Autocratie

L'autocratie[1] est un régime politique où un seul individu détient le pouvoir, alors qualifié de pouvoir personnel et absolu[2].

Étymologie

Étymologiquement, « autocratie » signifie « qui tire son pouvoir (cratie) de lui-même (auto) ». L'autocratie est un pouvoir qui n'a d'autre justification et légitimité que lui-même.

En Russie impériale

L'autocratie est un des principes de la monarchie russe depuis le XVe siècle, quand Ivan III, souverain de la Grande-principauté de Moscou, épouse la princesse byzantine Sophie Paléologue et se rend indépendant de la Horde d'or après la Grande halte sur la rivière Ougra en 1480. Il prend alors le titre de gosudar (« souverain ») et samoderžec, qui traduit le titre grec autokratôr porté par l'empereur byzantin. Ivan et ses successeurs, souverains du tsarat de Moscou devenu Empire russe jusqu'en 1917, portent le titre de « tsar autocrate »[3]. Pendant la révolution russe de 1905, Nicolas II, pour sauver son trône, doit signer un acte, le Manifeste d'octobre, qui, sans être une vraie constitution, établit un parlement, la Douma d'État, et un certain nombre de libertés politiques : il change alors son titre d'« Autocrate illimité » pour celui d'« Autocrate suprême » sans renoncer pour autant aux principes de l'autocratie[4].

Autres monarchies

Les monarchies, absolues ou non, ne sont pas forcément autocratiques. Si une monarchie absolue est de droit divin (cas du royaume de France par exemple), la principale opposition politique provient du clergé (problème entre le pape et les empereurs au Moyen Âge, gallicanisme) ou de la noblesse (Fronde, problème des délimitations du pouvoir entre le roi et les parlements). Ils sont privilégiés car ils ont, entre autres, un minimum de pouvoirs politiques, qu'ils cherchent à sauvegarder, à la différence de la masse (Tiers état). C'est d'ailleurs en cela qu'il faut relativiser la notion de royauté absolue.[réf. nécessaire]

Dictature et autocratie

La dictature se distingue du régime autocratique, laquelle dénie tout pouvoir aux gouvernés qui ne choisissent donc pas les responsables du gouvernement[5].

Récemment, certains autocrates ont su imposer leur point de vue à une nation, voire à plusieurs États. Cette autocratie est souvent affiliée à une dictature ou au totalitarisme (Cf. nazisme, stalinisme, maoïsme, juche, etc.).[réf. nécessaire]

L'Afrique est particulièrement touchée depuis la fin du XXe siècle : Thomas Cantaloube indique en 2018 que sur ce continent, « depuis le début des années 1990, au moins vingt-quatre chefs d’État ont tenté de modifier les Constitutions afin de se maintenir au pouvoir au-delà de leur double mandat »[6]. Selon Anneke Van Woudenberg, de Human Rights Watch, il s'agit de « la conséquence du fait que l’Union africaine a décidé de ne plus reconnaître les gouvernements qui parviennent au pouvoir à l’issue d’un coup d’État militaire. Nous assistons désormais à des coups d’État constitutionnels, qui s’accompagnent bien souvent d’une répression contre ceux qui s’y opposent »[6].

Notes et références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Autocratie » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. autocratie, sur le site larousse.fr, consulté le 16 juillet 2015
  3. Coquin François-Xavier. La philosophie de la fonction monarchique en Russie au XVIe siècle. In: Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 14, n°3, Juillet-septembre 1973. pp. 253-280.
  4. Orlando Figes, La Révolution russe, Denoël, 2007, p. 289.
  5. Frédéric Colin, Droit public, Gualino éditeur, , p. 46.
  6. Thomas Cantaloube, « Ces autocrates qui organisent leur présidence à vie », sur Mediapart, (consulté le 12 mars 2018).

Annexes

Bibliographie

  • La Russie d'Ivan le Terrible à Poutine : autocratie, orthodoxie, empire, Société d'éditions scientifiques, Paris, 2009, 114 p. (numéro spécial de L'Histoire)

Articles connexes

  • Portail de la politique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.