Archipel de Socotra

L'archipel de Socotra ou archipel de Suqutra, en arabe سقطرة Suquṭrah, est un archipel du Yémen baigné par la mer d'Arabie. Il est situé au sud-est de la péninsule arabique, dans le prolongement de la corne de l'Afrique. Son île principale est Socotra et il constitue un site du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2008 et une réserve de biosphère depuis 2003[1].

Pour l’article homonyme, voir Socotra.
Pour la subdivision administrative, voir Gouvernorat de Socotra.

Archipel de Socotra
سقطرة Suquṭrah (ar)

Carte de l'archipel de Socotra.
Géographie
Pays Yémen
Localisation Mer d'Arabie (océan Indien)
Coordonnées 12° 23′ 03″ N, 53° 11′ 35″ E
Superficie 3 796 km2
Nombre d'îles 6
Île(s) principale(s) Socotra
Point culminant Monts Haghier (1 525 m sur Socotra)
Géologie Îles continentales
Administration
Statut Gouvernorat
Démographie
Population 44 120 hab. (2004)
Densité 11,62 hab./km2
Plus grande ville Hadiboh
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+03:00
Géolocalisation sur la carte : Yémen
Archipel de Socotra
Archipels au Yémen

Géographie

Image satellite d'Abd al Kuri.

L'archipel de Socotra est situé dans l'ouest de la mer d'Arabie, au large des côtes yéménites et dans le prolongement de la corne de l'Afrique. Appartenant au Yémen, il fait partie du gouvernorat de Socotra.

La plus grande île de l'archipel est Socotra. Entre elle et le continent africain s'égrènent d'autres îles plus petites qui sont Abd al Kuri, Darsah, Samhah et les îlots rocheux de Sabuniyah et Ka'l Firawn. Ces îles sont d'origine continentales, détachées de l'Arabie lors de l'ouverture du golfe d'Aden. Une étroite plaine côtière laisse place à un relief élevé composé de hauts plateaux dans l'intérieur des terres.

Le climat y est tropical désertique et semi-aride (Classification de Köppen : BWh et BSh) avec deux moussons de mai à septembre et de novembre à mars. Les précipitations se concentrent sur les reliefs.

L'archipel est rarement touché par des tempêtes, mais des cyclones peuvent occasionnellement le traverser[2].

La faune et la flore de l'archipel est caractérisée par un fort endémisme qui atteint le tiers des espèces de l'archipel. L'espèce emblématique est le dragonnier de Socotra, un arbre en forme de parasol dont la sève est utilisée comme colorant appelé sang-dragon. Cette biodiversité a permis l'inscription de l'archipel de Socotra sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 2008.

Histoire

Au moment de l'islamisation de l'archipel de Socotra en 639, celui-ci constitue un comptoir égypto-byzantin peuplé de chrétiens nestoriens[3].

L'archipel a ensuite été colonisé par le Portugal de 1506 à 1511 puis par le Royaume-Uni en 1886. Intégré à la République démocratique populaire du Yémen de 1967 à 1990, il fait partie depuis cette date de la République du Yémen. Plus spécifiquement, l'archipel a fait partie du gouvernorat d'Aden de 1967 à 2004 puis du gouvernorat de l'Hadramaout de 2004 à 2013, avant de former un gouvernorat propre.

À partir de 2015, dans le contexte de la guerre civile yéménite, les Émirats arabes unis commencent à administrer de fait l'île de Socotra, construisant de nouvelles infrastructures, des réseaux de télécommunication, demandant aux habitants de signer des contrats de travail avec eux, font leurs propres recensement des populations locales, puis, en 2018, se déploient militairement sur l'île, ce que condamne le gouvernement yéménite, au nom de sa souveraineté sur l'île[4]. Le 13 mai, des troupes saoudiennes débarquent à leur tour, à la demande du gouvernement yéménite pour former ses troupes[5], puis les deux forces se retirent au profit de l'armée gouvernementale dès le lendemain 14 mai[6].

En mai 2019, le gouvernement yéménite a accusé les Émirats arabes unis de débarquer une centaine de soldats séparatistes à Socotra, ce que les Émirats arabes unis ont nié, creusant un fossé entre les deux alliés nominaux dans la guerre civile au Yémen[7].

En février 2020, un régiment de l'armée yéménite stationné à Socotra s'est rebellé et a prêté allégeance au Conseil de transition du Sud séparatiste soutenu par les Émirats arabes unis à Socotra, renonçant au gouvernement de Abdrabbo Mansour Hadi soutenu par l'ONU[8].

Protection

Archipel de Socotra *

Image satellite de l'archipel de Socotra avec la pointe de la corne de l'Afrique visible à gauche.
Pays Yémen
Type Naturel
Critères (x)
Superficie 410 460 ha
Zone tampon 1 740 958 ha
Numéro
d’identification
1263
Zone géographique États arabes **
Année d’inscription 2008 (32e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'archipel de Socotra est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2008 en raison de ses écosystèmes et de sa biodiversité, le tiers des espèces animales et végétales étant endémiques à l'archipel.

Dragonnier de Socotra sur les plateaux de Socotra.

Notes et références

  1. (en) « UNESCO - MAB Biosphere Reserves Directory », sur www.unesco.org (consulté le 2 novembre 2016)
  2. (en) « Photo gallery: Cyclones hit Yemen’s remote Socotra Archipelago », IUCN, (lire en ligne, consulté le 3 juin 2017)
  3. Anonymi [Arriani, ut Fertur] Periplus Maris Erythraei, dans Geographi graeci minores, vol. 1, éd. grecque et trad. latine par Karl Müller, Paris, 1855, p. 257-305 Lire en ligne.
  4. « L’armée émiratie se déploie sur l’île de Socotra: l’alliance Yémen-Emirats pourrait voler en éclats », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 6 mai 2018)
  5. « Yémen: des forces saoudiennes sur l'île de Socotra après des tensions », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 14 mai 2018)
  6. « Fin de la crise sur l'île yéménite de Socotra, annonce le Premier ministre », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 14 mai 2018)
  7. (en) Aziz El Yaakoubi, « Yemen government accuses UAE of landing separatists on remote island », sur Reuters,
  8. (en) « Second army regiment rebels against Yemen government in Socotra », sur Middle East Monitor,

Annexes

Article connexe

Liens externes

  • Portail du monde insulaire
  • Portail de l’océan Indien
  • Portail du patrimoine mondial
  • Portail de la conservation de la nature
  • Portail du Yémen
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.