Attentat du 27 mars 2002 à l'hôtel Park de Netanya

L'attentat de l'hôtel Park est un attentat-suicide perpétré le à Netanya en Israël, et revendiqué par le mouvement palestinien Hamas. Il cause la mort de 30 civils israéliens et étrangers dont des Français, en blessant 143.

Attentat de l'hôtel Park

L'hôtel Park, en 2012

Localisation Netanya, Israël
Coordonnées 32° 19′ 57″ nord, 34° 51′ 03″ est
Date
19h30[1] (UTC+02:00)
Type Attentat-suicide
Morts 30 civils (+ le kamikaze)[2]
Blessés 143[2]
Organisations Hamas (revendiqué)[3]
Mouvance Terrorisme palestinien, terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Israël

En réponse à cet attentat, au meurtre de 4 membres de la famille Gavish le lendemain à Elon Moreh[4] et à l'attentat meurtrier à Netzarim le surlendemain[5], le gouvernement Sharon ordonne l'opération Rempart[6].

Contexte de l'attentat

Cet attentat s'est produit durant la seconde intifada dans la ville côtière de Netanya sise au Nord de Tel Aviv, rehov David Hamelekh (rue du roi David) en front de mer.

Face latérale du Park hotel

Le , le soir de la Pâque juive (Pessah), un Palestinien provenant de la ville arabe de Tulkarem, muni d'explosifs cachés dans un sac et sous son déguisement de femme perruquée[7], s'introduit vers 19h30 dans la salle à manger au rez-de-chaussée de l'hôtel Park géré par la famille Cohen[7]. Le restaurant se trouve bondé car de nombreuses familles sont réunies et attablées pour ce soir de fête. Le terroriste fait exploser sa bombe au milieu de ces personnes qui célébraient le Séder de Pessa'h dans cet hôtel du bord de mer[8],[9].

La charge est d'une telle puissance que l'explosion souffle la salle de réception ainsi que la verrière de la terrasse couverte. L'entrée de l'établissement est pulvérisée par l'onde de choc et le plafond effondré. « L'attentat a été conçu pour tuer »[10].

Trente personnes sont tuées et 143 blessées[2], dont 20 grièvement ; toutes sont des civils âgés de 25 à 90 ans[8]. Certaines victimes étaient des survivants de la Shoah[11]. Plusieurs Français figurent parmi les victimes et notamment Marianne Lehmann, âgée de 77 ans, dont le fils est conseiller municipal à Combs-la-Ville[7],[12].

Apprenant cet attentat au moment où elles-mêmes célébraient en famille le ''seder'', les communautés juives d'Europe et d'Amérique sont bouleversées. C'est l'ensemble du monde juif qui s'est ainsi senti visé au milieu de ses célébrations religieuses les plus importantes[9],[13]. « C'est comme si un tel événement s'était produit en France le soir de Noël »[13].

Cet attentat-suicide, le plus meurtrier depuis le début de l'intifada, est appelé « le massacre de Pessah »[13].

Responsabilités

Le kamikaze responsable de l'attentat-suicide était âgé de 25 ans et originaire de Tulkarem ; il s'appelait Abdel-Basset Odet et appartenait aux Brigades Izz al-Din al-Qassam, branche armée du Hamas. Il était déjà recherché par la police israélienne pour avoir un an auparavant, cherché à préparer un attentat en liaison avec un membre du Hamas. La police palestinienne l'avait arrêté puis relâché sans autre forme de procès. La video de sa confession posthume est diffusée quelques heures après le carnage du Park hotel[7]. Il est mort sur le coup de son acte.

L'un des cerveaux de l'attentat est désigné comme étant Nasser Yataïma[8]. L'attentat est revendiqué par le Hamas dont le dirigeant est Khaled Mechaal[12].

