BLS (entreprise)

Le BLS SA est une entreprise ferroviaire suisse, de statut privé (mais dont le capital appartient majoritairement au canton de Berne) qui exploite le deuxième réseau ferroviaire suisse après celui des CFF. La société est issue en 2006 de la fusion du Chemin de fer du Lötschberg (en allemand BLS Lötschbergbahn, Berne-Lötschberg-Simplon) et des Transports régionaux du Mittelland (RM), dans le but de renforcer la compétitivité des deux entreprises ferroviaires dans le trafic marchandises transalpin, ainsi que dans le trafic régional voyageurs. La nouvelle société emploie quelque 3 000 collaborateurs.

Pour les articles homonymes, voir BLS.

BLS SA

Logo du BLS

Création [1]
Dates-clés 2006 : Fusion du BLS Chemin de fer du Lötschberg SA[2] et des transports régionaux du Mittelland (RM)

Forme juridique Société anonyme
Siège social  Berne[1] (Suisse)
Actionnaires Canton de Berne (55,8 %), Confédération (21,7 %)
Direction Bernard Guillelmon[3]
Effectifs 3 052 (31.12.2015)
Filiales BLS Cargo SA
BLS Netz AG
Busland AG
Site web www.bls.ch

Chiffre d’affaires CHF 1 milliard (2015)
Résultat net CHF 3,7 millions (2015)[4]

Longueur 449 km
Dont électrifiés 449 km
Écartement des rails Standard UIC (1 435 mm)

Le réseau géré par le BLS compte 449 km[5] de lignes à voie normale, électrifiées en courant alternatif monophasé 15 kV 16,7 Hz, y compris les sections de lignes utilisées dans les nœuds ferroviaires. Cette infrastructure constitue, sur l'axe Suisse centrale-Italie, via les tunnels du Lötschberg et du Simplon, le plus grand réseau privé à voie normale.

Historique

Anciens noms des compagnies du BLS

Arbre généalogique de la famille BLS

Transports régionaux du Mittelland (RM)

Le réseau des Transports régionaux du Mittelland (RM) résulte de la fusion en 1997 des compagnies de chemin de fer suivantes:

  • Emmental-Burgdorf-Thun-Bahn (EBT),
  • Vereinigten Huttwil-Bahnen (VHB)
  • Solothurn–Münster-Bahn (SMB)[6].
  • L’EBT (76,2 km) est issue elle-même, de la fusion en 1942 de l’ancien Chemin de fer de la vallée de l’Emmental Emmental Bahn (EB) et du Chemin de fer Berthoud - Thoune (BTB). La ligne de l’ EB a été ouverte à l'exploitation le et elle reliait Langnau à Soleure. Pour le BTB, la mise en exploitation s'est effectuée le pour le premier tronçon Berthoud - Langnau et le pour le tronçon Berthoud - Konolfingen - Thoune. L'électrification a été réalisée en 1932 pour l’ EB et en 1933 pour le BTB.
  • Le VHB était un réseau entier de lignes de Chemins de fer, constitué par des sociétés par actions indépendantes: le Langenthal-Huttwil (LHB) (14,1 km), mis en exploitation le 1er novembre 1889; le Hutwill-Wolhusen (HWB) (25,3 km), ouverture le , fusionné avec le LHB en 1927; le Ramsei-Sumiswald-Huttwil (RSHB) (19,5 km), en circulation dès le 1er juin 1908, électrifié le 7 octobre 1945; le Hutwill-Eriswil (HEB) (4 km), ouvert à l'exploitation le 1er septembre 1915 par le LHB avec qui, il fusionne en 1927. En 1943, toutes ces lignes sont exploitées par l’EBT puis fusionnées pour former le VHB. L'électrification des lignes a été réalisée en 1945. La ligne fut électrifiée dès 1932.
  • Le SMB (en français Chemin de fer de Soleure - Moutier), est plus ancien associé de l’ EB qui en a assuré l'administration et l'exploitation depuis son ouverture le 1er août 1908. La ligne de 23 km quitte la ville de Soleure et traverse le Massif du Jura par un tunnel de 3,7 km et rejoint la ville de Moutier. Cette ligne a souffert de la construction de la ligne et du tunnel Moutier-Granges-Nord-Lengnau par la Moutier-Lengnau-Bahn (MLB), une filiale du BLS.

