BV 09 Borussia Dortmund

Le BV 09 Borussia Dortmund, communément appelé Borussia Dortmund ou BVB, est un club de football allemand fondé le et basé à Dortmund. Le nom complet du club Ballspiel-Verein Borussia, signifie en allemand "association de jeu de balle Borussia", si sa section football est la plus célèbre le BVB comprend aussi des équipes de handball[1] et de tennis de table[2]. Bien que "Borussia" soit le nom latin de la Prusse, c'est au nom d'une brasserie locale qu'il était fait référence[3]. Le club évolue en 1. Bundesliga, le premier échelon national du football allemand.

Pour les articles homonymes, voir BVB.
Borussia Dortmund
Généralités
Nom complet BallspielVerein 09 Borussia Dortmund
Surnoms Borussen, Schwarz-Gelben, BVB
Fondation
Couleurs Jaune et noir
Stade Signal Iduna Park
(81 365 places)
Siège Rheinlanddamm 207 - 209
44139 Dortmund
Championnat actuel Bundesliga
Président Reinhard Rauball
Entraîneur Lucien Favre
Joueur le plus capé Michael Zorc (563)
Meilleur buteur Alfred Preissler (168)
Site web bvb.de
Palmarès principal
National[note 1] Championnat d'Allemagne (8)
Coupe d'Allemagne (4)
Supercoupe d'Allemagne (6)
International[note 1] Coupe intercontinentale (1)
Ligue des champions (1)
Coupe des Coupes (1)

Maillots

Domicile
Extérieur
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 du Borussia Dortmund
0

Le Borussia est le premier club allemand à remporter une coupe d'Europe (la Coupe des Coupes en 1966) et devient, en 1997, le troisième club allemand à remporter la Ligue des champions. Son stade, le Signal Iduna Park (anciennement Westfalenstadion), est le plus grand stade du championnat d'Allemagne avec 80 720 places, et détient le record d'affluence moyenne en Europe durant la saison 2003-2004 avec 79 647 spectateurs. En 2000, le BVB devient le premier club allemand coté en bourse (Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA). Il fut également membre du G14 jusqu'à sa dissolution en 2008. Dortmund frôle la faillite au cours la saison 2004-2005[4] et ne rejoua les premiers rôles qu'à partir de son 7e titre remporté lors de la saison 2010-2011. Le Borussia Dortmund entretient une grande rivalité avec les autres clubs de la Ruhr, en particulier avec Schalke 04. Et depuis le début des années 90, avec le Bayern Munich. Le club compte également de nombreuses catégories junior dans son centre de formation, ainsi qu’une équipe réserve nommée Borussia Dortmund II.

Historique du club

De la naissance à l'après-guerre (1909-1945)

Le club est fondé le 19 décembre 1909 sous le nom de BV Borussia 1909 Dortmund (Borussia étant le nom néolatin de la Prusse[5]) par un groupe de jeunes ouvriers des aciéries de Dortmund et des mineurs. La décision est prise de manière très spontanée, ce qui explique que personne n'a pensé à chercher un nom pour ce nouveau club. Le club est baptisé « Borussia » du nom d'une brasserie locale[3]. Dans la foulée, Heinrich Unrger devient le premier président du Borussia Dortmund.

Dans les années 1930, le club de la Ruhr est déjà l'une des équipes les plus en vue d'Allemagne.

Comme tant d'autres en Allemagne, le club a pratiquement dû repartir de zéro à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Il est refondé du club sous le nom de SG Borussia 1898 Dortmund dans un premier temps, puis sous son nom définitif BV 09 Borussia Dortmund.

De l’Oberliga aux débuts européens

En 1947, le Borussia Dortmund remporte la division de Westphalie (régionale) et évolue l'année suivante en Oberliga Ouest, l'un des cinq groupes régionaux de la première division du championnat allemand, dont les cinq vainqueurs jouent ensuite un mini-championnat qui décide du titre de Champion d’Allemagne. Dortmund remporte les trois premières éditions de sa division : 1948, 1949 et 1950 puis 1953 mais manque les titres de champion d'Allemagne lors des tournois nationaux. Il faut attendre 1956 pour que le Borussia réalise enfin ce « doublé » et devienne pour la première fois champion d’Allemagne. L’année suivante, le club réédite son doublé Oberliga - championnat national et participe à sa première Coupe d’Europe, la Coupe des clubs champions, mais est éliminé dès les huitièmes de finale par Manchester United (0-0 ; 2-3). Un an plus tard, durant la saison 1957-1958, les jaunes et noirs n’atteignent que la cinquième place de leur division Ouest, alors qu'en Coupe des Champions ils atteignent les quarts de finale, où ils échouent face au Milan AC (1-1 ; 1-4). Dortmund termine vice-champion encore en 1961 puis champion d’Allemagne en 1963 bien qu'ayant fini deuxième de sa division.

La première édition professionnelle

C’est donc en tant que champion en titre que le Borussia Dortmund participe à la première édition de la nouvelle formule de la Bundesliga 1963-1964, devenue professionnelle et à poule unique. Timo Konietzka devient le premier buteur de la Bundesliga lors de la première journée face au Werder Brême (2-3). Le club de la Ruhr ne termine la saison qu’à la 4e place mais atteint les demi-finales de la Coupe des Champions, où il chute face à l’Inter Milan (2-2; 0-2). L’année suivante, le club remporte sa première coupe d’Allemagne (DFB Pokal) et se qualifie donc pour la Coupe des Coupes, qu'il remporte l'année suivante après prolongation face à Liverpool. En championnat, Dortmund échoue derrière Munich 1860 malgré l’excellente performance de l’attaquant Lothar Emmerich qui termine meilleur buteur du championnat avec 31 réalisations. L’année suivante, le canonnier allemand récidive en remportant une nouvelle fois sa distinction avec 28 unités mais son club rate à nouveau le titre, finissant à la troisième place.

La chute

À partir de 1968, le niveau de l'équipe décroit. Elle joue le maintien jusqu’à être finalement relégué en 1972. Le club de Westphalie reste quatre saisons en seconde division. Durant cette période, le club connait son premier sponsor, la ville de Dortmund elle-même, qui finance son stade du Westfalenstadion en vue de la prochaine Coupe du monde en Allemagne. Revenu dans l’élite en 1976, le club ne joue pas les premiers rôles, terminant jusqu’au début des années 1980 en milieu de tableau malgré la présence du meneur Manfred Burgsmüller. À partir de 1983, il doit à nouveau lutter contre la relégation durant trois saisons malgré l’apparition d’un jeune talent, Michael Zorc.

