Balanus eburneus

Balanus eburneus, la balane ivoire, est une espèce introduite dans les eaux européennes où sa distribution n’est probablement pas encore stabilisée. Elle est à rechercher dans les eaux soumises à dessalure (estuaires, baies abritées, ports).

Historique

Balanus eburneus est une balane originaire des côtes est de l’Amérique, depuis le Massachusetts, jusqu’aux côtes caribéennes de l’Amérique du Sud [1], sur les îles et le Venezuela [2].

Probablement introduite en Europe au cours du vingtième siècle, elle est signalée au Pays basque en 1957[1] et en de nombreux points dispersés sur le pourtour méditerranéen[3]. On la rencontre actuellement au nord du golfe de Gascogne (réf : photo taxobox). Balanus eburneus a également été transportée dans le Pacifique, l’océan Indien et la mer Caspienne[4]

Description

Balanus eburneus est une balane de taille relativement grande (elle atteint un diamètre basal et une hauteur de 20 à 30 mm) [5], à muraille lisse de couleur blanche ou crème [2].

L’ouverture, bien élargie côté rostral est presque triangulaire car les plaques latérales sont relativement courtes et courbes.

Les scutum présentent des stries de croissance à disposition concentrique croisées par des lignes longitudinales qui divergent à partir de l’extrémité postérieure (côté tergum) vers le bord antérieur (rostral). Ils ont donc un aspect treillisé (qui peut être masqué par des épibiontes : algues, bryozoaires, etc.) qui se fixent sur les poils de l’épiderme.

Le bord basal des tergum présente une profonde échancrure en arrière de l’éperon[3], il arrive cependant que cette échancrure soit très atténuée, voire absente [2].

Les languettes tergo-scutales, peu saillantes sur le vivant, présentent des taches et des bandes marron sur un fond blanc ou crême[5].

Les caractères ci-dessus permettent de distinguer Balanus eburneus de B. improvisus qui lui ressemble beaucoup, à l’état jeune, et peut se trouver dans les mêmes milieux. Lorsqu’ils ne sont pas évidents, on peut avoir recours à des détails propres aux appendices pour établir la distinction [2].

La base est calcifiée, mince et poreuse[3].

Reproduction

La reproduction a lieu du printemps à l’automne (mars à novembre) en Amérique du Nord (Newport, Caroline du Nord) [6]. Il n’y a pas d’informations disponibles pour l’Europe. Le développement larvaire comporte invariablement six stades nauplius et un stade cypris [7]

Écologie

Balanus eburneus est une espèce très euryhaline, qui peut vivre en eau « presque douce » [3]. Elle se fixe sur divers matériaux solides, dont les coques des navires[2], ce qui explique sa large dispersion dans le monde.

Galerie

Références

  1. Southward, A.J. 2008. Barnacles. Keys and notes for the identification of British species. Synopses of British fauna, N° 57. 140 p. 4 planches
  2. Darwin. , C. 1854. A monograph of the sub-class cirripedia with figures of all species. 2. The balanidae (or sessile cirripedes); the verrucidae, etc. etc. etc. Ray Society London : p. 248-249
  3. Granier, J. 1973. Le genre Balanus sur les côtes de Camargue et du Gard. Bulletin mensuel de la Société Linnéenne de Lyon. 8 : 203-212
  4. Amphibalanus eburneus doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=1382
  5. Anonyme, 1963. Catalogue of main marine fouling organisms (found on ships coming into European waters). Vol.1: Barnacles. 46 p. Organisation for Economic co-operation and Development.
  6. West, T.L & Costlow, J.D. 1987. Size regulation in larvae of the crustacean Balanus eburneus (Cirripedia : Thoracica). Marine Biology, 96: 47-58
  7. West, T.L. & Costlow, J.D. 1988. Determinants of the larval molting pattern of the crustacean Balanus eburneus Gould (Cirripedia : Thoracica) The Journal of Experimental Zoology. 248: 33-44


Liens externes

  • Portail de la carcinologie et des crustacés
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.