André Barjonet

André Barjonet, né le à Taza dans le Protectorat français au Maroc et décédé le à Laval[1], est un syndicaliste français.

Biographie

Fils de Charles Barjonet, officier [note 1], il s'engage dans la résistance communiste pendant la Seconde Guerre mondiale. Il milite ensuite à la CGT. Il occupe de 1946 à 1968 le poste de secrétaire du Centre d'études économiques et sociales de la CGT, parallèlement à son activité au parti communiste.

En 1968, il s'oppose aux accords de Grenelle. Anti-stalinien, déjà ébranlé par la répression de Budapest en 1956, il quitte le PC et la CGT en mai 1968 ainsi que le Conseil économique et social[note 2]. Il publie alors La Révolution trahie. Il rejoint le PSU dont il intègre le bureau national.

Il a également été enseignant au Celsa, membre de la Commission supérieure des conventions collectives et de la Commission des comptes de la Nation.

Il se retire de la vie politique aux débuts des années 1980.

Outre ses trois fils, il a élevé Jean-Michel Quatrepoint, fils de sa femme né d'un précédent mariage[2].

Publications

  • Plus-value et salaire, Éditions sociales, 1950
  • Qu'est-ce que la paupérisation, Éditions sociales, 1961[3]
  • Qu'est-ce que l'économie politique ?, Éditions sociales, 1962
  • La Révolution trahie de 1968, John Didier, 1968
  • La CGT. Histoire, structure, doctrine, Seuil, 1968
  • Le Parti communiste français, John Didier, 1970
  • Initiation au marxisme, Éditions universitaires, 1973
  • Quand la monnaie flambe : pourquoi l'inflation ?, Alain Moreau, 1981

Notes et références

Notes

  1. Chef de corps du 106e RI de Chalons sur Marne 1914-1915
  2. Dont il était membre depuis 1959

Références

Liens externes

  • Portail du syndicalisme
  • Portail de la politique française
  • Portail de la Résistance française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.