Retour au premier plan

Continental devient le nouveau sponsor du club qui recrute un défenseur prometteur, Thomas Helmer. Dortmund termine à la 4e place du championnat[réf. nécessaire], son meilleur classement depuis 19 ans. Cette place lui permet de renouer avec l’Europe et les Dortmundern atteignent les huitièmes de finale, éliminés par Bruges. Si l’équipe passe à côté de sa saison 1987-1988, celle qui suit voit l’éclosion d’un nouveau héros au club, Andreas Möller. En 1989, Dortmund renoue avec la victoire en remportant la Coupe d'Allemagne et dans la foulée la Super Coupe allemande. L’année suivante, Möller et les siens terminent à nouveau à la quatrième place et atteignent les huitièmes de finale de la Coupe des Coupes. Toutefois, ils se consolent en démarrant une série de trois titres consécutifs dans la nouvelle Coupe hivernale lors des éditions 1990, 1991 et 1992. En 1990-1991, les résultats sont toutefois décevants. Le BVB termine à la 11e place et est éliminé en huitièmes de finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football par les italiens de la Sampdoria (1-1 ; 0-2), qui remporteront la compétition par la suite. Horst Köpel doit démissionner, Ottmar Hitzfeld prend les commandes.

L’effet Hitzfeld

Pour la saison 1991-1992, Dortmund recrute l’attaquant Stéphane Chapuisat. Le jeune Suisse prend ses marques immédiatement et inscrit 20 buts durant la saison. Le club respire la santé et termine à la seconde place derrière le VfB Stuttgart, à la différence de buts. Cette même saison, l’affluence au stade connaît une forte augmentation, passant de 33 000 à 41 000 spectateurs. L’année suivante, le meneur de jeu Andreas Möller est épaulé par un nouveau prodige recruté à l’Inter, l'Allemand de l'est Matthias Sammer. Le club ne termine qu’à la 4e place mais atteint la finale de la Coupe UEFA après avoir éliminé le Real Saragosse, l’AS Rome et l'AJ Auxerre aux tirs au but. Le BVB chute lourdement en finale face à la Juventus (1-3 ; 0-3). Le club se stabilise et confirme sa régularité dans le championnat en terminant une nouvelle fois à la 4e place et en atteignant les quarts de finale en Coupe UEFA, chutant contre l’Inter de Milan (1-3 ; 2-1).

Sammer au sommet

Pour la saison 1994-1995, bien qu’amputé de Helmer, parti au Bayern Munich, Dortmund, toujours emmené par ses artisans Sammer, Möller, Zorc et Chapuisat remporte son 1er championnat d'Allemagne depuis l’instauration du professionnalisme 32 ans auparavant. La Super Coupe d’Allemagne est également remportée face au Borussia Mönchengladbach. La fête est toutefois « gâchée » par une nouvelle élimination en quarts de finale de la Coupe UEFA par la Juventus. L’année suivante, en 1996, le puissant international allemand Jürgen Kohler renforce l’effectif de Dortmund qui conserve son titre de champion d’Allemagne et remporte la Super Coupe d’Allemagne. Dortmund participe à sa première Coupe d'Europe des clubs champions depuis plus de quarante ans, finissant son parcours en quarts de finale. Durant ce doublé, Matthias Sammer est élu à deux reprises meilleur joueur du championnat allemand et il reçoit le Ballon d'or après avoir été l'artisan de la victoire de l'Allemagne durant l'Euro 1996. Il est considéré comme le « Kaiser de Dortmund ». En effet, depuis son arrivée, Ottmar Hitzfeld avait bâti son équipe autour du libéro allemand, devenu entretemps le prolongement de l'entraineur par sa vision du jeu et ses facultés de meneur et d'organisateur. Ses incursions en seconde ligne et sa relance exceptionnelle faisaient de Sammer l'élément clé du dispositif d'Hitzfeld.

Le sacre dans une revanche

Si le Borussia ne remporte pas son troisième championnat consécutif, à la suite de blessures récurrentes de son meneur Sammer, il signe néanmoins lors de la saison 1996-1997 sa plus haute performance en remportant la très convoitée Ligue des champions dans l'Olympiastadion du rival munichois, face à la Juventus, bête noire du club en Coupe UEFA. L’international allemand Karl-Heinz Riedle signe rapidement un doublé en première période. En seconde période, Alessandro Del Piero redonne de l’espoir aux Turinois à l’heure de jeu. Dès lors suit un véritable siège de la défense allemande. Ottmar Hitzfeld remplace Chapuisat, épuisé, et lance le jeune Lars Ricken. Ce choix est payant puisque le milieu de terrain inscrit le 3e but de son club dix secondes après être entré en jeu. Après la Coupe des vainqueurs de coupes, le BVB remporte sa seconde Coupe d’Europe et devient le 3e club allemand à obtenir le trophée après le Bayern Munich et le Hambourg SV. La Coupe intercontinentale est ensuite remportée contre Cruzeiro (2-0). Cette saison voit les affluences encore augmenter, jusqu’à parvenir à 51 000 spectateurs en moyenne.

La fin de la génération d’or, début du « foot business »

Matthias Sammer est une nouvelle fois touché au genou en début de saison 1997-1998. Les longues semaines d'attentes concernant son retour sont vaines, le "Baron rouge" met fin à sa carrière au début de l'année 1998 laissant orphelin le Borussia Dortmund ainsi que la Nationalmannschaft. Dortmund atteint les demi-finales de Ligue des champions mais ne termine que 13e du championnat. L’année suivante, c’est au tour d’Ottmar Hitzfeld de quitter l’équipe pour entrainer le Bayern Munich. Il est remplacé par Nevio Scala qui conduit l’équipe jusqu’à la 4e place et remporte une 4e Coupe hivernale en 1999 (record). C'est aussi la dernière saison de Michael Zorc qui devient le joueur le plus capé du club (463 matchs) et se reconvertit en manager sportif du club[6]. En 2000, Dortmund chute une nouvelle fois au classement (11e) et est sorti par Galatasaray en 1/8e de finale de Coupe UEFA. Andreas Möller quitte le club après neuf années de services. Afin de relancer l’équipe à la conquête de l’Allemagne et de l’Europe, le club rentre en bourse à la fin de la saison. Cette même année, le club fait partie des fondateurs du G14 représentant, avec le Bayern Munich, le football allemand.