Berne–Neuchâtel (BN)

La ligne (42 km) a été mise en exploitation le 1er juillet 1901, avec un mode de traction d'abord à vapeur puis électrique dès 1928. La gestion de la ligne est assurée par le BLS. La ligne est un tronçon de la ligne internationale Berne-Neuchâtel-Paris et a appartenu à la BN (en allemand Bern-Neuenburg-Bahn) jusqu'en 1997, année de la fusion avec la Gürbetal-Bern-Schwarzenburg-Bahn (GBS), la Spiez–Erlenbach–Zweisimmen-Bahn (SEZ) et la compagnie du chemin de fer des Alpes bernoises (BLS)[6]. Elle constitue aujourd'hui une partie du RER bernois avec les lignes S5, S51 et S52.

Gürbetal–Bern–Schwarzenburg (GBS)

Le GBS (51,7 km) résulte de la fusion en 1944, du Chemin de fer du Gürbetal (GTB) et du Chemin de fer Berne–Schwarzenburg (BSB). La mise en exploitation de la ligne fut réalisée d'abord de Berne à Wattenwil le puis prolongée jusqu'à Thoune le 1er mai 1902. L'ouverture du BSB a été effectuée le 1er mai 1907[6].

Spiez–Erlenbach–Zweisimmen (SEZ)

Le SEZ (34,9 km) résulte de la fusion en 1942, du Chemin de fer Spiez-Erlenbach (SEB) et du Chemin de fer Erlenbach-Zweisimmen (EZB). Les lignes furent mises en service le pour le SEB, resp. le pour l'EZB[6].

En juin 1997, le GBS fusionne avec le BN, le SEZ et la Compagnie du chemin de fer des Alpes bernoises créant le nouveau BLS. Elle constitue aujourd'hui une partie du RER bernois avec les lignes S6, S3, S4 et S44.

Convention avec les CFF

Avec l'ouverture du tunnel de base du Lötschberg en 2007, l'infrastructure a été séparée et est depuis propriété de BLS Netz AG, dans laquelle la Confédération est l'actionnaire majoritaire. Toutefois la société BLS Netz AG est gérée par le BLS AG.

Réseau

Le réseau appartenant au BLS est le suivant :

Une partie du réseau du S-Bahn de Berne est exploitée par la BLS et comporte les lignes suivantes:

  • S 1 Fribourg – Flamatt – Berne – Münsingen – Thun
  • S 2 LaupenFlamatt – Berne – KonolfingenLangnau im Emmental
  • S 3 Bienne – Berne – Belp
  • S 4 Langnau im Emmental – Berthoud – Zollikofen – Berne – Belp – Thun
  • S 44 (Sumiswald-Grünen – Ramsei –) / (Solothurn-Wiler –) Burgdorf – Bern Wankdorf – Bern – Belp – Thun
  • S 5 Berne – Kerzers – (Neuchâtel) / (MoratPayerne)
  • S 51 Berne – Bümpliz Nord – Brünnen
  • S 52 Berne – Rosshäussern – Kerzers – Ins
  • S 6 Berne – Schwarzenburg[7]

Matériel roulant

Le BLS AG possède les véhicules suivants :

