Amanite épaisse

Amanita spissa, de son nom vernaculaire, l'amanite épaisse est un champignon du genre amanita de la famille des amanitaceae. Comestible, quoique médiocre, il peut très facilement être confondu avec des amanites toxiques comme Amanita pantherina.

Amanita spissa

Description du sporophore

Hyménophore

Le chapeau d'Amanita spissa, brun terne à brun-gris, peut atteindre 15 cm de diamètre. Sa marge n'est pas striée, et il est parsemé de plaques grisâtres.

Hymenium

Les lames sont blanchâtres ou grisâtres, libres et assez peu serrées.

Stipe

Le pied qui peut mesurer jusqu'à 15cm de hauteur pour 2-3 cm de diamètre, est blanchâtre, chiné de gris, il est pourvu d'un anneau blanchâtre et la base est bulbeuse en forme d'oignon. La chair, blanchâtre a une odeur de rave comme l'amanite citrine et ne rosit pas aux blessures.

L'amanite épaisse pousse souvent en groupe en forêt, sous feuillus et sous conifères du début de l'été à la fin de l'automne.

Comestibilité

L'amanite épaisse est un comestible médiocre que l'on s'abstiendra de consommer car il y a un grand risque de confusion avec l'amanite panthère qui est toxique.

Confusions possibles

On peut confondre l'amanite épaisse avec deux autres amanites :

  • L'amanite panthère : Sur le chapeau de l'amanite panthère les flocons sont blanc pur, alors que les plaques qui parsèment le chapeau de l'amanite épaisse sont grisâtres. Le bord du chapeau est strié pour l'amanite panthère, alors qu'il ne l'est pas pour l'amanite épaisse. La base du pied est différente: bourrelet chez l'amanite panthère, pied en fuseau chez l'amanite épaisse.
  • L'amanite rougissante ou Golmotte, le chapeau a très souvent des reflets rosés, de plus la chair rosit aux blessures et à la cassure, phénomènes qui n'arrivent jamais avec l'amanite épaisse. L'amanite rougissante est un bon comestible que l'on consommera bien cuit, car elle contient des substances hémolytiques qui disparaissent à la cuisson (au moins 15 minutes).

Synonymes

  • Agaricus excelsus Fr. 1821
  • Agaricus spissus Fr. 1838
  • Agaricus validus Fr. 1838
  • Amanita ampla Pers. 1801
  • Amanita cariosa Fr. 1838
  • Amanita excelsa (Fr.) P. Kumm. 1871
  • Venenarius excelsus (Fr.) Murrill 1948

Références

Bibliographie

Quelques livres en français comportant plus de renseignements sur ce champignon:

  • Régis Courtecuisse, Bernard Duhem: Guide des champignons de France et d'Europe (Delachaux & Niestlé, 1994-2000).
  • Marcel Bon: Champignons de France et d'Europe occidentale (Flammarion, 2004)
  • Dr Ewaldt Gerhardt: Guide Vigot des champignons (Vigot, 1999) - (ISBN 2-7114-1413-2)
  • Roger Phillips: Les champignons (Solar, 1981) - (ISBN 2-263-00640-0)
  • Thomas Laessoe, Anna Del Conte: L'Encyclopédie des champignons (Bordas, 1996) - (ISBN 2-04-027177-5)
  • Peter Jordan, Steven Wheeler: Larousse saveurs - Les champignons (Larousse, 1996) - (ISBN 2-03-516003-0)
  • G. Becker, Dr L. Giacomoni, J Nicot, S. Pautot, G. Redeuihl, G. Branchu, D. Hartog, A. Herubel, H. Marxmuller, U. Millot et C. Schaeffner: Le guide des champignons (Reader's Digest, 1982) - (ISBN 2-7098-0031-4)
  • Henri Romagnesi: Petit atlas des champignons (Bordas, 1970) - (ISBN 2-04-007940-8)
  • Larousse des champignons édition 2004 sous la direction de Guy Redeuilh - (ISBN 2-03-560338-2)
  • (fr) Référence Société mycologique de France : bibliographie sur Amanita spissa
  • Portail de la mycologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.