Sous le label Borussia Dortmund GmbH & Co. KGaA, le BVB cote 50 % de sa propriété en bourse et de la seconde moitié, 24,9 % appartienne à la Deutsche Bank. Avec cette affiliation, en plus du nouveau contrat avec E.ON AG, l'une des plus fortes affluences de Bundesliga (60 000 spectateurs) et les puissants droits TV de Kirch, le BVB se lance dans un recrutement massif et couteux à l’image de Tomáš Rosický, Torsten Frings, Ewerthon, Jan Koller, Victor Ikpeba, Márcio Amoroso ou encore Evanílson. Pourtant, les résultats ne sont pas aussi prolifiques que ce qu’espéraient les dirigeants par ce lourd investissement. Dortmund atteint à trois reprises consécutives le podium entre 2001 et 2003 et remporte son 6e titre de champion en 2002 sous l'entraînement de Matthias Sammer, revenu en catastrophe sauver son équipe de cœur en tant que plus jeune entraineur de l'histoire de Bundesliga à 33 ans. Sammer échoue en finale de la Coupe UEFA la même année face au Feyenoord Rotterdam (2-3). Lors de la saison 2002-2003, Dortmund se fait éliminer lors de la seconde phase de groupe de Ligue des champions et perd sa deuxième en Bundesliga lors de la dernière journée au bénéfice de Stuttgart, ce qui le prive d'une qualification directe pour la C1.

Proche de la faillite, les années noires

En septembre 2003, les lourds investissements du Borussia ne sont plus assurés d'être remboursés par les droits TV du puissant groupe de Kirch, qui a fait faillite plus d'un an auparavant. Seuls des résultats sur le plan sportif peuvent permettre au club de revenir dans "une zone verte" via les primes et de maintenir la valeur de ses actions cotées en bourse.

Du point de vue sportif, le Borussia Dortmund se fait sortir au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions par le FC Bruges aux tirs au but. Cette élimination est lourde de conséquences : plus de 15 millions d'euros de pertes. Márcio Amoroso, meilleur buteur de la Bundesliga l'année précédente (22 buts), se blesse quelques jours plus tard, et se trouve indisponible pour au moins deux mois. Son contrat est rompu fin mars à la suite de la volonté du Brésilien de vouloir se faire soigner au Brésil sans autorisation[réf. nécessaire].

À la suite de la perte des gains de la Ligue des champions, c'est l'entraineur Mathias Sammer qui est le premier à s'investir en réduisant volontairement son salaire : "Il est logique que je sois le premier à en supporter les conséquences, même si mon salaire n'est pas très important.". Une semaine plus tard, c'est l'ensemble des joueurs qui décident de réduire leurs salaires de 20 %, un acte à la fois bénéfique et symbolique prouvant leur attachement au club. Mais la saison tourne au désastre. Le club qui avait déjà manqué la Ligapokal (perdue en finale contre Hambourg) se fait sortir dès les 1/16 de la Coupe d'Allemagne par Mönchengladbach. Dortmund se fait également éliminer sans gloire de la Coupe UEFA par Sochaux, dès le deuxième tour préliminaire, après une correction (4-0). La dernière ligne droite vire au cauchemar : Dortmund perd la 5e place à la dernière journée du championnat, et ne se qualifie par pour une coupe d'Europe. Sammer est le premier sanctionné et il est remplacé par Bert van Marwijk (qui avait privé le BVB de la Coupe UEFA en 2002 avec Feyenoord).

La saison 2004-2005 est toute aussi désastreuse. Le club est éliminé en Intertoto dès le premier tour par le KRC Genk, et en 1/8 de Coupe d'Allemagne par Hanovre. Dortmund ne termine qu'à la 7e place et n'est qualifié pour l'Intertoto que miraculeusement, grâce au coefficient "Fair-play" allemand. Entre-temps, une mauvaise gestion du club accroit la crise : les recettes de la saison sont négatives et creusent les dettes (de 68 à 118 millions). Les actions en bourse chutent de 80 % (de 11 euros, l'action passe à 2,5). Le stade est vendu à 75 % en plusieurs étapes à Molsiris (une branche de la Commerzbank). Le club doit désormais louer son propre stade 17 millions d'euros par an pour y jouer[réf. nécessaire].

En 2005, d'importants créanciers du Borussia Dortmund approuvent le plan d'assainissement du club, épargnant ainsi la faillite et une relégation en championnat amateur. La licence du Borussia aurait pu être refusée pour la saison suivante, avec pour conséquence une relégation en championnat amateur (D3). Le stade n'est racheté à 51,2 % qu'en 2006 pour une somme de 57,2 millions d'euros notamment grâce à l'aide d'un crédit (étalé sur 15 ans) de la banque américaine Morgan Stanley. À cette époque, le club bénéficie également d'un prêt de la part de son rival national, le Bayern Munich[7]. Le sponsor Nike règle d'un coup la totalité de la somme de son partenariat (75 millions d'euros) avec le club de la Ruhr et la société énergétique RAG signe l'un des contrats les plus juteux de la Bundesliga (8,5 millions d'euros par an), malgré la situation critique du club. Cette année marque la fin de la chute du BVB mais les dégâts sont tels que le manager, Michael Zorc, déclare qu'il faudra attendre 2009 ou 2010 pour revoir Dortmund aussi compétitif que ses rivaux Schalke, Hambourg ou Brême.

Lors de la saison 2006-2007, le club affiche un bilan positif pour la première fois depuis trois ans. Mais les « jaunes et noirs » ont entre temps perdu la plupart de leurs joueurs clés (notamment Tomáš Rosický et David Odonkor) pour s'en sortir, et procédé à de nombreuses réductions de salaires. Le club se retrouve dans la zone de relégation, ce qui n'était plus arrivé depuis une trentaine d'années. Dortmund termine néanmoins à la 9e place grâce entre autres à Alexander Frei, arrivé en début de saison. Le club se "console" en privant son rival historique Schalke 04, du titre grâce à sa victoire 2-0 lors de l'avant-dernière journée. Financièrement, Dortmund réalise la plus grosse recette européenne des clubs non-engagés en coupe d'Europe avec plus de 70 millions d'euros : une démonstration de la compétitivité économique du club, qui doit croitre rapidement selon le directeur des finances, Hans-Joachim Watzke[réf. nécessaire].