Le représentant du Hamas au Liban, Usama Hamdan, s'exprime alors de la sorte[9] :

« Cette attaque est une tentative d'envoyer une lettre, un message au monde entier (pour montrer) que nous essayons de lutter pour notre liberté contre le gouvernement terroriste de Sharon. »

Dès lors, Israël poursuit les responsables de l'attentat de Netanya :

  • Nasser Yataïma, l'un des fomentateurs de l’attentat, est éliminé lors de l'opération Rempart[8] ;
  • Qais Adwan, chef de l'organisation responsable de l'attaque au Park Hotel (et de plusieurs autres en Israël), activement recherché, est finalement tué le 5 avril 2002 à Tubas à côté de Naplouse[9],[14] ;
  • Abbas al-Sayed, l'un des organisateurs de l'attaque, est capturé en mai 2002 par les forces israéliennes. Il passe en justice et est reconnu coupable du massacre de la Pâque (et du bombardement en 2001 dans le centre commercial aussi à Netanya), et est condamné à la perpétuité le 22 septembre 2005[9] ;
  • Omar Jabar, commandant du Hamas et également soupçonné d'être derrière l'attentat, est arrêté à Tulkarem, le 26 mars 2008[9],[15] ;
  • Muhammad Harwish, à la tête de la branche militaire du Hamas à Tulkarem et planificateur du massacre du Park Hotel, est arrêté dans un village au sud de Hébron par les forces anti-terroristes spéciales israéliennes en septembre 2009[9],[16].

Conséquences

En avril et mai 2002, l'« opération Rempart » est lancée contre certaines villes arabes pour essayer d'éradiquer les foyers du terrorisme qui frappe Israël. Lors de ces opérations, certains responsables de l'attentat de Netanya sont visés.

C'est suite à cet énième attentat meurtrier qu'Israël décide d’édifier la clôture de sécurité, permettant une diminution de 30 % du nombre des attaques terroristes entre 2002 et 2003. Les travaux débutent en été 2002[8].

Notes et références

  1. (en) Ohad Gozani, « Hotel blast survivors relive the Passover massacre », The Telegraph, (ISSN 0307-1235, lire en ligne).
  2. (en) « Alleged Passover massacre plotter arrested », CNN, (lire en ligne).
  3. (en) Jamie Chosak et Julie Sawyer, « Hamas's Tactics: Lessons from Recent Attacks », Washington Institute for Near East Policy : PolicyWatch, no 522, (lire en ligne [PDF]).
  4. (en) « Soldier Recalls His Role In Elon Moreh Terror Attack », Arutz Sheva, (lire en ligne).
  5. (en) « Two Persons Murdered in Netzarim Attack », Arutz Sheva, (lire en ligne).
  6. (en) Ministère des Affaires étrangères, « Statements by Prime Minister Ariel Sharon and Defense Minister Binyamin Ben-Eliezer at press conference following Cabinet meeting », (consulté le 18 août 2014).
  7. Ph. D., « Dans l'enfer de Netanya », leparisien.fr, (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2018)
  8. « Il y a 10 ans, le Hamas tuait 29 Israéliens rassemblés en famille au Park Hôtel de Netanya », sur Armée de Défense d'Israël, (consulté le 27 décembre 2018)
  9. (en) « CNN.com - 'Passover massacre' at Israeli hotel kills 19 - March 27, 2002 », sur CNN, (consulté le 27 décembre 2018)
  10. Didier François, « Netanya: l'attentat qui attise l'incendie », sur Libération.fr, (consulté le 27 décembre 2018)
  11. (en) Martin Patience, BBC. Récupéré 29 Décembre, 2016.
  12. « Le combat d'un fils contre le Hamas : (Source : Roxane Tran-Van, Guysen.com- Jeudi 3 février 2011) », sur www.cicad.ch (consulté le 27 décembre 2018)
  13. Catherine Dupeyron, « L'armée de Sharon envahit le QG d'Arafat », sur Le Parisien,
  14. (en-US) Elizabeth Rubin, « The Most Wanted Palestinian », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2018)
  15. (en-GB) « Israel Passover bomb suspect held », BBC news, (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2018)
  16. (en) Yaakov Katz, « IDF nabs Park Hotel attack terrorist - Israel - Jerusalem Post », sur Jerusalem Post (jpost.com) (consulté le 27 décembre 2018)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du terrorisme
  • Portail sur le conflit israélo-arabe
  • Portail des années 2000
  • Portail d’Israël
  • Portail de la mort
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.