Banque du peuple

La Banque du Peuple est une banque canadienne basée à Montréal active de 1835 à 1895.

Billet de 5 piastres de la Banque du Peuple, 1839.

Histoire

La Banque du Peuple est fondée à Montréal en 1835 par Jacob De Witt et la famille Viger, d'abord sous le nom de Viger, DeWitt et Compagnie[1]. Il s'agit de la première banque canadienne-française à voir le jour[2].

La clientèle de la banque était essentiellement francophone et c’était un exemple de réussite des Canadiens d’expression française dans le monde de la finance géré à l'époque par des Anglais et des Écossais. En 1843, forte de l'appui de Louis-Michel Viger[3] et de commerçants montréalais, soucieux de développer l'entrepreneuriat canadien-français, tel Denys-Romuald Trudeau[4], la banque Viger, De Witt et Compagnie adopte le nom de Banque du peuple et elle connaît une croissance très forte à partir de la fin des années 1840.

En 1895, la banque suspend ses activités et ferme ses portes. Le caissier J. S. Bousquet s’enfuit vers les États-Unis. En effet, il a d’abord démissionné, mais c’est après avoir entrepris son voyage qu’on lui reproche d’avoir consenti des prêts non garantis. Au total, la valeur de ces crédits est de 1 500 000 dollars, l’équivalence de cent millions ou plus en dollars d’aujourd’hui. Quand la nouvelle se répand, les clients se ruent sur la banque en essayant de retirer leurs économies. La Banque s’effondre en trois jours.

À la suite de la fermeture de la banque en 1895, plusieurs entreprises canadiennes-françaises seront entraînées dans sa chute. De longues batailles juridiques et politiques suivent. Finalement, la banque remet 75 % de la valeur des dépôts aux épargnants.

Édifice

L'édifice de la Banque du Peuple est situé au 53-57, rue Saint-Jacques. (45° 30′ 19″ N, 73° 33′ 26″ O )

Il a été construit en deux étapes. L'ancien siège social a été construit en 1871-72. Sa façade a été intégrée lorsque l'on a agrandi l'édifice en 1893-94[5]. Elle apparait à gauche de la façade actuelle. L'édifice est aujourd'hui occupé par un hôtel, Le Place d'Armes[6].

Rébellion des Patriotes

Selon certaines rumeurs, ce sont les fonds de la Banque du Peuple qui servent à financer la Rébellion des Patriotes en 1837-1838. Toutefois, cette affirmation a toujours été niée par les directeurs de la banque et en fait on n'a jamais pu prouver hors de tout doute que la Banque du Peuple ait financé les soulèvements[7].

Notes et références

  1. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca
  2. canardscanins.ca
  3. Viger, Louis-Michel
  4. Denys-Romuald Trudeau
  5. Ministère de la Culture et des Communications du Québec, « Façade de la Banque-du-Peuple - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec, (consulté le 16 janvier 2020)
  6. experiencevieuxmontreal.com
  7. Site web du Vieux-Montréal
  • Portail de Montréal
  • Portail de la finance
  • Portail du Bas-Canada
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.