Thomas Doll, arrivé comme entraineur en fin de saison, a eu un rôle non négligeable dans le sauvetage de la relégation du Borussia, mais est critiqué la saison suivante (2007-2008), par sa direction et le sponsor principal du club (RAG), pour le manque de combativité de ses joueurs ainsi que les mauvais résultats (13e place). Avant de démissionner, il réussit toutefois son pari de qualifier le club pour la Coupe UEFA via la Coupe d'Allemagne (finaliste contre le Bayern). Cette qualification européenne, attendue depuis trois ans, est pour les supporters et dirigeants le symbole de la fin d'une longue crise et d'un retour du club de la Ruhr sur le devant de la scène. En mars 2008, le Borussia Dortmund se lance dans un projet de coopération avec l'Austria Vienne qui prévoit une aide mutuelle concernant la formation des jeunes, le scouting ainsi, le recrutement d'entraineur et matchs amicaux entre les deux clubs. RAG change de nom en cours de saison en Evonik.

Jürgen Klopp, un nouveau départ

Pour la saison 2008-2009, les dirigeants, alliés à l'entreprise Sportfive, préparent un nouveau crédit pour continuer le rachat du stade pendant que les dettes ne s'élèvent plus qu'à 61,7 millions d'euros (plus de 120 millions ayant été remboursé en seulement 2 ans). Un renouvellement de l'effectif est à l'ordre du jour, ainsi qu'un changement d'entraîneur, Jürgen Klopp succédant à Thomas Doll. La saison démarre par un succès face au Bayern (2-1) lors du come-back de la Supercoupe d'Allemagne, dans une atmosphère de revanche de la finale de la coupe d'Allemagne précédente. Le traditionnel Revierderby a une saveur toute particulière en septembre 2008 puisque cela faisait plus de vingt ans qu'il n'avait plus eu lieu alors que les deux protagonistes sont positionnés sur les marches du podium. Le scénario est exceptionnel puisque le Borussia est parvenu dans la dernière demi-heure à égaliser à 3-3, via un doublé d'Alexander Frei (et une passe décisive), après avoir été mené 0-3 jusqu'à la 67e minute.

Moins heureux en coupe d'Europe, Klopp et ses troupes sont sortis au premier tour de la Coupe UEFA par l'Udinese aux tirs au but (0-2; 2-0; 4-2 tab). En octobre, la crise des subprimes touche également le monde du football et le Borussia Dortmund qui voit ses actions rechuter à 1,14 euro à la bourse de Francfort[8]. Insatisfait des résultats depuis deux ans, le sponsor Evonik prolonge néanmoins son contrat jusqu'en 2011 mais le revoit à la baisse (6,5 millions d'euros par an). Durant la trêve hivernale, un changement d'équipementier est conclu pour la saison 2009-2010 avec l'arrivée de Kappa (4 M€/an) pendant que Signal Iduna poursuit son partenariat (7 M€/an) jusqu'en 2016.

Le BVB termine la saison à la 6e place avec 59 points, soit son meilleur classement depuis quatre ans et le meilleur quota de points depuis 2002-2003. Les résultats sont néanmoins insuffisants pour se qualifier pour une coupe d'Europe puisque la 6e place n'est pas qualificative (le Werder Brême vainqueur de la coupe nationale étant 10e, ne permettant pas un report de la place qualificative sur le championnat).

La saison 2009-2010 confirme le renouveau du club centenaire, et c'est avec un effectif particulièrement jeune (Götze, Großkreutz, Schmelzer, Hummels, Bender ou Le Tallec, ont alors moins de 23 ans) et grâce à l'arrivée de Lucas Barrios (19 buts en 33 matches) que le Borussia termine à la 5e place du championnat, qualificative pour la Ligue Europa. Le Signal Iduna Park affiche alors la plus importante affluence moyenne d'Europe, avec plus de 77 000 spectateurs par match.

Club majeur de Bundesliga et retour constant en Europe

les joueurs de Dortmund célébrant le titre en 2011

Le début de saison 2010-2011 dépasse toutes les espérances en championnat. L'équipe, de nouveau rajeunie par les jeunes mais talentueux Kagawa et Lewandowski, affole les compteurs (43 points pris sur 51 possibles, 7 victoires consécutives, 2,17 buts par match, meilleure attaque et défense) et est sacrée championne d'automne avec pas moins de 10 points d'avance sur le 2e et 14 sur le Bayern Munich, tenant du titre.

Le club rate toutefois son retour en coupe d'Europe puisqu'il est éliminé de la Ligue Europa dès la phase de poule, notamment battu à domicile par le FC Séville et tenu deux fois en échec par le Paris Saint-Germain. Le club rhénan ne fait pas mieux en Coupe d'Allemagne, sorti aux tirs au but par les Kickers Offenbach en 16e de finale.

En seconde partie de saison, le club ne perd que peu d'avance sur ses poursuivants et remporte deux journées avant la fin du championnat son septième titre national, le premier depuis neuf ans.

Équipe type de la saison 2011-2012

Le début de la saison 2011-2012 est plus que poussif avec une 11e place à la 7e journée. Les performances sont notamment ternies par le départ du maître à jouer Nuri Şahin pour le Real Madrid. En parallèle, le club essuie un nouvel échec en Ligue des champions, en étant éliminé dès le premier tour, terminant dernier de sa poule.

Le club parvient néanmoins à refaire son retard sur le Bayern Munich (3 points à la trêve hivernale) puis à le dépasser en février grâce à une série de 28 matchs sans défaite (record de matchs sans défaite dans une saison du Bundesliga dépassant le précédent établie à 36 matchs sans défaite sur deux saisons par le Hamburger SV - saisons 1981-82 et 1982-83). La 30e journée offre une sorte de « finale » du championnat lors de la réception du Bayern Munich, les deux équipes se tenant à trois points. Les Schwarz-Gelben s'imposent 1-0 grâce à une nouvelle réalisation de Lewandowski, révélation de la saison. À peine plus tard, le BVB s'impose à Schalke (2-1) dans un derby de la Ruhr houleux et profite du nul bavarois à Mayence pour porter l'écart à 8 points. Le titre est officiellement remporté lors de la 32e journée et une victoire 2-0 face au Borussia Mönchengladbach.

Lors de cette saison de tous les records, le Borussia Dortmund affiche une moyenne de plus de 80.500 spectateurs dans son stade en championnat et se succède à lui-même comme record mondial d'affluence moyenne sur une saison[9]. Avec 81 points au compteur, le précédent record de points pris en une saison est battu (il était jusque-là détenu par le Bayern, avec 79 points en 1971-72 et 1972-73). À la suite de ce huitième titre de champion d'Allemagne, le 5e sous l'ère Bundesliga, Dortmund se voit octroyer une seconde étoile sur son maillot pour la saison 2012-2013[réf. nécessaire].

