Arrêt cardiorespiratoire

L'arrêt cardiorespiratoire (ACR) est l'arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. Actuellement, le terme utilisé est plutôt arrêt cardiaque[1] ou arrêt circulatoire.

Pour les articles homonymes, voir ACV et ACR.
Ne doit pas être confondu avec Infarctus du myocarde.
Réanimation cœur-poumon sur un mannequin, durant des entrainements..

L'arrêt cardiaque a un pronostic catastrophique mais l'amélioration de celui-ci est principalement dépendant de la mise en place d'une chaine de soins adaptés (appel des secours via le 15 ou le 112) et surtout de la réalisation immédiate par les 1ers témoins d'une réanimation adaptée par compressions thoraciques (massage cardiaque) et de la mise en place d'un défibrillateur automatisé externe (DAE).

Épidémiologie

On distingue les arrêts cardiaques extra-hospitalier et intra-hospitalier par leurs différences de mortalité.

En Europe, on recense 55 à 113 cas de mort subite pour 100 000 personnes par an, soit environ 350 000 à 700 000 habitants par an.

Son incidence annuelle, en dehors du milieu hospitalier, est proche de 5 cas pour 10 000 habitants en Amérique du Nord (dont plus de la moitié ont bénéficié d'une tentative de réanimation en 2007)[2].

Signes d'un arrêt circulatoire

Il se manifeste par un état de mort apparente et doit être reconnu par 2 signes principaux :

  • L'absence de conscience : la personne est totalement inconsciente, elle ne bouge pas spontanément, ne réagit ni à la parole, ni au toucher, ni à la stimulation douloureuse, ni à la lumière ; elle est complètement hypotonique (n'est pas « crispée ») ;
  • L'absence de respiration normale (une respiration anormale appelée "Gasp" peut être présente et faire croire à la présence d'une respiration efficace).

Il faudrait rapidement confirmer le diagnostic :

  • la recherche de l'absence de pouls n'est pas recommandé pour la reconnaissance d'un arrêt cardiaque. La technique de palpation est parfois difficile dans ces circonstances, avec possibles erreurs de diagnostics[3] ;
  • une pâleur ou cyanose (couleur bleuâtre secondaire au manque d'oxygénation des tissus) ;
  • les pupilles se mettent en mydriase (elle se dilatent).

Le tableau peut cependant être plus trompeur :

  • le patient perd connaissance et peut convulser (mouvements involontaires brusques et saccadés) dans un premier temps, en pratique cela ne dure souvent qu'une dizaine de secondes ;
  • le patient peut avoir une respiration anormale ou bruyante (respiration d'agonie dite « stertoreuse », ou gasp) pendant quelques dizaines de secondes[4].

Il ne faut pas confondre cette respiration d'agonie ou ces convulsions avec :

  • une syncope sans arrêt cardioventilatoire (récupération rapide, respiration présente et pouls possiblement perçu) ;
  • une crise convulsive dans le cadre d'une épilepsie, plus prolongée, avec un pouls et une respiration présentes ;
  • un état de choc : la pression artérielle devenant très basse empêche toute perception d'un pouls.

Causes

Elles sont parfois évidentes : traumatisme, électrocution, noyade, asphyxie, intoxication, strangulation, hypothermie grave…

Il faut systématiquement penser à une fausse route (passage d'un aliment dans le système respiratoire au lieu de l'œsophage). Dans ce cas, enlever le corps étranger si facilement accessible, sinon ce sont les compressions thoraciques qui permettront d'expulser le corps étranger. Il faut alors inspecter la bouche après les compressions thoraciques pour récupérer le corps étranger que l'on aurait réussi à expulser.

Si l'arrêt paraît isolé (pas de traumatisme, d'hémorragie, d'électrocution, d'étouffement...), une cause cardiaque doit être systématiquement évoquée (80 % des cas en France). Elle est plus fréquente chez l'adulte de plus de 35 ans, les causes non cardiaques (respiratoire) prédominant chez les plus jeunes[5].
Dans ces cas, le mécanisme de l'arrêt peut être :

Conduite à tenir[6]

1) rechercher l'absence de conscience en posant des questions simples : "serrez-moi la main", "ouvrez les yeux".

