentes, ce qui se retrouve dans cette famille. Toutes ces familles avaient des propriétés féodales dans les environs de la cité. Ils étaient souvent des vassaux directs du Comte de Flandre qui était considéré comme le chef d'un état “presque indépendant”. Le Comte était appelé “Notre Seigneur et Prince redouté ” dans presque tous les textes originaires de Flandre. Officiellement, la Flandre était un comté de France (à l'origine) et de Germanie (particulièrement le pays d'Alost) mais le Comte était apparenté à des Princes, des Rois et même des Empereurs, il était donc appelé Prince dans les documents écrits. Leurs palais dans plusieurs cités étaient appelés cours des Princes. Les Comtes de Flandre choisissaient souvent comme vassaux des membres de vieilles et puissantes familles, parfois même des concurrents leur pouvoir. Le vieux comté d'Alost disparaît en tant que comté au 12eme siècle quand il fût intégré à la Flandre après des opérations stratégiques militaires et matrimoniales. (ref. 13). Il ne retourna au duché de Brabant que temporairement pendant le 13eme siècle.

    Le retour d'Alost dans la Flandre en 1301 n'a pas produit un changement brutal dans les candidats aux postes d'échevins et de vassaux.

    Les familles Van den Spiegel et Van Schoubroeck avaient des échevins avant et après 1301. Même en 1301, un membre de la famille Uutensteene, probablement la même que Van den Steene (du Piron), devint échevin pour la première fois. En 1330 un premier membre de la famille Van Belle (propriétaire originel du village de Schellebelle, qui signifie Bailleul sur la rivière Escaut) devint échevin son prénom était Jan. La famille Van Belle devint sûrement parent avec la famille De Proost (avec Adam De Proost) La propriété féodale “Schoubroeck” revint entre les mains de la même personne, qui devait avoir des liens de parentés avec la famille du même nom. Aussi, les Van den Steen y étaient probablement liés.

    Ce Jan De Proost (Deprost aujourd'hui) est probablement le père (ou grand-père) de Hugo, qui devint aussi échevin et qui a beaucoup de descendants appelé Jan. Nous espérons prouver ce lien plus tard. Les liens suivants sont prouvés par de nombreuses sources.

    Démographie

    Évolution démographique

    Pour l'unité communale d'Alost

    Le graphique suivant indique la population gérée par l'administration communale d'Alost, soit la commune d'Alost avant la fusion communale puis la commune "unifiée" par les fusions établies durant les années 1970.

    Pour les différentes sections de la commune d'Alost

    Contrairement au graphique précédent, celui-ci indique la population de toutes les anciennes communes formant des sections de l'actuelle commune d'Alost soit Alost, Gijzegem, Hofstade, Baardegem, Herdersem, Meldert, Moorsel, Erembodegem et Nieuwerkerken.

    Elle comptait, au , 87 347 habitants (42 909 hommes et 44 438 femmes), soit une densité de 1 118,11 habitants/km²[3] pour une superficie de 78,12 km².

    • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[4]

    Héraldique

    La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées en 1819 et confirmées le 6 février 1841. Les armoiries actuelles de la ville sont dérivées d'armes plus anciennes. Les sceaux de la ville des XIIIe et XIVe siècles étaient composés d'un chevalier portant une épée dans une main et la bannière du comté de Flandre dans l'autre. La première représentation des armes actuelles date de 1557. L'épée rappelle le chevalier, les deux écussons rappellent qu'Alost appartient à la fois au Comté de Flandre et au Saint-Empire. Ces armes furent officiellement accordées en 1819 et confirmées en 1841. Elles sont très proches de celles du Pays d'Alost reproduites dans le Tome II de l'Armorial du Bibliophile.
    Blasonnement : D’argent, à l’épée de gueules en pal, la pointe en haut, accompagné en chef dextre d’un écusson de l’Empire et en chef senestre d’un écusson de Flandre qui sont : 1 d’or, à l’aigle bicéphale de sable, languée, becquée et membrée de gueules. 2 : d’or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
    Source du blasonnement : Heraldy of the World[5].

    Monuments

    Carnaval d’Alost

    Carnaval d’Alost en 2007

    Le carnaval d'Alost se déroule chaque année durant trois jours à compter du dimanche qui précède le carême. Il a été inscrit par l'UNESCO en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[6]. Mais le 14 décembre 2019, cette institution, réunie à Bogota, supprimera le carnaval de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité après avoir constaté dans le défilé, la présence d'un char aux relents délibérément antisémites. C'est la première fois que l'Unesco procède à un retrait de la liste du patrimoine culturel immatériel.

    Économie

    Sport

    Basket-ball

    La ville d'Alost est réputée pour son équipe de basket-ball, le Okapi Aalstar évoluant en Ethias League, à noter que ce club compte une coupe de Belgique à son actif.

    Football

    La ville d'Alost possède un club de football évoluant en Belgacom League, le SC Eendracht Alost qui joua au total 16 fois en Jupiler Pro League.
    Autres clubs de football de la ville:

    • VJ Baardegem
    • FC Doggen Erembodegem
    • SK Erembodegem
    • KRC Gijzegem-Aalst
    • SK Herdersem
    • KSC Wilskracht Hofstade
    • TK Meldert
    • KSC De Schroevers Moorsel
    • KVC Eendracht Nieuwerkerken
    • SK Terjoden-Welle

    Volley-ball

    La ville d'Alost possède un club de volley-ball qui évoluait en 2010 en Ligue A.

    Cyclisme

    Le cycliste Dirk De Wolf, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège en 1992, et le cycliste Wilfried Wesemael, champion de Belgique ainsi que entre autres vainqueur du Tour de Suisse en 1979, sont nés à Alost.

    Chaque année à Alost se court le Critérium d'après Tour de France.

    Handball

    La ville d'Alost possède un club de handball évoluant en Promotions en homme et en Liga en dames.

    Personnalités

    Notes et références

    Annexes

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la Flandre-Orientale
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.