Antoni Malet

Tomas Antoni Malet (né le ) est un historien des mathématiques espagnol.

Pour les articles homonymes, voir Malet.
Antoni Malet
Antoni Malet (à gauche) avec Karine Chemla (au centre) et Eberhard Knobloch (à droite), à Oberwolfach en 2009[1].
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Formation et carrière

Malet a obtenu son doctorat de l'université de Princeton sous la direction de Charles Gillispie en 1989 (Studies on James Gregory (1638–1675))[2].

Il a été chercheur invité à l'université de Toronto (2000/2001), à l'université de Princeton, à l'université Cornell (1998), à l'université de Californie à San Diego (1993/94) et à la REHSEIS Research Alliance for the History of Science du CNRS à Paris et comme Marie Curie Fellow à l'Institut Max-Planck d'histoire des sciences (à partir de 2013). Il est professeur d'histoire des sciences à l'université Pompeu Fabra (UPF) à Barcelone[3].

Travaux

Ses recherches portent sur les mathématiques et l'optique [4] au début de la période moderne[5] et sur la science espagnole à l'époque du régime de Franco et de la guerre civile espagnole[6].

Il est membre de l'Académie internationale d'histoire des sciences. Il est co-éditeur des Annals of Science (depuis 2003) et Historia Mathematica (depuis 2006). De 2001 à 2005, il a été rédacteur consultatif pour Isis. Il est l'éditeur de la série espagnole Classics de la Cienzia (à partir de 1998).

Il a édité les traductions de Johannes Kepler, Évariste Galois et la Summa Aritmetica de Francesc Santcliment (de) (1482).

Publications

En plus des œuvres citées dans les notes de bas de page :

  • From Indivisibles to Infinitesimals. Studies on Seventeenth-Century Mathematizations of Infinitely Small Quantities, Barcelone 1996.
  • Ferran Sunyer i Balaguer (1912-1967) . Barcelone 1995.
  • avec J. Paradis: Els orígens i l'ensenyament de l'àlgebra simbòlica . Barcelone 1984.
  • (en) Antoni Malet, « James Gregorie on Tangents and the “Taylor” Rule of Series Expansions », Archive for History of Exact Sciences, vol. 46, no 2, , p. 97-137 (DOI 10.1007/BF00375656).
  • Mil años de matematicas en Iberia . Dans: A. Duran (éditeur): El legado de las matematicas . Université de Séville 2000, pp. 193-224.
  • (en) Antoni Malet, « Algebra as Language : Wallis and Condillac on the Nature of Algebra », dans Patricia Radelet de Grave (dir.), Symétries, Louvain-la-Neuve, Brepols, coll. « Reminisciences » (no 7), (lire en ligne), p. 310–332.

Références

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Antoni Malet » (voir la liste des auteurs).
  1. Coll. MFO. Autres photos
  2. (en) « Antoni Malet », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  3. « Antoni Malet : CV », Mathunion.org (consulté le 10 avril 2015)
  4. Par exemple (en) Antoni Malet, « Kepler and the Telescope », Annals of Science, vol. 60, no 2, , p. 107–135 (DOI 10.1080/0003379031000080961). In: , vol , , p. .
    Keplerian Illusions. Geometrical Pictures versus Optical Images in Kepler’s Visual Theory. In: Studies in History and Philosophy of Science, vol 21, 1990, p. 1–40.
    Gregorie, Descartes, Kepler and the Law of Refraction. In: Archives Internationales d’Histoire des Sciences, vol 40, 1990, p. 278–304.
    The power of images: Mathematics and metaphysics in Hobbes’s optics. In: Studies in History and Philosophy of Science, vol 32, 2001, p. 303–333
    Isaac Barrow on the Mathematization of Nature: Theological Voluntarism and the Rise of Geometrical Optics. In: Journal of the History of Ideas, vol 58, 1997, p. 265–287.
  5. Paula Olmos, « Greek Science in the Long Run: Essays on the Greek Scientific Tradition (4th c. BCE-17th c. CE) », Iris.unipa.it (consulté le 10 avril 2015)
  6. Par exemple Ferran Sunyer i Balaguer and spanish mathematics after the civil war. In: The Mathematical Intelligencer, vol 20, 1998, p. 23–30.
    La Guerra Civil i les institucions catalanes de recerca: El cas de la recerca matemàtica (1907–1967). In: A. Roca et a. (éd.): La Ciència en la Història dels Països Catalans. IEC, Barcelona, 2005.
    (en) Antoni Malet, « José María Albareda (1902–1966) and the formation of the Spanish Consejo Superior de Investigaciones Científicas », Annals of Science, vol. 66, no 3, , p. 307-332 (DOI 10.1080/00033790902961819)

Liens externes

  • Portail de l’histoire des sciences
  • Portail des mathématiques
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.