2) rechercher l'absence de respiration normale (poitrine qui se soulève et/ou souffle ressenti sur la joue) ; la libération des voies aériennes par mise en extension de la tête (bascule en arrière de la tête) et la recherche visuelle (et le retrait si possible) d'un corps étranger dans la bouche sera réalisée dans le même temps.

Ces 2 seuls signes permettent de faire le diagnostic d'arrêt cardiaque et doivent faire réaliser une réanimation cardio-pulmonaire immédiate.

Dès la reconnaissance d'un arrêt cardiaque (absence de conscience et absence de respiration normale), Il faut débuter les compressions thoraciques (appui au milieu du thorax), 100 fois par minute , et demander à quelqu'un d'aller chercher puis poser un défibrillateur automatisé externe (DAE), présents dans la majorité des lieux publics[7].

La réalisation d'une ventilation externe (bouche à bouche), n'est plus recommandé de 1ère intention, l'important étant de poursuivre de façon la plus continue possible les compressions thoraciques (massage cardiaque externe).

Elle reste possible en présence de 2 témoins, formés à la réanimation cardio-pulmonaire. Le rythme des compressions thoraciques est alors de 30 compressions puis 2 insufflations, à renouveler jusqu'à l'arrivée des secours.

L'arrêt des compressions thoraciques se fera lors de la récupération d'un conscience et/ou d'une respiration normale par la victime. Encas de doute, poursuivre la réanimation jusqu'à l'arrivée des secours spécialisés.

Chez l'enfant, la réalisation préalable de 5 insufflations est nécessaire avant de débuter les compressions thoraciques, la cause principale de l'arrêt cardiaque étant hypoxique.


Pronostic

Le risque principal est celui du décès, qu'il soit immédiat (par inefficacité des manœuvres de réanimation) ou plus tardif (récupération d'un rythme cardiaque permettant une hospitalisation mais décès à la suite). Le risque est également celui d'avoir des séquelles neurologiques, souvent lourdes.

La survie d'un arrêt cardiaque extrahospitalier est inférieure à 10 % même si le chiffre tend à augmenter. Si l'arrêt cardioventilatoire survient en présence de quelqu'un (ce qui permet de prendre en charge quasi immédiatement l'arrêt), il atteint un peu moins de 30 %[8]. Si l'arrêt cardiaque survient en milieu hospitalier, les chiffres de survie sont du même ordre, avec un peu moins d'un tiers de cas de séquelles neurologiques lourdes[9].

Notes et références

    1. « FEDECARDIO | Qu'est-ce qu'un arrêt cardiaque ? », sur https://www.fedecardio.org, (consulté le 29 février 2020)
    2. (en) Nichol G, Thomas E, Callaway CW et al. « Regional variation in out-of-hospital cardiac arrest incidence and outcome » JAMA, 2008;300:1423-1431
    3. (en) Eberle B, Dick WF, Schneider T et al. « Checking the carotid pulse check: Diagnostic accuracy of first responders in patients with and without a pulse » Resuscitation, 1996;33:107–116.
    4. (en) Bobrow BJ, Zuercher M, Ewy GA et al. « Gasping during cardiac arrest in humans is frequent and associated with improved survival » Circulation, 2008;118:2550-4.
    5. (en) Herlitz J, Svensson L, Engdahl J et al. « Characteristics of cardiac arrest and resuscitation by age group: An analysis from the Swedish cardiac arrest registry » Am J Emerg Med, 2007;25:1025-31.
    6. (en) http://typework.com, « ERC Guidelines 2015 have arrived, download them now! », sur Guidelines (consulté le 29 février 2020)
    7. Décret n° 2018-1186 du 19 décembre 2018 relatif aux défibrillateurs automatisés externes, (lire en ligne)
    8. (en) Hinchey PR, Myers JB, Lewis R et al. « Improved out-of-hospital cardiac arrest survival after the sequential implementation of 2005 AHA guidelines for compressions, ventilations, and induced hypothermia: the Wake County experience » Ann Emerg Med, 2010;56:348-57.
    9. (en) Girotra S, Nallamothu BK, Spertus JA et al. « Trends in survival after in-hospital cardiac arrest » N Engl J Med, 2012;367:1912-20.

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la médecine
    • Portail du droit
    • Portail des premiers secours et du secourisme
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.