Arabes du Tchad

Les Arabes du Tchad représentent actuellement près de 14 % de la population du Tchad[1]. Ils sont subdivisés en de nombreux sous-groupes généralement appelés « tribus ». Leur langue, l'arabe tchadien, est la langue véhiculaire principale du pays.

Histoire

Organisation sociale et économie

Les tribus arabes du Tchad se divisent en 3 grands ensembles : les tribus arabes jouhayna (majorité et principalement dans le centre et l'est du pays), les tribus arabes d'origine libyenne et les tribus arabes choua.

Dans l'Est, on trouve principalement les Arabes Rizeigat Mahamid et Mahariya (majorité dans le Ouadi Fira), ainsi que les Béni Halba, les Oulad Malik (majorité dans le Ouaddai), les Salamat (Am Timan, Hemat, etc., la plupart présents également au Soudan ; Dans le centre, on trouve les Oulad Rachid, Khouzam (dans le Batha ouest), Misseriya himet (dans le Batha est). Enfin, à l'ouest, on trouve les Arabes choua (chari bagurmi), les Oulad souleymane et le hasaouna (vers le Kanem).

Tribus

Langue

L'arabe tchadien est un dialecte arabe parlé au Tchad, mélange de divers dialectes arabes tel l'arabe bédouin, l'arabe égyptien, l'arabe maghrébin et bien entendu, l'arabe classique.[réf. nécessaire]

Seulement 40 % des Tchadiens parlent l'arabe tchadien comme langue maternelle, mais 50 % le parlent comme langue seconde ou véhiculaire, pour un total de 74 %. Personne ne parle l'arabe classique enseigné dans les écoles (Cette affirmation a besoin d'un examen scientifique basée sur des statistiques précises;cela ne figure pas dans cet article). En général, les Tchadiens parlent plus l'arabe dialectal (mais peu le français) dans le nord du pays. Par contre, dans le Sud où on trouve les villes et les gros villages, le français est plus répandu comme langue seconde, car c’est la langue de travail du gouvernement et des affaires.

En revanche, la langue véhiculaire la plus populaire est l’arabe tchadien, la langue des nomades commerçants qui voyagent partout dans le pays; dans les marchés de la région du Ouaddaï, presque tout le monde n'utilise que l'arabe tchadien, comme au Guéra et à N'Djamena. Encore là, la situation s'avère complexe, car on compte beaucoup de variétés dialectales en arabe tchadien: certaines d'entre elles ressemblent à l’arabe libyen, d’autres à l’arabe soudanais.

Religion

Pratiquement tous les Arabes tchadiens sont musulmans. Ils ont également joué un grand rôle dans la diffusion de l'islam dans le pays.

Situation contemporaine

Ils sont un peu partout aujourd'hui, ils sont les seuls à pouvoir maintenir leur langue malgré les négligences des autorités tchadiennes. sachant que les tchadiens son issus des divers ethnies il est évident que parfois ils ne comprennent pas ce que les arabes tchadiens veulent dire surtout dans les zones rurales car les arabes tchadiens eux ils parlent parfaitement l'Arabe par contre les autres ethnies essaient aussi de préserver leurs langues[Mal dit]

Notes et références

Bibliographie

  • L. Courtecuisse, J. Croquevieille, R. Gros, J. Latruffe, G. Serre, J. Vossart, Les Arabes du Tchad, Centre de hautes études administratives sur l'Afrique et l'Asie moderne, Paris, 1971, 299 p.
  • Jean-Claude Zeltner, Histoire des Arabes sur les rives du lac Tchad, Karthala, 2002, 140 p. (ISBN 2-8458-6286-5)
  • Portail du Tchad
  • Portail de l’anthropologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.