Locomotives électriques
ImageNombreTypeSérieNuméroMise en serviceLongueurPoidsPuissanceVmaxRemarques
3Re420.5420 501, 502, 5051964 - 196714,8 m80 t4700 kW140 km/hAnciennes Re 4/4II des CFF
33Re425425 162 à 186 / 188 à 1951964 - 198315,1 m80 t4980 kW140 km/hAnciennes Ae 4/4II puis Re 4/4
18Re465465 001 à 0181994 - 199718,5 m84 t6400 kW230 km/h-
Rames navettes tractées
9EWIII1973 - 1975165 m263 t140 km/h343 places assises
Rames automotrices
6RBDe566I566 220 à 223 / 225 / 2261973 - 197473,8 m135 t1340 kW125 km/h200 places assises - 6 places pour vélos
21RBDe565565 721 à 729 / 731 à 7411982 - 199290 t154 t1650 kW125 km/h259 places assises - 5 places pour vélos
13RBDe566II566 230 à 2421984 - 198590 m159 t1650 kW125 km/h248 places assises - 5 places pour vélos
Rames automotrices à plancher bas
23RABe525 « NINA »525 001 à 014 / 028 à 030 / 032 à 0371998 - 200547,7 m79 t1000 kW140 km/h148 places assises - 3 places pour vélos
13RABe525 « NINA »525 015 à 0271998 - 200561,91 m96 t1000 kW140 km/h191 places assises - 6 places pour vélos
13RABe535 « Lötschberger »535 101 à 1132008 - 201062,7 m105 t1000 kW160 km/h167 places assises - 6 strapontins - 6 places pour vélos
12RABe535 « Lötschberger »535 114 à 125201262,7 m105 t1000 kW160 km/h142 places assises - 29 strapontins - 12 places pour vélos
28RABe515 « MUTZ »515 001 à 0282012 - 2014102,6 m216 t4000 kW160 km/h335 places assises - 6 places pour vélos
Véhicules spéciaux nostalgiques
1Ae015015 205193920,26 m140 t4415 kW100 km/hAncienne Ae 6/8 n° 205
1Ae415415 251194415,6 m80 t2945 kW120 km/hAncienne Ae 4/4 n° 251
1Ae485485 273195930,23 m160 t6474 kW120 km/hAncienne Ae 8/8 n° 273
1Be545545 7611953 auprès de l'ancienne BN23,7 m68 t1470 kW120 km/hAncienne Be 4/4 n° 761 - 56 places assises (2ème classe)
Locomotives CARGO
20Re485485 001 à 0202002 - 200318,9 m84 t5600 kW140 km/h-
10Re486486 001 à 0102008 - 200918,9 m84,7 t5600 kW140 km/hPeuvent rouler aussi en Allemagne, Autriche et Italie
15 Re 475 475 401 à 415 2016 - 2018 18.9 m 90 t 6400 kW 200 km/h Aptitudes:

CH / D / A / NL / I

Activités

Le secteur d'activités principal de la société concerne le transport de voyageurs, que ce soit par trains, par bus ou par bateaux, ainsi que le transport de fret. Dans le but de mener à bien ces deux activités de base, la société s'occupe aussi de la gestion de l'infrastructure lui appartenant en propre.

Concernant le transport de voyageurs, depuis décembre 2004, le BLS exploite :

  1. la totalité du RER bernois (S-Bahn Bern) en voie normale et une partie du RER lucernois.
  2. le trafic régional sur voies BLS (Spiez-Zweisimmen, Spiez-Reichenbach im Kandertal (Frutigen dès décembre 2006), Spiez-Interlaken et Brigue-Goppenstein), anciennement RM (par exemple Soleure-Thoune et Soleure-Moutier), et quelques voies CFF (Payerne-Kerzers et Kerzers-Büren an der Aare)
  3. des trains RE (Regio-Express) sur voies CFF (Berne-Lucerne) et BLS (Berne-Neuchâtel et dès décembre 2007, Berne-Brigue par la ligne de faîte du Lötschberg)
  4. la section Interlaken-Zweisimmen du train touristique "Golden-Pass Panoramic" (Lucerne-Interlaken-Zweisimmen-Montreux)

La capitalisation boursière de la société atteint 79 442 336 CHF en 2007[1].

Identité visuelle

Le sigle BLS date de 1906 quand la Compagnie du Chemin de fer des Alpes Bernoises Berne-Lötschberg-Simplon (en allemand : Berner Alpenbahn-Gesellschaft Bern-Lötschberg-Simplon) était fondée.

Galerie de photos

Notes et références

  1. « BLS AG », Office du Registre du commerce du canton de Berne (consulté le 13 janvier 2008)
  2. « BLS Lötschbergbahn AG », Office du Registre du commerce du canton de Berne (consulté le 13 janvier 2008)
  3. Page d'interview
  4. Page chiffres-clés sur le site du BLS
  5. Les Chemins de fer privés suisses, Éditions Avanti, Fritz Bandi, 1979
  6. [PDF] « Plan du réseau 2013 »

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des entreprises
  • Portail du chemin de fer en Suisse
  • Portail de l’Espace Mittelland
  • Portail du Valais
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.