Le , le Borussia remporte la Coupe d'Allemagne aux dépens du Bayern Munich (5-2) et réalise de ce fait son premier doublé coupe-championnat[10].

Rapidement distancé par le Bayern Munich en 2012-2013, 12 points d'écart à la trêve hivernale, l'équipe de Jürgen Klopp connut plus de succès en Ligue des champions, terminant première du "groupe des champions" en phase de poule face au Real Madrid, Manchester City et AFC Ajax. Lors des phases finales de cette campagne européenne, les "Borussen" sortirent ensuite le Chakhtar Donetsk, le Malaga CF et le Real Madrid avant de se qualifier pour la finale à Wembley. Le samedi , seize ans après son succès de 1997, Dortmund dispute la deuxième finale de "C1" de son histoire. Le club s'incline 2-1 face au Bayern Munich.

Entre temps, le Borussia ne parvint pas à rattraper son concurrent en championnat et se fait éliminer en quart de finale de la Coupe d'Allemagne par ce même Bayern. Malgré un retard cumulé de 25 points à la fin de l'édition 2012-2013, Dortmund termine vice-champion d'Allemagne et se qualifie pour la troisième fois consécutive en Ligue des champions.

Lors de la saison 2013-2014, le Bayern Munich distance une nouvelle fois le Borussia, qui termine le championnat à 71 point, à 19 points du rival Bavarois. Le club réalise une campagne européenne en Ligue des Champions satisfaisante, terminant premier d'un groupe assez relevé face à Arsenal, Naples et l'Olympique de Marseille. Le club échoue en quart de finale, face au club qui avait été éliminé par le Borussia la saison précédente, le Real Madrid. Le Borussia Dortmund atteint la Finale de la Coupe d'Allemagne, perdue face au Bayern Munich sur le score de deux buts à zéro après prolongations.

La saison 2014-2015 fut nettement plus compliqué pour le club de la Ruhr , notamment à cause d'un début de saison en Bundesliga assez tumultueux. Le club est très vite distancé par ses rivaux et peine à remporter des matchs. Le 30 novembre 2014, le club est lanterne rouge du championnat, après une nouvelle défaite à Francfort, la huitième de la saison. A la trêve, le club est avant-dernier de Bundesliga. En Ligue des Champions pourtant, malgré la crise sportive connue en championnat, le club termine pour la troisième année consécutive premier de son groupe et se qualifie pour les huitièmes de finale.

Le club va peu à peu se relever lors de la seconde partie de saison. Malgré l'élimination en Coupe d'Europe face à la Juventus, le Borussia va retrouver la victoire en championnat et se permet même d'envisager de terminer parmi les places qualificatives en Coupe d'Europe. Le club obtient une qualification symbolique pour la finale de la Coupe, après avoir éliminé le Bayern Munich aux tirs au but en demi-finale.

Le , l'entraîneur, Jürgen Klopp, symbole du renouveau du Borussia, annonce qu'il quitte le club à la fin de la saison. Il est remplacé par Thomas Tuchel, lui aussi ancien entraîneur de Mayence et chargé de redresser le club après une 7e place de Bundesliga et une finale de coupe d'Allemagne perdue contre Wolfsbourg (3-1). Le club est tout de même qualifié pour la Ligue Europa.

Après un été où le club aura su préserver ses stars, Thomas Tuchel réussit son début de saison à la tête du club, devenant l'entraîneur qui a le mieux commencé son mandat de l'histoire du Borussia avec onze victoires en autant de matchs (remporter ses onze premiers matchs officiels est une première pour le club). C'est également le meilleur début de saison de l'histoire de la Bundesliga avec cinq victoires en cinq matches, dix-huit buts inscrits et trois encaissés[11]. Sous les ordres de Tuchel, le BVB retrouve les principes de l'ère Jürgen Klopp : pressing tout terrain et jeu offensif. Le nouvel entraîneur a surtout fait des choix forts comme celui d'écarter Roman Weidenfeller, gardien titulaire du club depuis de longues saisons, pour le remplacer par Roman Bürki, bien plus jeune. Thomas Tuchel fait également confiance à Julian Weigl, un jeune milieu de terrain de 20 ans, qui fait partie des révélations du début de saison[12]. Le club termine vice-champion après une saison exceptionnelle, devenant le meilleur second de l'histoire du championnat. Sur le plan européen, l'équipe est éliminée lors d'un quart de finale épique de la Ligue Europa par le Liverpool dirigé par son ancien entraineur Jürgen Klopp. En Coupe, le club perd pour la troisième saison consécutive en finale, une nouvelle fois face au Bayern, aux tirs au but après un match nul vierge.

La saison suivante, le club réalise un mercato estival de qualité, recrutant des jeunes joueurs comme Marc Bartra, Ousmane Dembélé ou encore Raphaël Guerreiro. Malgré cela, le club échoue à la troisième place du championnat, derrière le promu Leipzig et le Bayern Munich. Le club réalise tout de même une saison européenne séduisante, terminant premier de son groupe devant le Real Madrid et en réalisant au passage le record de buts en phase de poules de la Ligue des Champions. L'aventure européenne est stoppée en quart de finale par une surprenante équipe de Monaco, et des séquelles flagrante dues à l'attaque du bus effectué à cette occasion envers les joueurs de l'équipe. Le Borussia se console par une victoire en finale de Coupe d'Allemagne, après trois finales perdues d'affilée dans cette compétition grâce à une victoire face à Francfort sur le score de deux buts à un.

Lors de la saison 2017-2018, le BVB ne se montre guère convaincant. Le club embauche d'abord le Néerlandais Peter Bosz qui sort d'une belle saison avec l'Ajax Amsterdam (Finaliste de l'Europa League). Néanmoins, malgré un début de saison flamboyant, le Borussia perd en qualité de jeu et se retrouve hors course pour le titre avant Noël. Peter Stöger lui succède le 10 Décembre 2017. Il ne fait pas mieux que son prédécesseur mais réussi tout de même à qualifier le Borussia Dortmund pour la prochaine édition de la Ligue des champions.

Dortmund aborde la saison 2018-2019 avec un nouvel entraîneur, le Suisse Lucien Favre[13]. Le club décide de revenir à ses fondamentaux et penche pour un recrutement relativement jeune et l'arrivée du cadre belge, Axel Witsel. Le succès est au rendez-vous, l'équipe inscrit, entre autres, au minimum deux buts à chaque match joué à domicile[14], mais termine une nouvelle fois dernière le Bayern de Munich au classement avec deux petits points de retards mais surtout après s'être écrouler vers la fin du championnat alors qu'il avait occupé la première place durant 21 journées.

