Apaturies

Les Apaturies ou Apatouries (Άπατούρια) sont une fête des familles et des groupes de familles dans la Grèce antique ; ces festivités religieuses, communes à tous les Ioniens, se déroulaient dans le cadre familial, dans plusieurs régions de Grèce ; elles semblent d’origine, ou du moins, d’inspiration athénienne. C’est la fête des phratries, ces clans qui se disent issus d’un même ancêtre. On y discutait des affaires de la phratrie et elles avaient un rôle d’état civil puisqu’à cette occasion on enregistrait les adolescents et les nouvelles épouses légitimes. Chez Platon, le personnage de Critias se souvient d’y avoir participé à l’âge de dix ans[1]. Le nom Apatouria dériverait de άμαπατόρια (amapatoria).

Procession de jeunes hommes. Peut-être une représentation de la fête des Apatouries. Kylix attique à figures rouges, vers 480 av. J.-C., Musée du Louvre).

Les fêtes

À Athènes, elles étaient célébrées au cours du mois de Pyanepsion[2], à l'automne, en octobre. Une légende faisait remonter son origine à une guerre entre les Athéniens et les Béotiens au XIIe siècle av. J.-C. et faisait dériver son étymologie de ἀπάτη / apaté / ruse, en référence à une ruse qui permit l’élimination du roi béotien. Dionysos y avait sa place en tant que « feu du lignage » et du fait de sa tricherie qui avait permis au héros athénien de vaincre Xanthos, le roi de Thèbes[3].

Les Apaturies duraient trois jours[2]. Le premier jour (δόρπεια / dorpeia) était surtout marqué par un banquet en soirée des phratries[4] (nouveau-nés et jeunes mariés)[2]. Le deuxième jour (άνάρρυσις / anarrhysis) comportait un sacrifice public, c’est-à-dire financé par l’État[5]. Le nom de la journée dérive du verbe grec désignant l’action de tirer vers l’arrière la tête de l’animal sacrifié pour l’égorger. Le troisième jour ( ὴ κουρεῶτις ὴμέρα / Κoureotis heméra / jour des jeunes gens), le père d’un enfant légitime né depuis les dernières Apaturies amenait ce dernier se faire inscrire sur les registres de la phratrie après le sacrifice appelé meion. Vers les 16 ans, les jeunes hommes, après le sacrifice dit « koureion »«  » se tondaient les cheveux (ou juste une boucle) et le dédiaient à Artémis[6]. Si personne ne s’y opposait, le père devait offrir en sacrifice une brebis ou une chèvre à Zeus Phratrios et Athéna[7] Phratria, ainsi qu'à Héphaistos[7], en tant que protecteur du foyer et de la vie familiale, à Athènes[8] ; par serment il confirmait la légitimité de son fils. Les membres de l’assemblée de la phratrie votaient alors la réception de l’enfant au sein de la phratrie. Si le vote était négatif, le père pouvait saisir la justice. Si les tribunaux lui donnaient raison, l’enfant était reçu dans la phratrie et ceux qui s’y étaient opposés pouvaient être condamnés à une amende.

D’après Hérodote[9], les Apaturies étaient célébrées dans les principales cités ioniennes à l’exception notable d’Éphèse et Colophon, exclues pour meurtre. Dans ces communautés ioniennes, c’est Aphrodite Ἀπατουριάς qui présidait parfois à cette fête familiale[10]. D’après le grammairien Hésychios d'Alexandrie, la fête des Apaturies était parfois suivie d'une quatrième journée, appelée epibda, mais d'autres disent que ce terme désignait plus généralement tout lendemain de fête.[réf. nécessaire]

La bataille navale des Arginuses, opposant Athènes à Sparte durant la guerre du Péloponnèse, fut une victoire athénienne. Toutefois, le reste de la flotte spartiate tentant de s'enfuir, les Athéniens se mirent à leur poursuite, laissant seulement quelques hommes sous la direction de Thrasybule et Théramène pour récupérer les naufragés. Il est à noter que les Athéniens mettaient plus qu'un point d'honneur à récupérer les dépouilles de leurs hommes : c'était un crime blasphématoire de ne pas offrir de sépulture décente à ceux tombés pour la patrie. Ainsi, les stratèges furent relevés de leur fonctions et convoqués à Athènes pour un procès. Alors qu'ils semblaient gagner le procès au début, il fut interrompus pour laisser places aux Apaturies, durant lesquelles l'absences des nombreux marins se fit ressentir. L'Écclésia, alimentée par les démagogues, décida finalement de faire exécuter les stratèges.

Lien Externe

Platon, Timée [détail des éditions] [lire en ligne]

Bibliographie

Notes et références

  1. Platon, Timée, 21 b.
  2. Brisson, p. 2127
  3. Jean Haudry, Le feu dans la tradition indo-européenne, Archè, Milan, 2016 (ISBN 978-8872523438), p. 359
  4. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], II, 48.
  5. Scholie à Aristophane, Les Acharniens, vers 146.
  6. Louis Séchan et Pierre Lévêque, Les grandes divinités de la Grèce, Éditions E. de Boccard, 1966, p. 356.
  7. Théophraste, p. 46
  8. Henri Jeanmaire, Couroi et Courètes, Essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiquité hellénique, Travaux et Mémoires de l'Université de Lille, p. 379 et suiv.[réf. non conforme]
  9. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], Livre I, 147.
  10. Louis Séchan et Pierre Lévêque, Les grandes divinités de la Grèce, Éd. De Boccard, 1966, p. 375.

Sources

  • Portail de la Grèce antique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.