André Boulanger

André Boulanger, né à Chéroy (Yonne) le et mort à Montgeron (Seine-et-Oise) le , est un latiniste français qui partagea son activité entre l'archéologie et le professorat.

Pour les articles homonymes, voir Boulanger (homonymie).

André Boulanger
Archéologue
Présentation
Naissance
Chéroy
Décès
Montgeron
Nationalité France

Biographie

Élève de l'École normale supérieure de 1906 à 1911, membre de l'École française d'Athènes de 1912 à 1919 (avec l'interruption de la guerre), André Boulanger fut d'abord chargé d'une mission en Tunisie (1912), à Carthage, où il s'intéressa à l'art punique, puis en Anatolie (1913), où il travailla sur plusieurs sites. En 1914, il est à Athènes lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale : il est mobilisé comme fantassin puis prend part à l'expédition des Dardanelles.

Rendu à la vie civile, il prépare sa thèse en Sorbonne[1] : Ælius Aristide et la sophistique dans la province d'Asie au IIe siècle de notre ère. Il la soutient en 1922 et c'est dans cette thèse qu'il crée le néologisme « évergétisme », repris depuis par plusieurs historiens pour désigner la générosité intéressée de certains notables de l'époque hellénistique.

André Boulanger fut professeur de langue et de littérature latines à Fribourg (1919-1923), Bordeaux (1924-1928), Strasbourg (1928-1936), puis à la Sorbonne, à partir de 1936[2].

André Boulanger s'est également intéressé à l'histoire religieuse de la Grèce antique : il est l'auteur de plusieurs ouvrages qui font toujours référence sur le sujet. Comme latiniste, son œuvre la plus notable a été la traduction de plusieurs discours de Cicéron dans la collection des universités de France, aux Belles Lettres.

André Boulanger est inhumé dans le cimetière de sa commune natale de Chéroy.

Principales publications

Auteur

  • André Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d'Asie au IIe siècle de notre ère, Paris, E. De Boccard, .
  • André Boulanger, Orphée : rapports de l'orphisme et du christianisme, Paris, F. Rieder, .
  • Louis Gernet et André Boulanger, Le génie grec dans la religion, Paris, La Renaissance du livre, .

Éditeur

Traducteur

  • Cicéron, Discours (trad. André Boulanger), Paris, Les Belles Lettres, 1929 (t. 7), 1932 (t. 9), 1938 (t. 12), 1943 (t. 11), 1949 (t. 17), 1959 (t. 19), 1962 (t. 11).

Notes et références

  1. Sur son attitude d’opposition à Vichy et à l’Occupant pendant l’Occupation, et en particulier sur son vote d’opposition à l’application du statut des juifs lors d’un vote préliminaire à l’Assemblée de faculté de la Sorbonne de décembre 1940, on dispose du témoignage d’un collègue, Georges Mathieu, publié seulement récemment.
  2. Revue archéologique, 1959, p. 204-206.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’archéologie
  • Portail de l’éducation
  • Portail de la Rome antique
  • Portail des langues
  • Portail de l’historiographie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.