Néanmoins avec ce statut de vice-champion et la victoire du Bayern en coupe, les deux clubs s'affrontent en 2019 pour le trophée de la Supercoupe d'Allemagne. Ici le Borussia parvient à s'imposer à domicile sur le score de 2 à 0, gagnant pour la sixième fois ce titre.

Attaque à l'explosif contre le bus de l'équipe

Le 11 avril 2017, alors que le bus de l'équipe allemande s'apprête à transporter les joueurs au Westfalenstadion pour disputer le quart de finale aller face à Monaco en Ligue des champions, trois bombes explosent. Un joueur, Marc Bartra, et un policier sont blessés.

L'enquête suppose rapidement qu'il s'agit d'une attaque terroriste islamiste en raison des lettres trouvées sur les lieux annonçant que l'attaque est une action de représailles pour les musulmans tués dans l'intervention militaire allemande contre l'Etat islamique et menaçant d'autres attaques si l'Allemagne ne se retire pas et que la base militaire américaine de Ramstein reste ouverte.

Cependant, les incohérences des éléments de preuve ont rapidement amené les enquêteurs à considérer qu'il s'agissait d'une flagrante attaque à fausse bannière. D'autres revendications, supposément des groupes d'extrême gauche et d'extrême droite, ont également fait l'objet d'une enquête. Une fausse revendication de l'attentat est publiée sur un site Indymedia au nom d'un imaginaire groupe antifasciste, avant d'être rapidement retirée par les administrateurs du site alternatif [15]. Le faux communiqué s'avère très vite être un hoax provenant de l'extrême-droite[16]. Pourtant cette manipulation a été massivement relayée sur les pages web de nombreux médias, notamment L'équipe relayent cette fake news sans aucune précaution, mettant un certain temps à la supprimer ou y apporter un correctif[17]. On peut d'ailleurs encore la trouver sur certains médias comme le site du Nouvel Obs[18] ou encore Football.fr[19].

Le 21 avril 2017, la police allemande a arrêté un homme soupçonné d'avoir déposé les bombes dans le but de faire chuter le prix de l'action du club et tirer profit des mandats qu'il avait achetés avant l'attaque[15]. Le site Capital.fr parle alors du "premier attentat boursier de l'histoire"[20]. Fin novembre 2018, onze mois après, Serguei Wenergold, âgé de 29 ans, est reconnu coupable de "tentatives de meurtres" par le tribunal de Dortmund et condamné à 14 ans de réclusion alors que le parquet avait requis la perpétuité[21]. Wenergold renonce à faire appel de la condamnation[22].

Identité et image

Couleurs et tenues

À partir de 2012, le logo du club est rehaussé de deux étoiles honorifiques qui symbolisent l'obtention d'un cinquième titre national (depuis le format actuel de la Bundesliga débutant lors de la saison 1963-1964). Ce système propre au championnat allemand récompense d'une étoile pour trois titres de champion, deux étoiles pour cinq titres, trois étoiles pour dix titres et quatre étoiles pour vingt titres.

Structures du club

Stade

Le stade du Borussia, le Signal Iduna Park (ancien Westfalenstadion), est surnommé « la cathédrale » en Allemagne tant l'ambiance y est atypique. La Südtribune de Dortmund, avec une capacité de près de 25 000 places debout derrière le but du virage sud, est actuellement la plus grande tribune de fans debout d'Europe. On la surnomme « le mur jaune ».

Équipementiers et sponsors

Équipementiers
  • 1974-1990 : Adidas
  • 1990-2000 : Nike
  • 2000-2004 : Goool.de
  • 2004-2009 : Nike
  • 2009-2012 : Kappa
  • Depuis 2012 : Puma
Sponsors
  • 1974-1976 : Ville de Dortmund
  • 1976-1978 : Samson (marque de cigarettes)
  • 1978-1980 : Prestolith (produits de beauté)
  • 1980-1983 : UHU (marque de colle)
  • 1983-1986 : Artic (glace)
  • 1986-1997 : Continentale (firme d'assurances)
  • 1997-1999 : s.Oliver (entreprise de mode)
  • 1999-2005 : e.on AG (groupe d'énergie)
  • Depuis 2006 : Evonik Industries AG“ (groupe industriel d'énergie, chimie et immobilier)

Palmarès et statistiques

Trophées remportés

Compétitions internationales Compétitions nationales Compétitions régionales

Bilan

Scène nationale (depuis 1998)

Scène européenne

Vitrines des trophées remportés par le Borussia Dortmund.
Compétition Saisons J V N D BP BC +/-
Coupe intercontinentale1110020+2
Ligue des champions15100532130174123+51
Coupe des vainqueurs de coupe3159333215+17
Coupe UEFA127135132210070+30
Supercoupe de l'UEFA1201113-2
Coupe Intertoto24121330
Récapitulatif des résultats du Borussia Dortmund en Coupes d'Europe au [23]

Coefficient UEFA

Le 1er juin 2019 le Borussia Dortmund est classé à la 13eplace du classement UEFA[24].

Records

  • Nombre d'années en Bundesliga (depuis 1963) : 49 saisons en première division
  • Nombre de points en Bundesliga : 2772 points depuis 1963 (3e au classement historique[note 2])
  • Plus large victoire : 11-1 face à Arminia Bielefeld en 1982-1983
  • Plus large défaite : 0-12 face à Borussia Mönchengladbach en 1977-1978
  • Meilleur buteur du club : Manfred Burgsmüller avec 135 buts (1976-1983)
  • Joueur le plus capé du club : Michael Zorc avec 463 matchs (1981-1998)
  • Plus grosse indemnité de transfert payée : Mats Hummels pour 38 millions d'euros à Bayern Munich (2019-2020)
  • Plus grosse indemnité de transfert reçue : Ousmane Dembélé pour 105 millions d'euros (+42 de bonus) au FC Barcelone (2017-2018)

Distinctions personnelles

Titre de meilleur joueur allemand de l'année
Titre de meilleur buteur du Championnat allemand
Titre de meilleur joueur du Championnat allemand

Personnalités du club

Entraîneurs

Jürgen Klopp, entraîneur de 2008 à 2015.
Liste des entraîneurs du Borussia Dortmund depuis 1935[25],[26]


