Barrière des Deux-Moulins

La barrière des Deux-Moulins, était une barrière d'octroi de l'enceinte des Fermiers généraux. On la confond souvent avec la barrière d'Ivry qui se trouvait à la limite sud de l'actuelle place Pinel.

Barrière des Deux-Moulins
Présentation
Destination initiale
Architecte
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
48° 50′ 12″ N, 2° 21′ 33″ E
Localisation sur la carte de Paris

Situation

À l'origine, elle se trouvait sur le boulevard de l'Hôpital, en face de la rue du Marché-aux-Chevaux (actuelle rue Duméril) et au bout de la rue des Deux-Moulins-Saint-Marcel (actuelle rue Jenner) du village des Deux-Moulins, renommé en 1806 « village d'Austerlitz[1],[2],[3] ».

Origine du nom

Elle est nommée ainsi en référence à deux moulins à vent de la Salpêtrière (le moulin Vieux et le moulin Neuf), situés à proximité du village des Deux-Moulins (renommé village d'Austerlitz en 1806) et de cette barrière[4],[2],[1].

Au cours du temps, elle a également porté les noms de « barrière de l'Hôpital », « barrière du chemin de la Voirie », « barrière de la Voirie » ou « barrière de Clamart », en référence au cimetière de Clamart.

Historique

Cette barrière, composée de deux bâtiments symétriques, était située à proximité du dépôt des poudres de l'Arsenal à l'endroit même où se trouvait précédemment la Hutte des gardes.

En 1818, après l'annexion du village d'Austerlitz, qui s'appelait à l'origine « village des Deux-Moulins » avant 1806, le mur d'enceinte qui était alors sur le boulevard de l'Hôpital fut reculé jusqu'au delà des rues Bruant et Bellièvre une seconde barrière est construite et nommée « barrière d'Ivry ».

Le 28 juillet 1830, vers une heure de l'après-midi, une cinquantaine d'hommes dont huit à peine étaient armés, se présentèrent à la poudrière de l'Arsenal située sur le boulevard de l'Hôpital, près de l'ancienne barrière des Deux-Moulins et de la Salpêtrière et emportèrent barils et caisses de poudre qui furent envoyés dans divers lieux de Paris[5].

Notes, sources et références

  • Les ouvrages cités en bibliographie
  1. Alfred Delvau, Histoire anecdotique des barrières de Paris.
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  3. « Paris en 1790 avec le mur des Fermiers généraux », paris-atlas-historique.fr.
  4. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  5. Aux Gobelins, faubourg Saint-Marceau, pont suspendu de la Grève.

Voir aussi

Bibliographie

Article connexe

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.