Alphabet phonétique de l'OTAN

L'alphabet phonétique de l'OTAN est le nom que l'on donne parfois à l'alphabet radio international qui a été normalisé par l'Union internationale des télécommunications. Il est utilisé notamment par l'OACI[1] et l'OTAN mais aussi par les services de secours utilisant les fréquences radio tels que les pompiers, la police, la gendarmerie, la Croix-Rouge, la protection civile, la sécurité civile, les radioamateurs, etc. Il est issu des différents alphabets radio utilisés par les forces armées des États-Unis et a remplacé les alphabets radio nationaux. Il a été généralisé par l'OTAN, d'où son nom dans le langage courant.

Historique

Mis au point par des techniciens de 31 nations à la suite d'études très approfondies et de centaines de milliers d'essais, un nouveau code avait été mis en application depuis le , dans l'aviation civile internationale qui avait fait enregistrer sur disque la prononciation correcte des mots. Lors des conférences de Genève en 1959, un accord a été réalisé pour l'emploi d'une table d'épellation officielle, valable dans les relations internationales[2],[3].

Tableau

Voici les codes et leur prononciation.

code en API intuitivement
Aalpha [ˈalphɑ]alphâ
Bbravo['brɑvo]brâvô
Ccharlie[ˈᵗʃɑli](t)chârli
Ddelta[ˈdɛltɑ]dèltâ
Eecho[ˈɛko]ékô
Ffoxtrot[ˈfɔkstrɔt]fokstrotte
Ggolf['gɔlf]golf
Hhotel[hoˈtɛl]hôtèl
Iindia[ˈɪndi.ɑ]inndïâ
Jjuliett['dʒuliɛt]djoulïèt
Kkilo[ˈkilo]kilô
Llima [ˈlimɑ]limâ
Mmike['mɑjk]maïk
Nnovember[noˈvɛmbə]nôvemmbe
Ooscar[ˈ'ɔskɑ]oscâ
Ppapa[pəˈpɑ]pepâ
Qquebec[kɛˈbɛk]kèbèk
Rromeo[ˈromi.o]rômïô
Ssierra[siˈɛrɑ]sïèrâ
Ttango[ˈtaŋɡo]tanngô
Uuniform[ˈ'junɪfɔm]younifomm
Vvictor[ˈvɪktɑ]viktâ
Wwhisky[ˈwɪski]ouiski
Xx-ray['ɛksˈrei]èksrèï
Yyankee[ˈjaŋki]yangki
Zzulu[ˈzulu]zoulou
0zero['zirəʊ]zireuw
1one['wʌn]ouann
2two['tu]tou
3three['θri]ssri
4four[f'o:]fô-r
5five['fɑjv]faïv
6six['sɪks]siks
7seven[ˈsɛvən]sèvenn
8eight['eit]eït
9nine[ˈnajn]naïn
virgulecomma['koma]koma
100hundred[ˈhʌndrəd]henndrèd
1000thousand['θaʊˈsənd]ssaouzand

Variantes

En aviation, le code « delta » est remplacé par « data », « dixie » ou « david » dans certains aéroports, dont l'Aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta, pour éviter la confusion avec l'indicatif d'appel « Delta », associé à la compagnie aérienne Delta Air Lines[4],[5].

Le code « nine » peut être remplacé par le code « niner » pour éviter la confusion avec le mot allemand « nein », qui signifie « non » et qui se prononce exactement de la même manière. Quelquefois, le code « one » peut être remplacé par « unit », ce qui signifie « unité »[6]. D'autre part, le code « five » peut être remplacé par « fife » pour éviter la confusion avec « fire » (« feu » en anglais avec un accent non rhotique ou le r final n'est pas prononcé), cela pouvant signifier un incendie.

Voir aussi

Notes et références

  1. Procédures de Radiotéléphonie aéronautique pages 24 à 32
  2. Pour les mots voir actes finals: art. 33, p. VII-48 à ,33-76 ; appendice 16, p. AP-104 ; Recommandation n° 28, p. REC-61
  3. Pour les chiffres voir actes finals: art. 33, p. VII-48 à 33-77 ; appendice 16, p. AP-104; Recommandation n° 28, p. REC 61 à 63 ; REC-34
  4. (en) Delta Air Lines, 293 p. (lire en ligne), p. 228.
  5. http://www.caa.co.uk/docs/33/CAP704.pdf
  6. « Military Alphabet - MilitarySpot.com », sur www.militaryspot.com (consulté le 14 mai 2016)

Liens externes

  • Portail de l’aéronautique
  • Portail des télécommunications
  • Portail de l’OTAN
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.