Grands joueurs du club

Pays Nom Période
Max Michallek1947-1960
Heinrich Kwiatkowski1952-1956
Alfred Kelbassa1954-1963
Alfred Schmidt1956-1968
Friedhelm Konietzka1958-1965
Jürgen Schütz1959-1963
Lothar Emmerich1960-1969
Dieter Kurrat1960-1974
Hans Tilkowski1963-1967
Reinhard Libuda1965-1968
Siegfried Held1965-1971
1977-1979
Willi Neuberger1966-1971
Lothar Huber1974-1987
Mirko Votava1974-1982
Bernd Krauss1976-1977
Manfred Burgsmüller1976-1983
Eike Immel1978-1986
Rüdiger Abramczik1980-1983
Rolf Rüssmann1980-1985
Michael Zorc1981-1998
Marcel Răducanu1982-1988
Frank Pagelsdorf1984-1988
Horst Hrubesch1985-1986
Norbert Dickel1986-1990
Thomas Helmer1986-1992
Frank Mill1986-1994
Murdo MacLeod1987-1990
Pays Nom Période
Andreas Möller1988-1990
1994-2000
Michael Rummenigge1988-1993
Sergueï Gorlukovich1989-1992
Stefan Klos1990-1998
Flemming Povlsen1990-1995
Stéphane Chapuisat1991-1999
Harald Schumacher1992-1996
Matthias Sammer1992-1998
Stefan Reuter1992-2004
Karl-Heinz Riedle1993-1997
Steffen Freund1993-1998
Lars Ricken1993-2009
Leonardo Rodríguez1994-1994
Júlio César1994-1999
Patrik Berger1995-1996
Jörg Heinrich1995-1998
2000-2003
Jürgen Kohler1995-2002
Heiko Herrlich1995-2004
Paul Lambert1996-1997
Paulo Sousa1996-1998
Wolfgang Feiersinger1996-2000
Thomas Häßler1998-1999
Sergej Barbarez1998-2000
Miroslav Stević1998-2002
Dedê1998-2011
Fredi Bobic1999-2002
Pays Nom Période
Jens Lehmann1999-2003
Evanilson1999-2005
Christian Wörns1999-2008
Sunday Oliseh2000-2004
Christoph Metzelder2000-2007
Márcio Amoroso2001-2004
Ewerthon2001-2005
Jan Koller2001-2006
David Odonkor2001-2006
Tomáš Rosický2001-2006
Torsten Frings2002-2004
Sebastian Kehl2002-2015
Roman Weidenfeller2002-2018
Euzebiusz Smolarek2005-2007
Philipp Degen2005-2009
Nuri Şahin2005-2011
2012-2018
Steven Pienaar2006-2008
Alexander Frei2006-2009
Mats Hummels2008-2016
2019-
Robert Lewandowski2010-2014
Marcel Schmelzer2008-
Mario Götze2009-2013
2016-
Lukasz Piszczek2010-
Marco Reus2012-
Pierre-Emerick Aubameyang

2013-2018

Shinji Kagawa2010-2012
2014-2019
Kevin Großkreutz2009-2015
Julian Weigl2015-2020

Effectif professionnel actuel

Le tableau suivant présente l'effectif professionnel du Borussia Dortmund pour la saison 2019-2020.

Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[note 3] Nom Date de naissance Sélection[note 4] Club précédent Contrat
1 G Bürki, RomanRoman Bürki 14/11/1990 (29 ans) SuisseSC Fribourg2015-2021
25 G Unbehaun, LucaLuca Unbehaun 27/02/2001 (19 ans) Formé au club2019-2022
35 G Hitz, MarwinMarwin Hitz 18/09/1987 (32 ans) SuisseFC Augsbourg2018-2021
40 G Oelschlägel, EricEric Oelschlägel 20/09/1995 (24 ans) Werder Brême2018-2019
2 D Zagadou, Dan-AxelDan-Axel Zagadou 03/06/1999 (20 ans) France espoirsParis Saint-Germain 2017-2022
5 D  Hakimi, AchrafAchraf Hakimi 04/11/1998 (21 ans) MarocReal Madrid2018-2020
13 D Guerreiro, RaphaelRaphael Guerreiro 22/12/1993 (26 ans) PortugalFC Lorient2016-2020
14 D Schulz, NicoNico Schulz 01/04/1993 (26 ans) Allemagne1899 Hoffenheim2019-2024
15 D Hummels, MatsMats Hummels 16/12/1988 (31 ans) AllemagneBayern Munich2019-2022
16 D Akanji, ManuelManuel Akanji 19/07/1995 (24 ans) SuisseFC Bâle2018-2022
18 D Balerdi, LeonardoLeonardo Balerdi 26/01/1999 (21 ans) ArgentineBoca Juniors2019-2023
22 D Morey, MateuMateu Morey 02/03/2000 (20 ans) Espagne -18 ansFC Barcelone B2019-2024
26 D Piszczek, ŁukaszŁukasz Piszczek 03/06/1985 (34 ans) PologneHertha Berlin2010-2020
29 D Schmelzer, MarcelMarcel Schmelzer 22/01/1988 (32 ans) AllemagneFormé au club2008-2021
6 M Delaney, ThomasThomas Delaney 03/09/1991 (28 ans) DanemarkWerder Brême2018-2022
8 M Dahoud, MahmoudMahmoud Dahoud 01/01/1996 (24 ans) Allemagne espoirsBorussia Mönchengladbach2017-2022
10 M Götze, MarioMario Götze 03/06/1992 (27 ans) AllemagneBayern Munich2016-2020
11 M Reus, MarcoMarco Reus  31/05/1989 (30 ans) AllemagneBorussia Mönchengladbach2012-2023
19 M Brandt, JulianJulian Brandt 02/05/1996 (23 ans) AllemagneBayer Leverkusen2019-2024
27 M Can, EmreEmre Can 12/01/1994 (26 ans) AllemagneJuventus FC2020
28 M Witsel, AxelAxel Witsel 12/01/1989 (31 ans) BelgiqueTianjin Quanjian2018-2022
32 M Reyna, GiovanniGiovanni Reyna 13/11/2002 (17 ans) Formé au club2020-2021
37 M Raschl, TobiasTobias Raschl 21/02/2000 (20 ans) Allemagne -19 ansFormé au club2019-2021
7 A Sancho, JadonJadon Sancho 25/03/2000 (20 ans) AngleterreManchester City2017-2022
17 A Haaland, Erling BrautErling Braut Haaland 21/07/2000 (19 ans) NorvègeRB Salzbourg2020-2024
23 A Hazard, ThorganThorgan Hazard 29/03/1993 (26 ans) BelgiqueBorussia Mönchengladbach2019-2024
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Andreas Beck
  • Anke Steffen
  • Florian Wangler
Entraîneur(s) des gardiens
  • Matthias Kleinsteiber
Médecin(s)
  • Markus Braun

Légende

Joueurs prêtés pour la saison 2019-2020

Le tableau suivant liste les joueurs en prêts pour la saison 2019-2020.

