Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest

L'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) est une association anti-nucléaire française basée à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. Elle a été créée en 1986 au moment de la catastrophe de Tchernobyl[1]. Elle a pour objet et pour principale activité d'effectuer des analyses de la radioactivité ambiante. Son laboratoire est accrédité par l'Autorité de sûreté nucléaire.

Présentation

L'Association effectue une surveillance des rejets des installations nucléaires en associant les riverains, surtout dans l'Ouest de la France : usine de la Hague, centrale nucléaire de Gravelines, etc. Elle effectue aussi de nombreuses analyses en France et à l'étranger. Elle a été très impliquée au Japon après la catastrophe de Fukushima. En janvier 2017, l'association lance un nouveau site internet pour plus de transparence[2].

En juillet 2019, un de ses communiqués, relatif à la la présence de tritium dans l’eau du robinet de communes des vallées de la Loire, de la Seine et de la Vienne[3] lui vaut de faire la une des médias. Même si les relevés fournis à l'association par le ministère de la santé prouvent que les niveaux de radioactivité observés (en moyenne 9 Bq/L) sont très inférieurs aux niveaux d'alerte (100 Bq/L), le communiqué laisse entendre que d'éventuelles contaminations plus élevées pourraient affecter gravement la fourniture d'eau potable à la population. Cette prise de position, relayée telle quelle par les médias, est répercutée sur les réseaux sociaux par une personne se disant infirmière et prétendant que l'eau du robinet est impropre à la consommation. Cela oblige les autorités à démentir un quelconque risque à consommer l'eau du robinet et vaut à l'ACRO de nombreuses critiques[4].

Notes et références

  1. Contrôle de la radioactivité : l’ACRO fête ses 30 ans - France 3, 15/10/2016
  2. Nucléaire. L’Acro lance un nouveau site pour plus de transparence - Ouest France, 11/01/2017
  3. « « 6,4 millions de personnes concernées » : alerte sur la présence de composés radioactifs dans l’eau », Le Monde, (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019)
  4. Par A. R. Le 20 juillet 2019 à 18h54, « Eau de Paris «polluée» au tritium : gare aux fake news », sur leparisien.fr, (consulté le 20 juillet 2019)

Voir aussi

Lien externe

  • Portail des associations
  • Portail de l’environnement
  • Portail du nucléaire
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.