Alphabet international africain

L'alphabet international africain (AIA) est un alphabet fondé sur l'alphabet latin, proposé en 1927 par l'Institut international des langues et civilisations africaines de Londres sous la direction de Diedrich Westermann. Il a été créé afin de permettre la transcription des langues africaines pour des usages scientifiques et pratiques.

Pour les articles homonymes, voir AIA.

Cet alphabet utilise des lettres supplémentaires au lieu d'utiliser l'alphabet latin de base avec des diacritiques ou dans des digrammes pour représenter certains phonèmes, ce qui simplifie également l'orthographe en la régularisant sur la prononciation.

En revanche, la nasalisation des voyelles est régularisée avec le tilde diacritique (au lieu d'utiliser un digramme terminé par n ou m en orthographe française standard). D'autres digrammes ou trigrammes classiques du français ne sont pas utilisés, pas plus que les variantes orthographiques du même phonème (telles que c, ch, k, q en orthographe française standard), ni la transcription des lettres muettes (telles que le u du digramme gu, et les e et s muets des formes féminines et plurielles des noms propres et gentilés). La diérèse de deux voyelles ou le coup de glotte d'une voyelle initiale est notée par l'apostrophe (plutôt que le tréma diacritique ou un h initial en orthographe française standard). Les consonnes ont une seule prononciation (contrairement aux s, g, x en orthographe française standard). Le h transcrit est toujours aspiré (il n'y a pas de h muet).

La lettre q n'est normalement pas utilisée, mais peut apparaître parfois pour la transcription du coup de glotte dur des termes d'origine arabe. Cependant certain digrammes de consonnes sont encore utilisés pour les consonnes palatalisées (comme mb ou nd, transcrits comme mʼb ou nʼd).

Caractères

Minuscule abɓcdɖeɛəfƒgɣhxijkʼ lmnŋoɔprsʃtuvʋwyzʒ
Majuscule ABƁCDƉE ƐƏFƑGƔHXIJKʼ LMNŊOƆPRSƩTUVƲWYZƷ
Tableau des minuscules, majuscules et formes écrites de l’Orthographe pratique des langues africaines, 1930

Correspondances avec d’autres transcriptions

Minuscule abɓcdɖeɛəfƒgɣhxijkʼ lmnŋoɔprsʃtuvʋwyzʒ
ancienne transcription francophone française abbhcddhéè, êe, euffhg(u)ghhijk, q¨, h lmnngô, o, auoprschtouvvhwyzjh
ancienne transcription francophone belge abbhcddhéè, êe, euffhg(u)ghhijk, q¨, h lmnngô, o, auoprschtuvvhwyzjh

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Gold Coast, Education Department, The new script and its relation to the languages of the Gold Coast, Accra, Hertford,
  • (en) IIALC, « Memorandum on the Orthography of African Languages » (supplément), lə mɛːtrə fɔnetik [Le Maître phonétique],
  • (en) IIALC, Practical Orthography of African Languages, London, International Institute of African Languages and Cultures, , 2e éd. (lire en ligne)
  • IILCA, Orthographe pratique des langues africaines, Londres et Paris, Institut international des langues et civilisations africaines,
  • (en) Diedrich Westermann, A common script for Twi, Fante, Gã and Ewe, Accra, Government Printer,

Articles connexes


  • Portail de l’Afrique
  • Portail de l’écriture
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.