Joueurs prêtés
P.Nat.NomDate de naissanceSélectionClub en prêt
999 D Passlack, FelixFelix Passlack 29/05/1998 (21 ans) Allemagne espoirsFortuna Sittard
999 D Toljan, JeremyJeremy Toljan 08/08/1994 (25 ans) Allemagne espoirsUS Sassuolo
17 M Gómez, SergioSergio Gómez 04/09/2000 (19 ans) Espagne espoirsSD Huesca
999 M Burnić, DženisDženis Burnić 22/05/1998 (21 ans) Allemagne espoirsDynamo Dresde
999 M Matthews, TashreeqTashreeq Matthews 12/09/2000 (19 ans) Afrique du Sud espoirsFC Utrecht
999 M Schürrle, AndréAndré Schürrle 06/11/1990 (29 ans) AllemagneSpartak Moscou

Culture populaire

Supporters

Südtribune de Dortmund

Globalement, le Borussia Dortmund se hisse dans le haut du classement européen en termes d'affluence depuis 2003, avec plus de 80 000 spectateurs en moyenne.

Un premier record du nombre d'abonnés est enregistré lors de la saison 2007-2008 avec 50 000 abonnements vendus. Le Borussia devance ainsi les autres ténors allemands, comme le Schalke 04 (43 935 abonnés) et le Bayern Munich (37 000 abonnés)[27]. En 2012 et 2013, le club atteint un niveau encore supérieur : plus de 54 000 abonnements vendus[28],[29]. Le Borussia Dortmund enregistre la plus forte affluence moyenne d'Allemagne et d'Europe deux saisons de suite, en 2012 avec 80 551 spectateurs et en 2013 avec 80 520[30], devant des clubs comme Manchester United, le Real Madrid ou le FC Barcelone. Lors des saisons 2014-2015 et 2015-2016 le stade du Borussia est celui qui connaît la plus forte affluence d'Europe avec un taux de remplissage de près de 100 %[31].

En avril 2012, le Borussia Dortmund passait la barre des 60 000 membres dans son fan club, ce qui le place en quatrième position du club de football le plus populaire d'Allemagne derrière le Bayern Munich (171 000), Schalke 04 (101 000) et le Hambourg SV (71 000)[32].

Affluences

Affluences du Borussia Dortmund depuis la saison 1963-1964[33]
Westfalenstadion

Notes et références

Notes
  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Le Bayern Munich est leader avec 3642 points puis suit le Werder Brême avec 2793.
  3. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  4. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
Références
  1. http://www.bvb.de/Der-BVB/Weitere-Teams/Handball.
  2. http://www.bvb.de/Der-BVB/Weitere-Teams/Tischtennis.
  3. (en) « A turbulent founding on 19/12/1909 », sur bvb.de (consulté le 28 mai 2017).
  4. (fr) « Le Borussia Dortmund menacé de faillite », sur L'expansion, (consulté le 4 décembre 2008).
  5. « la question : « Borussia » », sur sites.arte.tv, .
  6. Michael Zorc, une vie à Dortmund, Sofoot.com, 6 juillet 2017, par Ali Farhat
  7. Dortmund, de la faillite au dernier carré européen.
  8. (fr) « La crise touche Dortmund », sur foot01.com, (consulté le 10 octobre 2008).
  9. (de) « Stats transfertmarkt affluence des stades allemands », sur www.transfermarkt.de, (consulté le 21 avril 2012).
  10. « Le doublé pour Dortmund », sur francefootball.fr, .
  11. http://www.borussia.fr/le-bvb-egale-un-record-vieux-de-38-ans/.
  12. Julian Weigl, petite merveille du Borussia Dortmund.
  13. Lucien Favre est le nouvel entraineur du Borussia Dortmund, dw.com, 23 mai 2018, par Sophie Serbini
  14. https://fr.besoccer.com/info/un-nouveau-record-battu-pour-le-borussia-dortmund-631955
  15. Yann Dey-Helle, « 11 avril 2017: Bus du Borussia Dortmund, un attentat capitaliste », sur Dialectik Football, (consulté le 12 août 2019)
  16. « Allemagne: La revendication antifa de l’attentat de Dortmund est une intox de l’extrême-droite », sur secoursrouge.org (consulté le 12 août 2019)
  17. « La Horde – La piste antifa de l’attentat de Dortmund : un fake de plus de l’extrême droite », sur lahorde.samizdat.net (consulté le 12 août 2019)
  18. « Dans un second message, des antifascistes revendiquent l'attaque contre le bus de Dortmund », sur Nouvel Obs, (consulté le 12 août 2019)
  19. Olivier Chauvet, « Des antifascistes revendiquent l'attaque », sur Football.fr (consulté le 12 août 2019)
  20. « Dortmund : le premier attentat boursier de l’Histoire », sur Capital.fr, (consulté le 12 août 2019)
  21. « L'auteur de l'attentat contre l'équipe de foot de Dortmund condamné à 14 ans de prison », sur Europe 1 (consulté le 12 août 2019)
  22. « L'auteur de l'attentat de Dortmund renonce à son appel - Fil info - Allemagne - Etranger - Football », sur Sport24, 2019-01-09cet18:18:38+0100 (consulté le 12 août 2019)
  23. Statistiques sur le site officiel de l'UEFA.
  24. http://www.eurotopteams.com/football/coefuefaclub2019.php
  25. (de) « Borussia Dortmund - Trainerhistorie », sur kicker.de
  26. (de) « Wie hießen die Trainer des BVB in der Bundesliga? », sur Bvb.de
  27. « Record d'abonnés », sur lequipe.fr, (consulté le 28 janvier 2014).
  28. « Le PSG dans le Top 5 des budgets d’Europe, pas (encore) des tribunes… », sur sportune.fr, (consulté le 28 janvier 2014)
  29. « Vente d’abonnements terminée ! », sur borussia.fr, (consulté le 28 janvier 2014).
  30. (en) « Best visited club 2013 », sur european-football-statistics.co.uk
  31. Le classement des stades avec les plus fortes affluences.
  32. (de) « Dortmund atteint les 60 000 membres », sur bvb.de, (consulté le 21 avril 2012).
  33. « Historique des affluences », sur transfermarkt.de.

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.