Artabasde

Artabasde ou Artavasde (grec : Ἀρταύασδος ou Ἀρτάβασδος et en arménien : Արտավազդ), latinisé en Artabasdus, est un usurpateur de l'Empire d'Orient, il était un général byzantin d'origine arménienne qui s'empara du trône de au . Son règne constitue une usurpation du trône de Constantin V, qui avait conservé le contrôle de plusieurs thèmes en Asie mineure.

Pour les articles homonymes, voir Artavazde.

Artabasde
Empereur byzantin

Sceau de Artabasde en Curopalate.
Règne
juillet 741-
Période Usurpateur
Précédé par Constantin V
Suivi de Constantin V
Biographie
Décès 743
Épouse Anna
Descendance Nicéphore
Nicétas
Empereur byzantin

Biographie

Il est souvent considéré par les historiens modernes comme un Arménien sur la base de son prénom (une forme hellénisée de « Artavazd »)[1]. Celui-ci pousse d'ailleurs le généalogiste Christian Settipani à rattacher Artabasde à la famille Mamikonian à travers son peut-être oncle Philippicos[2], mais selon l'historienne de l'Arménie médiévale, Nina Garsoïan, la thèse de la descendance d'Artabasde et d'autres nobles arméno-byzantins des Mamikonian « attrayante qu'elle soit […] ne peut être prouvée, faute de sources »[3]. Selon d'autres historiens, il n’était pas un Mamikonian mais un Arsacide.

Général byzantin, stratège des Arméniaques et curopalate en 717, il épouse Anna, la fille de Léon III l'Isaurien, mais la naissance de Constantin V en 718 lui retire l'espoir de régner. À l'avènement de son beau-frère en 741, il se révolte, soutenu par les partisans des images.

En juillet 741, il se fait couronner empereur et rétablit le culte des images.

Il garde le trône jusqu'au 2 novembre 743, il est battu par Constantin V, qui reprend Constantinople et lui fait crever les yeux, ainsi qu'à ses fils Nicéphore, co-empereur depuis 741, et Nicétas, stratège des Arméniaques depuis 742. Ils meurent en exil.

Il fut aussi le cousin de Tiridate (vers 700 † 743), patrice en 743.

Notes et références

  1. Kountoura-Galaki 1983, p. 203–204.
  2. Settipani 2006, p. 231-236.
  3. Kazhdan 1991, p. 1279

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la monarchie
  • Portail du monde byzantin
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.